Yves Poilane, Directeur de Télécom ParisTech

Yves Poilane, Directeur de Télécom ParisTech

« Innover et entreprendre dans un monde numérique »
Notre slogan vaut pour toutes les parties prenantes de l’école, aussi bien les élèves que le corps enseignant. Nous sommes animés de la conviction que le numérique transforme l’économie et la société ; nous vivons actuellement une révolution, à la manière de la révolution industrielle ou de l’invention de l’imprimerie. Notre pierre à cet édifice consiste à former des jeunes et à faire de la recherche, de façon que ce monde numérique réponde aux grands enjeux économiques et sociétaux du XXIe siècle. Notre mission est d’accompagner la transition du monde vers le numérique en développant des recherches innovantes ainsi que l’entrepreneuriat chez nos étudiants.

 

Mix de cultures
Sur notre campus qui compte 40 % d’étudiants étrangers, il existe un vrai projet interculturel, avec un grand nombre de langues enseignées et la création d’événements pour lier les communautés.

 

L’originalité de notre formation
Elle est ultra modulaire car dès le début de la 2e année, les étudiants choisissent les cours à l’unité, c’est-à-dire que l’optionalité est totale. En effet, nous souhaitons former une grande diversité de profils. Notre projet pédagogique étant fondé sur la dynamique du choix, l’étudiant étant amené à davantage réfléchir sur ce qu’il veut faire ; nous accélérons en quelque sorte l’émergence de leurs projets professionnels. Nous nous préoccupons de la diffusion des nouvelles technologies numériques dans la société, ce qui implique que la formation en sciences économiques et sociales ait une certaine importance. En effet, un bon ingénieur doit comprendre en quoi ces technologies révolutionnent les rapports sociaux.

 

La grande innovation de la rentrée
Nous venons de refondre l’enseignement de 1ère année avec une réforme centrée sur l’importance des sciences de base (maths et physique), associée à une ouverture consacrée à la place de l’innovation dans les économies occidentales et à celle des technologies de l’information dans les économies modernes, par le biais de conférences faites par des intervenants issus de l’industrie. Dès leur entrée à l’école, les étudiants peuvent ainsi faire le lien entre les cours et leur futur métier. En outre, la place de la pédagogie active est renforcée par la mise en place en début d’année avec un grand projet pluridisciplinaire qui dure 4 mois.

 

« Adaptabilité
et innovation ont toujours été les moteurs de notre école. L’invention du mot «télécommunication » par l’un de ses directeurs, Edouard Estaunier, en 1904,
en est la manifestation la plus symbolique. »

L’entrepreneuriat en ligne de mire
Une troisième année commune avec HEC « Management et nouvelles technologies » brasse à parité des élèves ingénieurs et des élèves managers afin de les accompagner dans un projet de création d’entreprise virtuel ou réel. 15 % des étudiants qui suivent cette formation créent leur entreprise à la sortie de l’école. De plus, une cinquantaine d’étudiants par an choisissent un cours optionnel d’aide à la création d’entreprise, cours plus didactique destiné à ceux qui veulent acquérir les fondamentaux. Enfin, nous multiplions pour les étudiants les contacts avec l’incubateur. Ils peuvent ainsi travailler sur un projet proposé par une entreprise afin de connaître de l’intérieur la vie d’une start-up. Ce dispositif complet vise à développer et à cultiver les aptitudes à l’innovation et à l’entrepreneuriat de nos étudiants.

 

En termes de débouchés…
Si nos diplômés peuvent trouver un emploi dans tous les secteurs d’activité, les technologies de l’information étant stratégiques, ils accèdent à des postes de responsabilité à 10/15 ans dans n’importe quel domaine.

 

Patrick Simon