L’INSEAD a annoncé son partenariat avec Station F en faveur de l’entrepreneuriat, le 17 janvier 2018. L’événement a été l’occasion de présenter le programme INSEAD Launchpad destiné à soutenir les startups fondées par des anciens de l’école et hébergées à Station F. Plusieurs alumni ont également tenu à être présents afin de délivrer quelques conseils précieux à destination de ceux qui se lancent dans l’aventure entrepreneuriale.

 

Dans le cadre de son partenariat engagé avec Station F, l’INSEAD lance le programme INSEAD Launchpad, permettant aux startups constituées d’au moins un alumni de bénéficier du réseau et de l’expertise de l’école. Peter Zemsky, Doyen de l’Innovation et professeur de Stratégie à l’INSEAD, se félicite de ce partenariat : « nous sommes engagés pour l’innovation et nous voulons apporter notre contribution au développement de Station F et plus largement aux startups parisiennes. Ce lieu est le plus grand campus de startup du monde et porte les mêmes valeurs que nous en termes de diversité. Ce facteur a été clé dans notre décision de nous engager. »

En marge de ce programme, l’INSEAD proposera un ensemble de conférences menées par des anciens de l’école aujourd’hui entrepreneurs comme Nicolas Brusson (cofondateur de Blablacar et co-CEO) ou Jade Huang (PDG et fondatrice de StyleSage). Ces initiatives s’accompagneront d’une coopération entre le programme MBA de l’INSEAD et Station F. « Nous disposons de la crème de la crème des MBA grâce à nos étudiants qui ont une expertise unique liée à leur pluralité. C’est pourquoi nos élèves seront disponibles pour aider les startups incubées à Station F », explique Nancy Hsieh, Executive Director, Rudolf and Valeria Maag INSEAD Centre for Entrepreneurship.

Où ? Quand ? Comment ?

Pour postuler, l’INSEAD a lancé sa plateforme le 18 janvier dernier, pour un appel à projets jusqu’au 22 février. Les finalistes seront ensuite contactés le lendemain afin de réaliser un pitch en mars pour intégrer Station F le 2 avril. Pour être sélectionnée, la startup devra proposer un projet aux contours définis et structurés et présenter une équipe composée d’au moins un alumni. Les critères d’évaluation seront la viabilité du projet, l’impact social et économique, mais également la nécessité de bénéficier des atouts de Station F. Pour en savoir plus : https://www.insead.edu/launchpad-station-f/faq

© INSEAD

Les Do’s et les Don’ts pour réussir sa startup

Comment rencontrer le succès lors de son aventure entrepreneuriale ? Pour Frédéric Mazzella, co-président et cofondateur de Blablacar, la première chose à faire est de viser l’international. « Il faut développer des stratégies marketing à l’étranger et penser global, sans oublier d’adapter ses campagnes aux spécificités locales. Il est donc nécessaire d’apprendre quels sont les bons outils et mediums à utiliser dans chaque pays et de connaître le terrain, en embauchant du personnel local. » Un constat que partage Jo Bertram qui a géré l’expansion d’Uber en tant que Directrice Générale de la région Europe du Nord. « Avec Uber nous avons agi de manière décentralisée en trouvant des managers dans chaque pays où nous nous sommes installés afin d’accélérer la croissance. » Pour beaucoup, l’international est même la seule voie vers le succès, comme l’explique Taavet Hinrikus, fondateur et Président de Transferwise, société spécialisée dans le transfert d’argent. « Je viens de l’Estonie et il est impossible de ne pas penser global quand nous sommes dans des pays loin des hubs économiques. Aujourd’hui, nous sommes présents sur 3 continents : Europe, Asie et Amérique du Nord. Chaque continent est géré par une équipe locale. »

Parmi les « Don’ts » lorsque l’on construit son entreprise, Fréderic Mazzella note les problèmes de recrutement. « Il est important de ne laisser passer aucun profil. Personne n’est surqualifié pour un poste, car celui-ci peut être amené à grandir. » Jo Bertram complète : « Il ne faut pas embaucher pour les besoins immédiats, mais pour ce dont vous aurez besoin dans 20 ou 30 mois pour faire grandir votre entreprise. »

Pour conclure, Jo Berstram a tenu à donner son astuce pour réussir une bonne startup : « il faut savoir choisir ses projets. Parfois, les entrepreneurs veulent tout laisser grandir, mais il faut viser quelques challenges et les faire croître de manière exponentielle. »