La LMDE a finalisé en janvier 2016 sa restructuration engagée depuis un an. Forte de nouveaux partenariats avec l’Assurance Maladie et le groupe Intériale, elle peut désormais se concentrer sur son coeur de métier : la protection sociale complémentaire et la prévention santé des étudiants. Explications avec Romain Boix, Président et Nicolas Sarkadi (HEC Paris 95), Directeur Général de cette LMDE renaissante.

Romain Boix, Président et Nicolas Sarkadi (HEC Paris 95), Directeur Général de cette LMDE renaissante

Romain Boix, Président et Nicolas Sarkadi (HEC Paris 95), Directeur Général de cette LMDE renaissante

La LMDE a connu des difficultés, mais la première mutuelle étudiante de France se projette aujourd’hui dans un avenir beaucoup plus optimiste. Son horizon s’est éclairci durant l’été 2015 avec son intégration au sein du groupe Intériale, partenaire économique robuste et expert en protection sociale complémentaire. Par ailleurs,une nouvelle convention de délégation a été mise en place à la rentrée 2015 entre l’Assurance maladie et LMDE dont l’objectif est de s’appuyer sur les « points forts » de chaque entité. C’est désormais à la CNAMTS que revient la gestion au quotidien des activités du régime obligatoire des étudiants affiliés à la Sécu via LMDE centre 601 au plan national. La LMDE centre 601, quant à elle, reste chargée de l’affiliation des étudiants au régime obligatoire de Sécurité sociale, et va encore développer ses actions de prévention grâce à sa présence dans les grandes écoles et les universités.

 

Une mutuelle gérée par les étudiants pour les étudiants !
Concrètement, cette réorganisation durable propose déjà aux quelques 830 000 étudiants inscrits au régime obligatoire des services beaucoup plus réactifs depuis octobre 2015 via MyLMDE, l’espace perso pour accéder à leur compte Sécu Ameli accessible depuis www.lmde.com, une plateforme téléphonique unique, les 61 agences LMDE & Intériale et enfin l’accès aux 2 100 points d’accueil de l’Assurance maladie partout en France. « Outre cette nette présente d’autres avantages pour La Mutuelle Des Étudiants comme une pérennité financière consolidée et la mise en commun de compétences humaines et d’expertises croisées, souligne Nicolas Sarkadi, Directeur général d’Intériale et désormais également directeur général de LMDE. LMDE est en pleine adéquation avec la cible puisque je travaille avec un conseil d’administration uniquement composé d’étudiants de moins de 29 ans. » Par ailleurs, Intériale s’est toujours très investi dans une démarche d’innovation pour renforcer le lien et le caractère identitaire de ses adhérents fonctionnaires. LMDE, via ses conseillers mutualistes, ses intervenants prévention sur le terrain ou ses délégués élus par les étudiants, est ainsi le partenaire idéal d’Intériale pour enrichir son laboratoire d’idées et imaginer ensemble une mutuelle étudiante à la pointe de la technologie. C’est déjà le cas avec la cabine de télésanté LMDE installée dans une agence du quartier latin qui permet d’effectuer gratuitement un premier bilan santé des étudiants grâce à de nombreux objets connectés.

 

Une vraie mission de prévention santé
L’autre grand atout historique de La Mutuelle Des Etudiants, comparée à ses concurrentes régionales, c’est son statut national qui lui confère une meilleure visibilité et simplifie les démarches des affiliés et adhérents. « C’est un vrai point de différenciation, particulièrement adapté à des jeunes en mobilité comme les étudiants des classes préparatoires ou des grandes écoles », précise Romain Boix, élu à la tête de la nouvelle gouvernance LMDE en novembre dernier. Cette couverture nationale donne à LMDE une réelle expertise dans la connaissance des jeunes, à l’image de son observatoire EPSE (Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants) qui lui permet de mieux identifier leurs besoins de santé et d’y répondre avec plus de pertinence, voire d’alerter ou d’interpeller les pouvoirs publics. « Sur ce chapitre de la prévention, LMDE a un rôle très important à jouer auprès des étudiants qui sortent du cocon familial et s’apprêtent à entrer dans la vie active. C’est une période d’expérimentations mais qui doit également être celle de l’apprentissage des bonnes pratiques car ces jeunes ont physiologiquement tendance à user leur capital forme et n’ont pas, naturellement, une propension à s’occuper de leur santé. »

 

Chiffres clés :
830 000 étudiants inscrits au régime obligatoire – 120 000 adhérents à la complémentaire santé –
2 000
étudiants recrutés chaque année comme conseillers santé sur les campus – 61 agences en ville, une permanence dans tous les campus universitaires

 

B.B.

 

Contact : www.lmde.com