Président de l’IMD depuis 2010, Dominique Turpin est aussi professeur de marketing. Il dit appliquer la première des leçons de sa discipline pour son établissement : la différentiation pour exister dans le monde très concurrentiel des business schools mondiales. Rencontre.

Les locaux de l'IMD sont situés à Lausanne, et affichent le côté sélect de la Suisse et d'un positionnement sur les programmes executive de haut niveau

Les locaux de l'IMD sont situés à Lausanne, et affichent le côté sélect de la Suisse et d'un positionnement sur les programmes executive de haut niveau

Quelles sont les forces de l’IMD ?
La première est d’être très pratique. Créée par des industriels, l’IMD cultive sa proximité avec l’opérationnel, l’exécutif. Notre positionnement est d’ailleurs exclusivement sur la formation continue des cadres. Je suis persuadé que l’on ne peut pas être bon sur tous les formats de programmes. Notre excellence est reconnue pour la 3e année consécutive par le FT qui nous classe premier pour l’executive education dans le monde.
Etre suisse c’est un état d’esprit tourné vers l’excellence, la rigueur dans l’organisation, et un certain standing qui correspond aux attentes de nos cibles cadres d’entreprises. Nous les accueillons d’ailleurs sur un campus aux plus hauts standards internationaux, entièrement équipé des nouvelles technologies. Le soutien administratif et logistique est assuré du personnel issu du monde de l’hôtellerie de luxe. Si l’on veut faire de la formation executive au plus haut niveau, il faut gérer son établissement comme une Formule 1 !

 

« Si l’on veut faire
de la formation executive au plus haut niveau, il faut gérer son établissement comme une Formule 1 ! »

Qu’en est-il de sa dimension internationale ?
En tant qu’acteur européen actif mondialement, ayant un corps professoral international, nous avons une carte à jouer pour proposer de la formation pour dirigeants qui sort du mainstream américain. A l’IMD, la culture locale ne domine pas, nous n’avons pas d’idéologie sur le business. L’institution compte 34 nationalités parmi nos 50 professeurs et il y a moins de 5 % de suisses dans nos classes. C’est un atout pour former des dirigeants à une réelle approche mondiale du business. L’IMD a aussi la culture suisse de la diversité. Les grandes sociétés suisses ont des dirigeants étrangers dans leurs boards, et déploient leurs activités à l’échelle mondiale.

 

Quels sont les besoins des entreprises en termes de compétences et problématiques business ?
Il est intéressant de voir combien ces besoins changent avec les évolutions économiques, la mondialisation et les crises. Il y a 25 ans les héros de l’entreprise étaient les cadres de la production ; puis ça été le tour des marqueteurs, des financiers, des stratèges et des leaders. Pour demain, les entreprises ont besoin d’innovateurs, de créateurs de nouveaux business. Tout le défi est d’apprendre aux gens à repenser et à penser autrement. Enseigner à des cadres prometteurs envoyés par leur entreprise est très spécifique. Ils attendent une formation collant aux réalités de l’entreprise, dans un esprit business. Ils veulent qu’on leur parle de l’avenir. C’est pourquoi nos professeurs présentent un profil équilibré entre dimension académique et de recherche, et dimension de connaissance du business, de leur discipline de manière opérationnelle et mondiale.

 

Quels sont vos programmes ?
L’IMD propose 25 programmes publics ouverts à des cadres de tous niveaux, des programmes sur-mesure pour des entreprises, ainsi qu’un EMBA et un MBA. Je suis particulièrement fier que l’IMD ait été choisie par GE pour redessiner et prendre en charge l’ensemble de sa formation pour cadres (top 300, top 200 et top 100 dans le monde). Lorsque j’explique que GE nous a préféré à toute autre business school dans le monde, cela nous donne une forte crédibilité sur un marché extrêmement concurrentiel. Nous dispensons nos programmes privés à 120 entreprises dans le monde.

 

L’IMD en chiffres
50 professeurs à plein temps (34 nationalités)
8 000 cadres issus de 98 pays étudient à l’IMD / an
Moyenne d’âge des participants : 40 ans
80 000 alumni dans le monde
CA annuel : 85 M€

 

A. D-F