« Ecole d’ingénieurs, l’EISTI délivre deux diplômes de spécialités en génie mathématiques et en génie informatique ainsi que deux diplômes nationaux de master réservés aux étudiants étrangers, l’enseignement de ces masters étant dispensé en anglais. L’EISTI propose également des mastères spécialisés. »
Nesim Fintz, Directeur général de l’EISTI

Nesim Fintz, Directeur général de l’EISTI

Nesim Fintz, Directeur général de l’EISTI

L’embarras du choix !
Chaque option d’enseignement du génie informatique débouche sur des métiers qui concernent l’ensemble des IT. Ainsi l’EISTI, numéro 1 en matière de business intelligence (informatique décisionnaire), forme des ingénieurs qui pilotent leur organisation de façon réfléchie, des responsable sécurité des systèmes d’information et des administrateurs réseau. De même, nos ingénieurs travaillent sur l’informatique embarquée qui est intégrée à un matériel dédié (avions, portables, mobiles, train..), sur l’ingénierie du Cloud computing permettant d’avoir accès à des données à distance et sur l’ingénierie des systèmes complexes (machines parallèles, processus programmable, architecture client-serveur).

 

Les plus de l’école
L’info mécatronique qui s’enseigne dans le cadre du Collegium Île-de-France dont nous faisons partie, est destinée à des chefs de projets industriels complexes. Nous formons des ingénieurs spécialisés dans la maîtrise informatique de l’image interactive homme-machine (jeux, CAO, infographie, réalité virtuelle, simulation). La simulation numérique haute performance qui nécessite des calculs puissants, permet à nos ingénieurs de modéliser et de simuler les problèmes réels avec des contraintes industrielles qui touchent à la robotique, l’aéronautique et au spatial.

 

Le DSI, une fonction atypique…
… parce qu’elle se place à un niveau stratégique d’importance capitale, le DSI étant chargé de l’adéquation du système d’information à la stratégie de l’entreprise, de définir et de gérer les budgets et de coordonner les équipes techniques.
… parce qu’il n’existe pas de formations spécifiques, de cursus classique bien déterminé permettant de postuler à cette fonction. Le diplôme d’école d’ingénieurs spécialisée, complété par un MBA, voire le double-diplôme école d’ingénieurs/ école de management, constituent les meilleures clés d’accès à ce métier.
… dans la mesure où ce poste est confié à des personnes d’expérience (10 ans au moins), titulaires de solides bagages techniques en informatiques, ayant l’habitude de manager des équipes et en capacité d’avoir une vision stratégique de l’innovation et du changement. Avec un minimum de 50 K€ annuels, les salaires des DSI sont à la hauteur de leurs responsabilités.

 

Le boom du secteur !
L’étendue des applications
L’accélération de la globalisation et l’évolution très rapide des IT (Information Technology) montre à quel point ce secteur a pris une place prépondérante dans le monde économique d’aujourd’hui. De nouveaux acteurs ont fait leur apparition à partir du Web, non seulement dans des fonctions responsables de la gestion de l’infrastructure mais également dans le cadre de l’essence même de leur entreprise, la gestion des données analyse devenant un avantage concurrentiel. Cette véritable « économie des données « touche désormais tous les secteurs de l’économie, y compris les moins technophiles.
Des besoins permanents
Les besoins en personnel IT vont croître dans les années à venir. En effet, les ingénieurs, informaticiens et chercheurs seront passés de 100 000 à 700 000 personnes entre 1995 et 2015. On s’aperçoit qu’aujourd’hui, les recrutements concernent essentiellement les jeunes diplômés de niveau master 1 et 2, en provenance d’écoles d’ingénieurs spécialisées. Ce phénomène pourrait poser à terme des problèmes de recrutement compte tenu de l’évolution rapide de la demande dans la mesure où sur les 10 prochaines années ces métiers d’ingénieur connaîtront un taux de croissance de 2 %.

 

Patrick Simon