L’eau est devenue une ressource à préserver que Lyonnaise des Eaux, forte de 150 ans d’expérience, conjugue certes au présent, mais également au futur, comme nous l’explique Yann Rolland (ENGEES 89), son Directeur Général Adjoint en charge des Opérations et du Commerce…

Yann Rolland (ENGEES 89), Directeur Général Adjoint

Yann Rolland (ENGEES 89), Directeur Général Adjoint

L’eau est un des enjeux majeurs des années à venir. Quels sont les atouts, la stratégie et les objectifs de Lyonnaise des Eaux pour relever ce défi ?
On est en effet passés du monde de l’eau facile à celui de l’eau fragile, devenue une ressource précieuse qu’il nous faut protéger pour répondre aux exigences du consommateur et du citoyen d’aujourd’hui, pour délivrer une eau d’excellente qualité et protéger notre environnement. C’est forts de nos 150 ans d’expérience et de savoirs, et en nous appuyant sur des technologies de pointe autour du smart water, que nous nous sommes fixés cette ambition.

 

« La méritocratie
est la marque de fabrique de la maison »

Quel a été votre parcours jusqu’ici et quelles sont vos missions en tant que DGA ?
Je suis un produit de la méritocratie de cette entreprise. Après un premier emploi dans la fonction publique, j’ai compris que ma vie était ailleurs et, en 1993, je suis entré à Lyonnaise des Eaux. J’ai alors gravi tous les échelons, de chef d’agence locale à Brie- Comte-Robert, à la direction générale adjointe en passant par deux directions régionales puis la direction commerciale France. Ma mission consiste à diriger le quotidien commercial et opérationnel d’une entreprise de 9 500 personnes, réalisant 2 milliards d’euros de CA et répondant à un millier d’offres chaque année ; sans oublier la filiale travaux. Bref, j’ai un quotidien très rythmé et un agenda plein 2 mois à l’avance.

 

Votre entreprise compte de nombreux métiers. Quels profils recherchez-vous et quels atouts offre la Lyonnaise des Eaux qui puissent donner envie aux jeunes diplômés de la rejoindre ?
Lyonnaise des Eaux, au sein de Suez Environnement, offre de belles perspectives à tous ceux qui s’intéressent à l’environnement : Epuration, eaux pluviales, alimentation en eau potable dans des pays comme l’Inde ou la Chine, NTIC (Ondeo System, notre entreprise dédiée est passée de 20 à 120 salariés en quelques années). Notre force vive, notre capital, ce sont les hommes et les femmes qui font cette entreprise au quotidien. On vous demandera sans doute votre diplôme lors du premier entretien, puis on l’oubliera pour ne s’intéresser qu’à vous et à votre travail ; on ne m’a d’ailleurs jamais demandé le mien et je ne sais même pas quels diplômes ont mes deux collègues DGA ! La référence, c’est le talent, la personnalité. Et on fera tout pour que les vôtres s’expriment.

 

Quelles sont, selon vous, les qualités que doit aujourd’hui posséder un manager et de quelle manière votre propre conception du management a-t-elle évolué au fil du temps ?
Bien manager est essentiel, c’est vrai. Mais je crois également que c’est le quotidien qui nous enseigne, peu à peu, l’art du bon management. Alors, forcément, au début, on fait des erreurs ; j’en ai faites, et je m’en souviens très bien. L’important c’est de les accepter, de savoir se corriger et donc de se remettre en question. Il faut être humble sur ces sujets. Je ne crois pas non plus qu’on puisse manager sans aimer les gens car ce contact humain est essentiel. Enfin, le manager doit créer une ambiance sereine dans laquelle ses équipes s’épanouiront. Je préfère la sérénité au stress même si chacun fait selon son caractère. Personne n’aime travailler en permanence dans le stress. C’est ce que j’essaye d’appliquer au quotidien. « L’éponge à stress, c’est le manager lui-même ».

 

JB

 

Contact : yann.rolland@lyonnaise-des-eaux.fr