Paola Fedou, étudiante en 2e année à l’Ecole polytechnique, nous emmène à la découverte de son quotidien d’élève aussi forte en maths qu’en sport, de sa vie de campus marquée par des échanges riches et nombreux, un fort esprit de communauté et de perpétuation des traditions.

 

Comment a commencé votre histoire avec Polytechnique ?

De manière classique après une prépa PCSI à Versailles. Etre reçue au concours a été à la fois un grand soulagement et une grande fierté ! J’étais heureuse de passer à autre chose. J’ai découvert Polytechnique pleine d’espoir, d’envies.

L’Ecole est la promesse de nombreuses opportunités

Intéressants les cours à l’X ?

J’apprécie la grande diversité des enseignements. Nous avons le choix entre la biologie, l’économie, les mathématiques, la mécanique, etc. L’ouverture scientifique est très intéressante et va bien au-delà avec des cours de langues, de philosophie. Je fais même du dessin !

polytechnique

Projet scientifique collectif © Jérémy Barande – Ecole polytechnique

Polytechnique

Handball, tournoi sportif des écoles de la défense © Jérémy Barande – Ecole polytechnique

Et le niveau, aussi ardu qu’on le dit ?

L’idée que ce sera moins intense et exigeant en école qu’en prépa est totalement fausse. Le cursus demande beaucoup de travail et en un sens, c’est aussi bien. C’est la continuité de mon engagement. Je n’ai pas fait tout cela pour rien !

Charles Baroud raconte sa vie de professeur de mécanique à l’Ecole polytechnique

Ma vie de prof à Polytechnique

Les X sont aussi des forts en sport ?

Nous faisons 6 heures de sport par semaine ! J’ai opté pour le handball. C’est très sympa de vivre l’esprit d’équipe. J’aime ce sport physique, engageant, cela me permet de me dépenser.

Comment est l’ambiance ?

Après la prépa je voulais m’amuser, m’investir dans la vie associative. Elle est très riche à Polytechnique. Les binets (associations) animent notre quotidien. J’ai choisi d’intégrer le binet startup qui promeut l’entrepreneuriat auprès des élèves et organise de nombreux évènements comme le startup weekend. Le lieu que j’aime le plus est d’ailleurs notre incubateur, le Drahi Center, flambant neuf, qui accueille les bureaux de l’asso.

A quel moment vous êtes-vous sentie polytechnicienne ?

Au retour de la formation militaire, lorsque les élèves de la promo juste au-dessus de nous nous ont remis nos bicornes et tangentes (épée du polytechnicien).

polytechnique

Cérémonie de passation du drapeau © Jérémy Barande – Ecole polytechnique

Quel esprit règne à l’X ?

Nous sommes logés sur le campus, en kaser (résidence étudiante) et regroupés par pratique sportive. J’apprécie la vie en communauté. Nous ne sommes jamais seuls, il y a toujours quelque chose à partager, nos échanges sont très riches. C’est agréable pour nous qui avons quitté nos familles. Nous organisons des repas cohez (cohésion) dans la cuisine commune. Nous avons aussi des repas de promo dans le grand hall.

 

Un moment marquant de votre cursus ?

J’ai été très marquée par la formation humaine et militaire de 8 mois en début de 1e année. J’étais dans la Marine en Martinique et en Guyane. Cela a été une expérience incroyable, un moment unique. Vous sortez de la prépa, votre condition physique n’est plus au top. On vous demande de « poser votre cerveau », de vous engager physiquement et humainement. C’est une vraie rupture riche en enseignements. L’X est une école ancienne, les traditions y sont nombreuses et fortes. J’aime cet esprit, l’idée de perpétuer les traditions, d’en être à mon tour la porteuse et dépositaire.

Qui sont les jeunes X et comment sont-ils formés, la réponse avec Jacques Biot, président de Polytechnique

Les jeunes X : de futurs femmes et hommes de pouvoir smart et généreux !