Les VIE et Graduate program sont deux moyens intéressants pour un jeune diplômé pour débuter ou tester la vie professionnelle à Londres. Les deux formules sont très prisées. Elles présentent des modalités et finalités différentes.

Manuelle Malot, spécialiste de l’emploi à l’international, elle est directeur carrières et prospective de l’Edhec

Manuelle Malot, spécialiste de l’emploi à l’international, elle est directeur carrières et prospective de l’Edhec

VIE, groupes comme PME y ont recours à Londres
Le VIE est un dispositif français, donc une piste pour travailler dans la filiale d’un groupe français à l’étranger. Avec 700 VIE, le Royaume- Uni est la 3e destination mondiale derrière l’Allemagne et les Etats- Unis et à égalité avec la Belgique. « 203 entreprises dont le siège social est en France en emploient en 2013 Outre-Manche, précise Hervé Ochsenbein, directeur d’UBIFRANCE pour le Royaume-Uni. La structure d’accueil peut donc être britannique ou française, en tant que filiale.» UBIFRANCE homologue les entreprises qui veulent bénéficier de ce dispositif qui les exonère de charges sociales pour recruter un jeune âgé de 18 à 28 ans pour 6 à 24 mois. Les candidats viennent de tous les pays européens, mais sont majoritairement français à Londres. Une entreprise peut affecter le jeune dans plusieurs pays, jusqu’à 8, durant un VIE. Elle peut aussi former le jeune en France avant son départ jusqu’à 165 jours. « Il y a 7 000 postes en VIE dans le monde, et nous avons 50 000 candidats sur notre base Web…. dont 74 % sont des diplômés Bac+5 et plus. » Les indemnités de VIE varient selon les pays. A Londres elles peuvent aller jusqu’à 2 000 euros.

 

Et offrent des opportunités très variées
« 60 % des 700 VIE britanniques sont pourvus (en nombre d’emplois) dans des groupes, 40 % dans des PME, détaille Hervé Ochsenbein. Les secteurs les plus représentés sont par ordre d’importance : banque/assurance, TIC, transpor t/logistique, agroalimentaire, énergies. » Concernant les missions confiées aux jeunes, elles sont par ordre décroissant en volume dans les fonctions finance, ingénierie technique, développement commercial, marketing, informatique, TIC, gestion de projet, RH, comptabilité, contrôle de gestion, communication, qualité…

 

Une formule gagnante
Au fil des ans, l’attractivité des VIE ne se dément pas, tant auprès des candidats que des entreprises. « C’est une expérience formidable durant laquelle le jeune se voit confier des responsabilités qu’il n’aurait pas au siège de l’entreprise, explique Hervé Ochsenbein. Il bénéficie du fait de travailler dans de petites équipes de filiales. En outre, le taux de transformation de VIE en emploi approche les 70 %. Plus spécifiquement, Londres ouvre les portes du monde ! Cela est aussi vrai pour un jeune qui y a réalisé un stage. » « Les VIE permettent de débuter dans de très bonnes conditions, ajoute Manuelle Malot de l’Edhec et spécialiste de l’emploi à l’international. C’est une expérience de choix pour qui entend réaliser une carrière internationale. »
www.ubifrance.fr

 

Londres, destination de choix pour les Graduate programs
Le Graduate program est né en Grande-Bretagne, Londres est donc un lieu privilégié pour le réaliser. « C’est ici que la formule est la plus développée, confirme Manuelle Malot. Toutes les grandes sociétés ont leur programme et ce dans tous les métiers, du marketing à la finance jusqu’aux technologies pour les ingénieurs. »
A l’instar d’un troisième cycle, il y a une saisonnalité pour ces programmes. Une rentrée en septembre ou octobre dans la banque, plutôt en janvier pour les autres secteurs. Les recrutements sont opérés un an à l’avance, « car le process dure plusieurs mois, prévient Manuelle Malot. Ce sont des programmes extrêmement sélectifs. Les Français sont appréciés des recruteurs britanniques, surtout les jeunes diplômés des grandes écoles pour leur niveau académique, culturel et leur expérience via les stages. »

 

A. D-F