LUMILEDS, SPÉCIALISTE MONDIAL DE LA FABRICATION DE LEDS, ENTAME UNE NOUVELLE PAGE INNOVANTE DE SON HISTOIRE QUE PIERRE-YVES LESAICHERRE (INSEAD 97), SON PRÉSIDENT, A HÂTE D’ÉCRIRE. EN TANT QUE DIRIGEANT, IL EN EST LE PRINCIPAL RÉDACTEUR ET INDIQUE À SES ÉQUIPES LA LIGNE DE CONDUITE À ADOPTER. REGARD ÉCLAIRÉ SUR SES AMBITIONS ET SON APPROCHE PERSONNELLE DE LA FONCTION DE DIRIGEANT.

PIERRE-YVES LESAICHERRE (INSEAD 97), PRÉSIDENT LUMILEDS

PIERRE-YVES LESAICHERRE (INSEAD 97), PRÉSIDENT LUMILEDS

Lumileds connaît une année 2015 dynamique : désormais, la société est une entité légale indépendante bien que toujours contrôlée à 100 % par Philips. « Lumileds regroupe désormais les deux divisions LED et Automotive Lighting de Philips et nous opérons avec 30 entités légales dans le monde. » Une prise d’autonomie cruciale au coeur de laquelle Pierre-Yves Lesaicherre se retrouve en première ligne.

 

UN DOUBLE RÔLE OPÉRATIONNEL ET STRATÉGIQUE
Réflexion stratégique au niveau du Top Management, négociations avec les fonds d’investissements, intégration de la branche Automotive, création de la nouvelle entité… Pierre-Yves Lesaicherre a mené la réflexion tout au long des processus : « La partie stratégique relève du président mais c’est relativement invisible pour nos équipes. Il faut continuer à manager le business et à garder les collaborateurs motivés. Donc mon rôle est d’assurer la communication : maintenir un niveau de dialogue dans l’organisation, expliquer en quoi chacun peut y contribuer… » Un besoin d’information essentiel dans une période charnière.

 

« Être président,
c’est définir la vision stratégique, donner une direction et tout mettre en oeuvre pour la réaliser. »

OPÉRER DANS DES ENVIRONNEMENTS À FLUX PERMANENTS
Lumileds évolue sur des marchés très mouvants. Une adaptabilité clé liée à une compréhension des marchés critiques. « La part de risques et d’incertitudes est élevée car le marché est instable. C’est pourquoi la compréhension des technologies et de leurs évolutions sur nos marchés est essentielle car c’est ce qui nous rend différent et renforce notre compétitivité. Il faut être prêt à faire des changements et à agir rapidement. » Une nécessité accentuée par les diversités régionales de chaque marché. « Nous travaillons sur des marchés globaux et locaux : l’éclairage est local, l’automobile est régional, et la télévision ou le portable est international. Nous opérons à toutes les échelles ! » C’est là que l’expérience internationale de Pierre-Yves Lesaicherre s’avère porteuse de valeur ajoutée…

 

DES OPPORTUNITÉS DANS TOUTES LES FONCTIONS
En tant que Top Manager, Pierre-Yves Lesaicherre doit également s’assurer que ses équipes restent mobilisées et performantes. Une réorganisation qui implique de nouveaux recrutements et même de nouveaux métiers à l’international. « Nous avons dû créer de nouveaux départements auparavant gérés par Philips comme les transactions immobilières, la trésorerie, les taxations… » Des créations de poste qui nécessitent de l’expérience mais les jeunes diplômés ne sont pas pour autant oubliés. « J’ai demandé aux départements Vente & Marketing, R&D, Opérations… d’avoir un certain nombre de jeunes diplômés ou de juniors qui arrivent avec un esprit plus frais, des expériences et des formations différentes. Employer de nouveaux diplômés est une vraie volonté. Le mélange de profils industriels est essentiel, surtout en R&D. »

 

LES SECRETS D’UN BON DIRIGEANT
Comment parvenir à un tel niveau d’excellence ? Grâce à des études longues. « Il faut au minimum un niveau Bac +4/5 soit l’équivalent d’un Bachelor Degree ou d’un Masters Degree. Nous accueillons ainsi 100 doctorats en R&D à San José, cinq dans notre équipe de management et huit possèdent un master en management (MBA). » Pierre- Yves Lesaicherre est lui-même diplômé de l’INSEAD. « C’est très important pour les dirigeants car c’est une formation à la fois pointue et complète qui nous donne les compétences technique, financière et académique nécessaires à la compréhension des enjeux du management. » Une ligne de conduite à adopter tout au long de sa carrière : « Je suis récemment allé à Stanford pour suivre le programme Director’s Consortium et opérer en tant que membre d’un directoire. Je continue toujours à me former. »

 

APPRENDRE SUR LE TAS
Au sein de Lumileds, chacun crée sa propre carrière. L’entreprise ne propose ni programme unique de formation ni politique globale d’apprentissage. Chaque situation est traitée au cas par cas. « Les évolutions relèvent aussi de la responsabilité des jeunes eux-mêmes. Ils nous demandent des formations et chacun manage sa propre carrière. » Chaque manager est alors amené à se montrer force de proposition. « Un collaborateur qui se prend en charge se montre plus efficace. »

 

COMMENT MENER SA CARRIÈRE ?
En faisant de longues études, en accumulant et en variant les expériences au sein d’une même société ou de plusieurs. Une expérience internationale se révèle également un plus indispensable à l’heure de la mondialisation. « Mais ne brûlez pas non plus les étapes en sautant trop rapidement d’une expérience à l’autre : elle doit être acquise avant de passer à autre chose. » Pensez donc à finir le travail d’apprentissage avant de passer à autre chose !

 

MAINTENIR LE CAP DANS SA VIE PROFESSIONNELLE… ET PERSONNELLE
Gérer le stress est indispensable lorsque l’on occupe une fonction aussi élevée. « J’ai même gagné du poids cette année entre le stress, les voyages, la quantité de travail… L’effort physique aide beaucoup. Je courais de nombreux marathons avant. Aujourd’hui, je m’occupe de mes trois enfants. C’est du sport aussi. Je les emmène à l’école, je surveille les devoirs et je rentre vers 18h pour dîner avec eux. Nous avons récemment fait un road trip en Floride pour les vacances de la Toussaint. La vie de famille est très importante. Le travail s’arrête quand je franchis la porte de la maison et reprend après que les enfants sont couchés. »

 

EN OUÊTE DE SENS AU TRAVAIL
Quel sens donnez-vous à votre fonction de dirigeant ?
Je me demande toujours pourquoi je travaille ? En quoi ce que je fais la place de mon entreprise dans la société humaine ? Ces questions ont été une vraie préoccupation lorsque l’on a créé Lumileds. Nous avons ainsi deux slogans : We create light. Le rapport à la lumière est vital. Philips est la 2e source de lumière dans le monde après le soleil. Nous avons toujours été des innovateurs très forts : nous avons créé la 1ère lampe halogène, la 1ère LED dans une télévision, dans un téléphone portable… Et le deuxième : Never before possible. Nous créons des technologies qui n’existaient pas avant. Ce que l’on fait a donc du sens pour nous mais pour les autres aussi.
Quel sens revêt pour vous la réussite professionnelle ?
La réussite est quelque chose de très personnel. Tout dépend de la barre que l’on se fixe. Je me suis mis des objectifs différents tout au long de ma carrière. Par conséquent, mon rapport au sens a changé aussi. Les critères changent en fonction de ce que l’on peut faire. Il faut donc avoir une bonne mesure de ce dont on est capable et se fixer des limites raisonnables. Il est important de comprendre ses compétences et ses limitations.
Quel sens un jeune diplômé peut-il alors trouver chez Lumileds ?
Chacun a en soi quelque chose d’extraordinaire. Il faut juste le découvrir, réfléchir à des objectifs, se donner des challenges et tout faire pour les réaliser. Il y a des challenges à tout âge. Il ne faut jamais se dire « j’y suis arrivé, c’est fini ». Aujourd’hui, mon objectif est de réussir la suite de Lumileds. Voilà ce qui me motive dans la vie : le challenge ! C’est aussi ce que j’essaie de transmettre à l’organisation, aux jeunes notamment. Pour nous faire avancer, il est important que chacun trouve un sens à ce qu’il fait.

 

VC

 

Contact : pierre-yves.lesaicherre@philips.com