Martine Cazier, directeur général adjoint de l’ECP

Martine Cazier, directeur général adjoint de l’ECP

Enquête sur les salaires des jeunes diplômés : les ajustement sur les salaires des jeunes diplômés des grandes écoles sont restés limités depuis 2008. Les rémunérations affichent même une hausse qui se confirme en 2010. Les salaires sont repartis à la hausse

Séverine Jeauffret, directeur des relations étudiants entreprises de l’ESSEC

Séverine Jeauffret, directeur des relations étudiants entreprises de l’ESSEC

Les diplômés des grandes écoles, toujours valorisés par les entreprises
Les résultats de l’enquête insertion jeunes diplômés de la Conférence des Grandes écoles dévoilés fin octobre, note que la baisse des salaires a débuté dès 2008 pour les managers et en 2009 pour les ingénieurs. Une baisse toutefois minime. Au cours de la première année d’emploi, les entreprises ont accordé des primes dites de « signing bonus » pour une part non négligeable, et promettent souvent des augmentations un an plus tard afin d’attirer et fidéliser les talents. Sur un salaire annuel hors primes la baisse s’élève à 700 € en moyenne soit 60 € par mois. La courbe globale indique un salaire moyen hors primes de 31 780 € pour les ingénieurs et 32 540 € pour les managers. Les premiers retours des élèves diplômés en 2010, analysés actuellement, indiquent une hausse modérée des salaires et un retour aux niveaux de salaires antérieurs à la crise.

Félicité Gasparetto, responsable déléguée de Sciences Po Avenir

Félicité Gasparetto, responsable déléguée de Sciences Po Avenir

Des salaires moyens à la hausse à l’X et à l’ECP en 2010
Afin d’attirer les talents, les entreprises ont néanmoins augmenté les salaires ces dernières années. M. Cazier, DGA de l’ECP a ainsi constaté que « la moyenne des salaires des jeunes diplômés est à la hausse. Ils sont conformes au marché en ce qui concerne les postes traditionnels, mais supérieurs concernant les postes de niche ou sur lesquels des tensions de recrutements existent. » Les salaires des jeunes centraliens sont de 5 à 10 % plus hauts par rapport à la moyenne lorsqu’ils débutent à l’étranger. Mme Cazier n’a sur ce plan pas noté de différence depuis le début de la crise. La rémunération annuelle brute avec primes, s’établit dans la dernière enquête premier emploi à 45 000 € en France, et à plus de 53 000 € à l’étranger. Sans surprise, les salaires les plus hauts sont proposés dans la finance à l’étranger. « Les salaires sont globalement en augmentation par rapport à 2008. Ils atteignent en moyenne 47 621 € brut/an. Ils restent donc attractifs et confirment la reconnaissance de notre vocation à former des talents pour l’entreprise. J’ajoute que les salaires des filles sont équivalents à ceux des garçons, et que même 20 % d’entre elles perçoivent des salaires supérieurs. Une preuve s’il en faut, que les études d’ingénieurs sont aussi féminines que masculines … »

Bérangère Pagès, directeur des relations entreprises d’HEC

Bérangère Pagès, directeur des relations entreprises d’HEC

Dans son enquête premier emploi, l’École Polytechnique considère l’évolution des salaires des jeunes diplômés ayant intégré une entreprise (hors corps d’État donc) sur cinq ans. Après un passage à 42 300 € en 2008, avant la crise, le salaire médian des polytechniciens en 2009, en France et hors prime, est revenu à son niveau de 2007, soit 41 000 €. Les salaires les plus importants sont toujours proposés dans la finance.

Catherine Desjacques, directeur des relations entreprises de ESCP Europe

Catherine Desjacques, directeur des relations entreprises de ESCP Europe

Les salaires des diplômés en management marqués par les secteurs d’activité
Les salaires des diplômés d’écoles de management sont eux aussi restés élevés du fait de leur placement dans des secteurs rémunérateurs. Ainsi, ils sont en 2009 toujours 30 % à se placer dans la banque et 30 % dans le conseil à la sortie d’HEC. La hausse des salaires a été reportée d’un an comme l’a noté B. Pagès, directeur des relations entreprises. « Le salaire moyen sans bonus en France, était de 49 000 € en 2007, 47 000 en 2009 et 48 000 en 2009. Ils sont comme de coutume plus élevés à l’étranger : 68 557 € en 2007, 59 000 en 2008 et 53 000 en 2009. »

Les salaires sont restés attractifs dans la banque, le conseil et l’audit, mais aussi dans les cabinets d’avocats d’affaires où se placent les diplômés de la Majeure Stratégie fiscale et juridique internationale d’HEC.

Chez les diplômés de l’ESSEC, l’effet secteur est également net. Les banques et fonds d’investissement dopant le marché des salaires élevés. « Ils sont traditionnellement moins importants en marketing ou finance d’entreprise, confirme S. Jeauffret, directeur des relations étudiants entreprises. Les rémunérations se sont globalement stabilisées entre 2008 et 2009. Le salaire brut annuel en France était de 44 700 € en 2009 et de 44 982 en 2009. L’érosion a été notable à l’étranger : après 52 000 € en 2008, bonus d’entrée compris, les salaires ont atteint 48 900 en 2009. Le delta sur les rémunérations était attendu, mais s’est avéré plus faible, se focalisant sur les métiers de la finance, logiquement plus durement touchés par la crise. »

Brigitte Duret, Responsable carrières et Contacts entreprises au sein du service stages, orientation, insertion professionnelle de la direction de l’enseignement de l’École Polytechnique.

Brigitte Duret, Responsable carrières et Contacts entreprises au sein du service stages, orientation, insertion professionnelle de la direction de l’enseignement de l’École Polytechnique.

La même tendance se dessine pour les diplômés de ESCP Europe, dont le salaire moyen brut/an primes incluses, atteint 46 521 € en 2009. « Il est de 43 074 € en France et 53 126 à l’étranger, précise C. Desjacques, directeur des relations entreprises. Nous observons un retour de la finance de marché, notamment en Suisse et au Luxembourg. Les premiers retours de diplômés en poste pour 2010 que nous analysons depuis janvier, montrent des salaires aux valeurs similaires ou supérieures. La tendance est à la reprise et nous sommes revenus depuis 2009 aux niveaux de salaires antérieurs à la crise. » Dans le conseil, notamment en stratégie, les diplômés gagnent des salaires moyens de 45 230 €, de 42 000 dans l’audit et 41 650 dans le contrôle de gestion-administration- comptabilité.

Chez les Sciences Po le salaire moyen annuel brut s’établit à la dernière enquête à 37 000 €. Il est plus élevé chez les diplômés en finance et en droit économique (cabinets d’avocats). « Nous constatons une évolution positive de la moyenne, note F. Gasparetto, qui se situait l’an dernier à 34 000 €, et notable dans tous les secteurs comme en GRH, urbanisme, affaires publiques, droit économique ou affaires internationales. Les salaires sont également supérieurs à l’étranger – 39 000 € en 2009 – mais très divers selon les zones géographiques considérées. Nous consultons nos diplômés deux ans après l’obtention de leur diplôme, et constatons là aussi des augmentations générales des rémunérations depuis 2007. »

A. D-F