Si les fonctions traditionnell es du marketing / ventes – chef de projet, responsabl e marketing, ass istant marketing, chef de produit… – demeurent attractives, les métiers du web marketing représentent l’avenir de l’entreprise et drainent la majeure partie des opportunités du secteur.

Le marketing, par sa connexion directe au marché, s’inscrit au coeur de la stratégie de l’entreprise avec un enjeu fondamental : créer de la valeur pour le consommateur et le client distributeur. Avantage aux profils innovants et variés pour relever ces nouveaux défis : grandes écoles, masters spécialisés en marketing management ou multimétier, profil international…

 

Une fonction en pleine mutation
Maesina International Search a récemment établi le palmarès des fonctions les plus demandées par les entreprises en 2013 : marketing development manager ; responsable e-commerce ; directeur retail ; responsable merchandising ; CRM et multicanal ; commercial. Une aubaine pour les jeunes commerciaux ou les jeunes diplômés intéressés par la vente. « L’enjeu business qui repose sur les ventes en magasin est primordial, affirme Frédéric Oble. La dimension commerciale du marketing est donc favorisée par les entreprises. Le terrain prend peu à peu le pas sur le marketing traditionnel. Les trois quarts des décisions d’achats s’effectuent en magasin donc les métiers de la vente et les profils commerciaux sont très demandés. De nouveaux métiers apparaissent, centrés sur le consommateur : responsable d’enseigne, trade marketer, category manager… »

 

Le digital, ces métiers d’avenir
Le baromètre 2014 Entreprise et médias sociaux d’Idaos Lab1 révèle que 72 % des entreprises ont déjà intégré les médias sociaux dans leur stratégie et que 91 % considèrent la digitalisation de leur entreprise comme un objectif stratégique dans les deux prochaines années. Une mine d’opportunités pour les jeunes diplômés nés à l’heure des NTIC : community manager, traffic manager, consultant e-business, chef de produit web, expert e-CRM, responsable e-réputation, buzz manager… Désormais, ces nouveaux métiers font partie du paysage marketing. Les talents 2.0 deviennent les forces vives de la stratégie de marque autour de l’e-réputation, l’e-infuence ou encore l’e-business.

 

80 % des postes en btob
Le marketing digital en plein développement, ces nouveaux métiers génèrent de nouvelles expertises pour les entreprises. « Community manager, e-CRM, chef de produit web… Pour un jeune diplômé, c’est une belle porte d’entrée car il possède une expertise ‘’naturelle’’ du numérique. L’explosion du volume de données à traiter, le Big Data, impose elle aussi de nouveaux besoins et donc de multiples opportunités. Si les études mettent souvent l’accent sur le btoc, ces problématiques conduisent plutôt les jeunes recrues à évoluer à 80 % en btob. Aujourd’hui, le marketing offre un spectre de métiers très large et des perspectives d’évolution très vastes. »

 

La tête dans les étoiles et les pieds sur terre
« Le marketeur n’est pas un pur créatif ou un intuitif. Les capacités d’analyse et de diagnostic des performances sont très recherchées par les recruteurs. Un jeune talent fera la différence par sa capacité à innover, anticiper, décoder mais aussi par sa communication. Sa force de conviction pour gérer ses collaborateurs internes et les intervenants externes est essentielle. Il doit faire fonctionner son cerveau droit et son cerveau gauche. La fonction marketing est très complète. »

 

1 Baromètre réalisé sur près de 200 décideurs de tous secteurs, dont 40 % d’entreprises de 1 000 salariés ou plus.

 

VC