Les acteurs du monde industriel et de la recherche recrutent des collaborateurs qualifiés qui sauront répondre aux nouveaux enjeux technologiques du marché de la santé. Au cœur de leurs besoins, des experts qui maîtrisent à la perfection les Technologies de l’information et de la Communication (TIC) et ont une bonne connaissance des sciences de la vie et de la santé. Tour d’horizon des filières d’avenir.

Le Data Management en plein essor
La filière santé est celle qui connaît la plus forte croissance dans un contexte économique instable. Dans ce secteur porteur, les nouvelles technologies comme la robotique ou l’architecture des systèmes d’informations hospitaliers, nécessitent de nouvelles compétences. À l’instar des postes d’ingénieurs en informatique décisionnelle de la santé, d’ingénieurs en recherche clinique, ou d’ingénieurs en systèmes embarqués et télésanté. Parmi les nouveaux métiers émergents, le Data manager santé est chargé de créer une base de données pour faciliter les recherches d’informations. Il doit s’assurer de leur fiabilité, mais aussi de leur transmissibilité d’une plateforme à l’autre.  Ces experts sont le plus souvent issus de formations en informatique et statistique. Les banques, les assurances et les laboratoires pharmaceutiques sont parmi les plus gros employeurs de Data managers. Une fonction en plein essor qui peut conduire à un poste de Responsable des Systèmes d’information.

 

 

Les bio-technologies et les biomasses en première ligne
La médecine a aujourd’hui besoin de plus en plus de technologie dans ses différentes disciplines. Depuis quelques années, les spécialistes en biotechnologie sont de plus en plus sollicités. Ces jeunes ingénieurs commencent souvent dans les services R&D des grands groupes et travaillent sur des thématiques essentielles pour l’être humain comme la santé, l’environnement et l’alimentation. Leur mission : créer de nouvelles matières, énergies ou bactéries, qui seront utilisées par les industries chimiques, pharmaceutiques ou agroalimentaires. Ils sont la plupart du temps, titulaires d’un Master en sciences, technologies et santé. Autre filière en plein essor, la valorisation de la biomasse rassemble les matières organiques d’origine végétales ou animales pouvant devenir une source d’énergie par combustion. En France, la biomasse représente la première source d’énergie renouvelable devant les énergies hydraulique, éolienne et géothermique. Le secteur produira 10 % de la production d’électricité renouvelable et 83 % de la chaleur renouvelable en 2020. Mais les perspectives professionnelles des ingénieurs biomasse progressent aussi au niveau mondial. En effet, de nombreux pays en développement possèdent des ressources importantes en biomasse. D’où leurs besoins en experts qualifiés capables de concevoir de nouvelles installations et de mener des expériences en matière de développement durable.

 

Le génie biomédical
Ce secteur, plutôt récent, intègre les sciences physiques et chimiques, les mathématiques et les principes de l’ingénierie pour l’étude de la biologie, de la médecine ou de la santé. L’ingénieur biomédical possède une double culture (technique et médicale) qui lui permet d’être à l’interface avec les professionnels de santé. Il conçoit et développe des bioproduits, des équipements ou des appareils innovants qui permettent le diagnostic et le traitement des maladies. Ses domaines d’expertise sont très vastes : la biomécanique, l’imagerie médicale, les biomatériaux ou l’informatique médicale.

 

 

F.B