« A l’ESPCI, nous avons presque autant d’étudiants que de chercheurs ! » annonce Vincent Croquette, son directeur général depuis janvier 2019. Le décor est planté. L’ESPCI n’est pas une école d’ingénieurs comme les autres. La recherche est la colonne vertébrale de l’institution depuis sa fondation en 1882. Avec pour conséquence la formation d’ingénieurs singuliers, des ingénieurs du 3ème type.

 

Vincent Croquette credits William Parra

La formation des ingénieurs ESPCI est largement fondée sur la recherche grâce à un très important pôle de recherche. Les élèves sont formés dans l’esprit de la recherche, celui de l’exigence et de la rigueur intellectuelle. « La formation est pluridisciplinaire dans le tronc commun, au carrefour de la chimie, de la physique et de la biologie, décrit Vincent Croquette. Notre programme est très dense ! Ici les étudiants travaillent beaucoup. »

Bain pluridisciplinaire

Dans cet esprit d’interdisciplinarité, chacun étudie un large panel de sciences avant de se spécialiser en dernière année. « Pour intégrer l’ESPCI, il faut avoir le goût des sciences dans leur diversité et avoir envie d’un bain pluridisciplinaire » précise le directeur lui-même diplômé de l’école.

Et toujours dans l’esprit de la recherche, la théorie a pour objet d’être utile, de servir un dessein. A l’ESPCI, il règne un équilibre entre enseignements théoriques et expériences. « Un équilibre là encore original dans le paysage des écoles d’ingénieurs, se félicite Vincent Croquette. La moitié du temps, nos élèves sont en TP ! » Des TP de différentes natures pour développer des qualités intellectuelles et des compétences uniques. « A l’ESPCI, un TP ce n’est pas répondre à 20 questions sur une feuille en 3 heures ! »

L’esprit et les compétences de la recherche

L’un des TP se déroule sur une semaine, accordant toute la liberté aux élèves d’explorer, de tester de nouvelles pistes face à une impasse, de réorienter leur raisonnement et l’expérience, de prendre des avis, d’analyser, pour finalement trouver la solution. Ils abordent un sujet dans son intégralité, encadrés par des chercheurs.

Dans la lignée de Pierre Curie

L’école vient de célébrer l’expérience de Pierre Curie (qui fut professeur à l’ESPCI NDLR), sur le magnétisme des corps, sujet de sa thèse. « Il était aussi bon théoricien qu’expérimentateur, raconte Vincent Croquette. Il incarne l‘esprit de la formation de l’ESPCI. Comprendre, observer, explorer en s’appuyant sur sa connaissance de la théorie, c’est exactement la démarche que nous promouvons. Marier ces deux compétences, c’est la marque de fabrique de l’ESPCI. En ce sens, l’ESPCI est l’école pour apprendre à apprendre. »

(Presque) tous atteints par le virus de la recherche

La recherche ça vous gagne ! L’émulation intellectuelle, la satisfaction de chercher et trouver, marque profondément les élèves-ingénieurs de l’ESPCI. Ils sont ainsi 70 % à poursuivre en thèse ! Un record dans le monde des écoles d’ingénieurs. « Suivre une formation très proche de la recherche leur donne ce goût d’explorer plus avant cette voie pour s’épanouir », confirme Vincent Croquette, lui-même devenu docteur après son cursus. Et de l’avis du directeur la thèse est LA formation de référence à l’échelle mondiale pour la sphère académique, mais pas seulement. Vincent Croquette a enseigné à Princeton grâce à ce sésame. Il observe aussi une évolution favorable du côté des entreprises. « Cela dit, nous restons en retard par rapport aux Etats-Unis et à l’Allemagne qui ont compris la valeur-ajoutée d’un docteur pour la R&D, surtout dans un domaine complexe comme la chimie. »

« Nous avons aussi des jeunes qui se sont pas des adeptes de l’expérimentation », ajoute Vincent Croquette. Certains préparent un double diplôme pour aller vers le management et la gestion d’entreprises. D’autres se tournent vers la création d’entreprises. « Monter une startup est très proche de l’esprit de la recherche : vous devez tout faire, vous partez d’un feuille blanche, vous devez surmonter des aléas, rebondir, passer des étapes en cherchant à vous améliorer en permanence. » La polyvalence n’est pas un vain mot à l’ESPCI.

Les projets stratégiques de l’ESPCI en 2019

#1 Un nouveau campus pour 2024 : L’ESPCI est une école de la Ville de Paris. Installée sur son campus historique de la Montagne Sainte Geneviève, elle a engagé un chantier d’ampleur avec le soutien de la Mairie à hauteur de 176 M€. « Nous reconstruisons notre établissement sur son site historique ! Le chantier durera 5 ans. Nous déplaçons l’entrée sur la place Alfred Kastler juste en face de l’ENS. Ce sera l’un des espaces de notre campus étendu avec nos partenaires de PSL. »

#2 PSL : La Montagne Sainte Geneviève, c’est en effet le cœur de l’Université PSL dont l’ESPCI est l’un des neuf membres. « Nous contribuons à en faire un des hauts lieux de la recherche et de la formation française. PSL est notre groupe d’appartenance. Nous continuons à collaborer avec ParisTech pour nos recrutements à l’international et pour la formation de nos enseignants au sein du programme Racine. »

Ambiance, Technologie : ça roule à la RATP !