Président du réseau IAE France depuis mai 2018, Eric Lamarque (DG de l’IAE Paris Sorbonne Business School) est déterminé à faire entendre ce message : les IAE sont un acteur clé de l’avenir des universités. Car si les instituts jouissent d’une belle notoriété en tant qu’alternatives de haut niveau aux business schools, elles souffrent d’un déficit de reconnaissance institutionnelle dans le cadre des regroupements. Un combat se profile.

 

CREDITS Réseau IAE France

Quelle évolution pour les IAE en 20 ans !

Nos établissements ont fourni de gros efforts en termes de professionnalisation, de qualité des formations, de la recherche, de relations avec les entreprises. Aujourd’hui, nous sommes clairement identifiés comme des acteurs qui comptent dans l’enseignement de la gestion. Les IAE sont aussi crédibles que les écoles de management privées ! La marque, la qualité, la réputation, sont établies.

Vous décidez de monter au créneau en tant que nouveau président, pourquoi ?

De nombreux directeurs d’IAE m’ont fait part de difficultés pour s’imposer au sein même de leurs universités. La réorganisation universitaire est un mouvement logique dans le cadre de la concurrence internationale, sous la pression des classements et financière. Mais le risque est que les IAE soient « dilués » dans de grandes facultés de sciences sociales. Nous demandons à être traités équitablement. Par exemple, 11 IAE viennent de se voir confier la Licence en gestion de leur université, mais certains n’ont pas obtenu les ressources pour gérer l’augmentation de leurs effectifs !

Comment faire ?

La première étape est d’alerter les responsables : j’ai déjà échangé le président de la CPU, Gilles Roussel et vais contacter la DGESIP et le Ministère. L’université est notre avenir, mais les IAE sont aussi des acteurs essentiels de l’avenir de l’université. Pour continuer à contribuer au rayonnement de nos institutions, nous ne devons pas perdre nos grands atouts : notre autonomie et notre réactivité, tous deux cruciaux pour exister face aux business schools. Nos stratégies de recherche et à l’international sont bonnes, nous ne pouvons pas risquer un retour en arrière. Nous devons partout être inclus dans la stratégie de long terme des universités. Notre affaiblissement ferait le terreau des écoles privées. Les IAE doivent rester une alternative publique et accessible de haut niveau reconnue des entreprises et des étudiants.

Quel statut vous protégerait ?

Nous militons pour le statut d’écoles de management internes aux universités, avec des prérogatives proches de celles des écoles d’ingénieurs de ce type. Un statut solide nous protégera des aléas politiques liés aux changements de présidence dans nos universités. Nous allons aussi demander à intégrer la CGE pour les plus gros IAE, cela fait partie de la reconnaissance institutionnelle de notre position d’écoles internes.

 

IAE France, un réseau unique en sciences de gestion

Avec 33 écoles universitaires de management partout en France, 50 000 étudiants au sein de 30 parcours Licence, Master et Doctorat, et 500 000 diplômés, IAE France forme un réseau unique en sciences de gestion.

Ils portent en eux l’esprit IAE : « L’esprit IAE c’est être un manager optimiste, un curieux respectueux et un créateur performant ».

Innovations pédagogiques, domaines de force académique, chacun des instituts cultive sa différence. Ils ont en commun une certaine idée de l’ouverture et de la diversité, de leur ancrage territorial, de relations de proximité avec le tissu économique local.

Dans les coulisses de la formation des IAE