Les objets connectés aussi connus sous le nom de IoT (Internet of things), sont de plus en plus présents dans nos vies. Tous les secteurs se connectent de plus en plus via ces objets intelligents, permettant de faire une multitude d’actions, par Damien Delbos, pour Sup’Internet

 

Les secteurs

Parmi les secteurs auxquels on pense en premier, il y a la santé et le bien-être, via des capteurs en temps réél (bracelet sportif, analyseur de glucose en continue…), la domotique qui connecte votre maison (thermostat centralisé, assistant vocal…) ou encore dans les transports (radar de vitesse, voiture autonome…). Mais en réalité les secteurs sont bien plus nombreux (énergie, agriculture, éducation, environnement, industrie, architecture, banque…). Chaque secteur met en place, depuis longtemps déjà, ces objets afin d’améliorer leur efficacité (capteur, afficheur…).

Pour les particuliers

À l’heure actuelle, la progression vers ce nouveau monde connecté se fait petit à petit, mais les bienfaits chez les particuliers s’en ressentent déjà. On voit de plus en plus dans les nouveaux foyers des équipements qui permettent d’améliorer et de mesurer sa consommation énergétique, de surveiller à distance sa maison et même de nourrir ses animaux domestiques. Pour la plupart, l’interaction avec et entre ces objets se fait à distance (vocale / application mobile) ce qui facilite la vie des usagers, mais demande aux réseaux de communication d’être de plus en plus performants. C’est pour cela que l’on peut voir de nouveaux types de réseaux comme SigFox ou LoRa, très prometteurs et adaptés à ces nouveaux besoins.

Pour les professionnels

Dans les secteurs professionnels et publics, ces outils sont déjà présents depuis quelques années, mais les processus de mise en place sont plus longs, plus complexes et plus coûteux. Les objets sont souvent spécifiques à des besoins particuliers comme dans les autoroutes, les capteurs dans le bitume permettant la mesure du trafic ou encore la télémédecine qui permet à des médecins de conseiller des patients dans l’incapacité de se déplacer. C’est pour cela que de nombreuses start-up voient le jour afin d’aider ces secteurs à se moderniser et être plus performants tout en restant très abordables. Comme la start-up Smart Prospective, qui propose aux magasins les outils permettant d’analyser les clients afin de mieux connaître leurs besoins et de leur proposer les articles qu’ils recherchent. L’éducation est un secteur d’une grande importance pour le futur de l’IoT, car cela fait rentrer les objets connectés dans la vie des plus jeunes de manière naturelle, mais ce secteur reste lent à intégrer ces technologies ce qui devrait rendre la transition vers un monde connecté plus régulière.

Pas seulement du positif ?

Malgré les avis, majoritairement favorables sur l’adoption de ces nouveaux outils, ceux-ci possèdent des aspects négatifs. Comme la dépendance de plus en plus forte à la technologie ou encore la quantité massive de données personnelles qui sont partagées sur le réseau et stockées dans des endroits inconnus. La législation est en cours d’application et un nouveau règlement européen (la GDPR) à destination des entreprises vise à réguler le traitement de ces données. Date de mise en vigueur le 25 mai 2018.

On peut penser que dans quelques années tous ces dispositifs seront beaucoup plus présents.