Les diplômes d’ingénieur délivrés par les grandes écoles françaises habilitées par la Commission du Titre d’Ingénieur (CTI) ont cette particularité de valider un parcours académique à dominante scientifique et technique avec l’acquisition de compétences professionnelles nécessaires aux entreprises. Ainsi, 20 % du temps de la formation est consacré à l’acquisition de ces compétences alliée à une expérience significative en entreprise par le biais des stages.

École d’ingénieur en 5 ans, l’INSA de Rouen recrute majoritairement ses élèves après le baccalauréat. Cette durée est un réel atout car elle permet à ces derniers d’appréhender le monde de l’entreprise très tôt. Dès la fin de la première année, ils effectuent un stage dit « d’exécution » de 4 semaines minimum. Ce premier moment de découverte du monde professionnel leur permet d’appréhender les réalités économiques et sociales auxquelles ils seront confrontés dans l’exercice de leur métier. C’est aussi l’occasion d’une première réflexion sur leur projet professionnel et leur future insertion dans le monde du travail.

Au terme des deux années de tronc commun, nos élèves choisissent une spécialité. Ils doivent alors effectuer au minimum deux stages en entreprise du domaine de leur formation. Le premier est un stage dit de « technicien » d’une durée de deux à trois mois. Les missions confiées au stagiaire lui permettent déjà de gérer des projets simples en relative autonomie. On constate, en général, à l’issue de ce stage, une évolution importante de nos élèves. C’est souvent à cette occasion que leur projet professionnel se concrétise. Leur attitude vis-àvis des compétences qu’ils acquièrent à l’école évolue et ils deviennent vraiment des acteurs de leur formation.

Ceci leur permet d’adapter la fin de leur cursus à leurs objectifs. En effet, de nombreuses options leur sont offertes en dernière année, dans l’école ou par le moyen d’échanges académiques avec d’autres écoles et universités en France et à l’étranger. Depuis la crise financière, nos élèves rencontrent un peu plus de difficulté à trouver des entreprises pour ces stages courts. C’est pourquoi, l’INSA de Rouen favorise la place de l’entreprise dans l’école par la signature de partenariats. Les projets d’étude menés dans l’école sont pour la plupart liés à une problématique industrielle et débouchent souvent sur des stages dans les entreprises qui les ont initiés.

Le dernier stage est celui « d’ingénieur » de 4 à 6 mois. Il conclue la formation. Les missions et projets confiés au stagiaire sont ceux de niveau ingénieur débutant et permettent à l’élève d’éprouver ses capacités professionnelles. Ce stage doit permettre à l’étudiant de faire la synthèse de ses connaissances, de démontrer son aptitude à les utiliser et les enrichir, de prouver sa capacité à les appliquer au monde du travail. Il doit y démontrer ses aptitudes relationnelles, au travail en groupe et son esprit d’initiative. C’est aussi la principale porte d’entrée vers l’insertion. Environ la moitié des diplômés trouvent leur 1er emploi dans l’entreprise où ils ont effectué leur stage. Au total, les étudiants de l’INSA de Rouen auront passé au minimum 35 semaines en entreprise. Les compétences acquises au cours de ces stages font de nos diplômés des ingénieurs immédiatement opérationnels dans les entreprises qui les emploieront. D’ailleurs, les chiffres de l’insertion de nos diplômés parlent d’eux même, l’année dernière la durée moyenne pour trouver un emploi était de 4 semaines.

N’oublions pas que les entreprises travaillent maintenant sur un marché mondialisé. C’est pourquoi l’ouverture internationale est une caractéristique forte de la formation à l’INSA de Rouen et à tous les niveaux du cursus. Ceci passe par l’apprentissage de deux langues vivantes étrangères, dont l’anglais, par le mélange des étudiants internationaux (21 % des élèves, 45 nationalités) et français, de la possibilité de réaliser une partie de son cursus en section internationale bilingue et par une expérience significative à l’international. Celleci s’effectue dans le cadre d’échanges académiques avec des établissements partenaires à l’étranger, mais aussi très souvent par des stages effectués à l’étranger. Nos diplômés ont de ce fait une expérience de la culture des entreprises d’autres pays et n’hésitent pas à chercher leur premier emploi hors de la France (11 %).

 

Jean Maquet, Directeur des formations et de la vie étudiante