Toulouse Business School prépare une nouvelle maquette pédagogique de son programme grande école pour la rentrée 2018. A la clé notamment, une innovation, le semestre d’ouverture. Ce moment à part dans le cursus rimera avec ouverture intellectuelle, structuration de la pensée, prise de recul et développement personnel ; toutes les qualités de managers ouverts et performants ! Isabelle Assassi, directrice de TBS Grande Ecole & de la Formation Initiale, nous dévoile les objectifs, la pédagogie et les contenus de ces nouveaux parcours.

Quel est le principe du semestre d’ouverture ?

L’ouverture sera multiforme : géographique, intellectuelle, disciplinaire. Géographique avec la possibilité de le réaliser à l’étranger. Intellectuelle en réponse à une demande récurrente de nos étudiants, notamment issus des CPGE, de continuer à se nourrir au plan intellectuel et à avoir plus de contenus mais aussi de prise de recul et d’analyse sur leurs apprentissages. Disciplinaire, avec un semestre dédié à une problématique, et l’opportunité de réellement l’approfondir en croisant les approches.

Pour quel objectif pédagogique ?

Développer l’esprit critique et d’analyse de nos étudiants. Qu’ils construisent leur propre vision critique, leur propre pensée. Qu’ils sachent la formaliser, argumenter. Ils ne doivent pas avoir une vision bridée et limitée pour appréhender, comprendre et prendre en compte des enjeux complexes dans leurs futures responsabilités. Il s‘agit à la fois de préparer nos élèves aux sujets d’actualité et de prospective, et de leur offrir une dimension philosophique au sens de la réflexion.

Isabelle Assassi, directrice de TBS Grande Ecole & de la Formation Initiale ©TBS

Isabelle Assassi, directrice de TBS Grande Ecole & de la Formation Initiale ©TBS

La réforme de la maquette pédagogique sera déployée en septembre 2018
Le semestre d’ouverture se déroule durant le 2ème semestre de l’année de M1 (2e année du PGE)
Le premier semestre se déroulera de janvier 2019 à mai 2019
Les possibilités de semestre d’ouverture sont présentées en février aux étudiants
Ils choisiront un thème d’ouverture / un campus de destination / une langue d’études
Il y a un numerus closus par campus, et donc une sélection au mérite dans certains cas (système Meritor bien connu des étudiants de TBS)

Comment le semestre sera-t-il structuré ?

Nous proposons déjà des cours d’ouverture, la possibilité de séjour à l’international. La différence avec le semestre d’ouverture est sa structuration. L’idée est d’observer et approfondir une thématique à partir d‘un regard décentré, autour d’une structuration en deux volets. Les 200 heures de cours du semestre se répartissent :
Pour moitié en cours de gestion et management avec un réel esprit de modernité
Et pour moitié de réflexion au travers d’un regard différent et critique sur la thématique, en philosophie, histoire, sociologie, géopolitique, sciences, technologies, etc…

Où pourra se dérouler ce semestre ?

Sur l’un des campus de TBS : Londres, Barcelone, Casablanca ou Toulouse. Avec ce parcours nous ouvrons pour la première fois notre campus de Casablanca aux étudiants de la grande école. C’est une originalité au-delà de notre institution. Chaque campus dispensera un semestre sur une thématique dédiée.

A Londres le semestre sera consacré au Big Data ?

En plus des sciences de gestion, les cours thématiques tourneront autour du Big Data, du machine learning, du codage. Ils seront dispensés en anglais. La sociologie, la philosophie sont un levier de réflexion extraordinaire pour comprendre et anticiper les changements induits par le Big Data dans nos sociétés, nos économies. Nos étudiants seront ainsi conduits à s’interroger sur des questions comme « Quelle société drivée par le Big Data ? », « Quel monde voulons-nous demain ? ». Ils se doteront également d’outils juridiques pour appréhender l’usage des données dans les entreprises et ses limites, l’impact pour les individus.

A Casablanca, l’angle est géopolitique et économique ?

La thématique est « Travailler avec et dans le monde arabo-musulman et en Afrique Sub-Saharienne ». Le semestre s’intéresse au Maghreb, au Moyen-Orient, et à l’Afrique Sub-Saharienne. Les élèves aborderont les spécificités de la négociation, de la contractualisation, mais aussi la finance islamique, comment faire du business dans ces différentes régions. Ils pourront s’initier à l’arabe, aux arts et à la littérature du monde arabe, à la sociologie des consommateurs au Moyen-Orient, aborder les questions de développement durable avec une ONG ou encore le thème genre, islam et politique. Ce semestre séduira ceux qui oseront les nouvelles frontières.

Quel programme à Barcelone ?

Nous proposerons deux thématiques. Logiquement : « Travailler dans le monde latino-ibérique » (Espagne, Mercosur) autour du décryptage du management, de la négociation, de l’histoire, de la géopolitique, de la sociologie de ces pays et régions.
L’autre thème est la transformation digitale : « Qu’est-ce qu’une société numérique ? », l’IA et ses enjeux, l’approche comparative de l’impact de la transformation digitale sur les sociétés occidentales dans les sociétés asiatiques, etc. Nous proposons ce semestre en partenariat avec l’Université polytechnique de Catalogne. Cela nous permet une ouverture en IA, en maths, en codage, en biotech, sur la réalité virtuelle et augmentée, la robotique.

Sur le campus de Toulouse aussi la thématique sera double ?

Nous y proposerons deux thèmes : La RSE, le développement durable, cœur de l’expertise de TBS. Les étudiants l’aborderont dans une approche transverse du management et hors management autour de thèmes comme l’éthique ou le fait religieux dans et hors de l’entreprise.
Le second thème porte sur l’apport des sciences et technologies dans l’industrie, notamment aéronautique du fait de notre localisation. Là encore le semestre mariera les approches managériales et scientifiques (biotech, informatique, maths, codage). Nous avons des étudiants qui adorent les maths et les sciences et apprécieront cette nouvelle opportunité.

Quelles qualités vont ainsi développer vos étudiants ?

Elles sont nombreuses et très distinctives : ouverture d’esprit, capacité à éclairer une problématique d’autres regards, à comprendre ceux de personnes différentes de soi, à décentrer un problème pour apporter une réponse novatrice, à marier SH, sciences dures et sciences du management dans son approche. Les entreprises se disent intéressées par des profils dotés d’une culture générale et d’une multiplicité de regards sur leurs thématiques et problématiques. Car les thématiques des semestres d’ouverture sont au cœur des enjeux des entreprises : IA, réalité virtuelle et big data / RES / travailler dans des zones en croissance et aux enjeux géopolitiques forts.