Depuis cinq ans, la crise financière a profondément modifié le paysage des métiers de la Finance. Les difficultés de recrutement en Finance de marché et la fermeture temporaire de certaines formations de Master emblématiques en Finance ont largement alimenté l’appréciation commune que les métiers de la Finance étaient en perte de vitesse et qu’il ne valait mieux pas envisager de vouloir faire carrière sur les marchés financiers.

Il est vrai que les opportunités de travail sur les marchés financiers se sont étiolées. Les candidats à ces fonctions doivent redoubler d’efforts en présentant des connaissances de haut niveau, plusieurs expériences internationales, une capacité d’adaptation et une maîtrise des langues étrangères. Mais, ce marché demeure global et il reste possible de trouver des propositions intéressantes sur les grandes places financières qui mettent clairement les candidats en concurrence. Pourtant, il existe des métiers de la Finance qui sont recruteurs, accessibles et porteurs d’avenir. Nous pouvons les distinguer selon qu’ils soient de proximité ou internationaux

LES MÉTIERS DE LA FINANCE DE PROXIMITÉ

LA BANQUE DE DETAIL
Pour de jeunes diplômés à Bac+5, la banque de détail poursuit depuis plusieurs années une politique de recrutement active. Elle propose notamment des emplois de chargé d’affaires pour les entreprises ou de conseiller en gestion de patrimoine. Il s’agit de métiers où la dimension commerciale est très importante et pour lesquels il faut faire preuve d’initiatives. Les fonctions de siège des banques de détail présentent aussi de belles opportunités. Avec l’accroissement de la régulation bancaire et la volonté d’une meilleure gestion des risques, les métiers d’analyste crédit, de risk manager et de contrôle bancaire connaissent un développement important. Et il ne faut pas oublier que l’un des avantages de la banque de détail réside dans toute la palette de métiers qu’elle peut proposer pour une évolution de carrière.

LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE EN PME/PMI
Les dirigeants de PME/PMI ont la nécessité d’être épaulés par une direction administrative et financière (communément appelée DAF). Cette fonction existe depuis longtemps et elle reste génératrice d’emplois de manière constante. Dans ces entreprises de taille moyenne, il faut trouver les personnes qui puissent : créer un système d’informations comptables, produire des indicateurs de pilotage, gérer une équipe, négocier avec les banques, analyser et évaluer les projets de l’entreprise. Il existe beaucoup d’opportunités de métiers dans ce domaine, la plus grande difficulté pour les candidats à ces emplois consiste à les découvrir et savoir vendre ses compétences lorsque son expérience professionnelle est courte. Le maître-mot de ces emplois est : l’implication dans le projet de l’entreprise. Mais « le jeu en vaut la chandelle », car la diversité des activités apporte une réelle richesse à ces métiers.

LES MÉTIERS DE LA FINANCE INTERNATIONALE

L’ANALYSE FINANCIERE
Pour les candidats qui envisagent des carrières plus internationales, la fonction d’analyste financier recrute. Elle s’exprime dans les banques, les cabinets d’audit, les fonds d’investissement et les grandes entreprises. Elle consiste à apporter un jugement sur la valeur d’une entreprise ou d’une organisation pour savoir s’il est pertinent de détenir une part de ses financements. Les candidats à ces postes doivent avoir un profil international, car les choix d’acquisition d’actifs financiers sont très diversifiés et il est vivement souhaitable de présenter une certification professionnelle du type Chartered Financial Analyst (CFA). Les exigences de connaissances pour ce type de métiers sont importantes et le passage par une certification internationale est un gage de conformité.

LES ENTREPRISES DE DIMENSION INTERNATIONALE
Il existe également un bon potentiel de recrutement au sein des grandes entreprises. Leurs directions financières proposent des emplois très divers qui vont du choix d’investissement, à la trésorerie, à la consolidation, à la communication financière… Comme pour les entreprises de plus petite taille, il est délicat pour les candidats de découvrir la compétence qui est recherchée dans ces entreprises, mais il y a un atout considérable qu’il faut afficher : la mobilité géographique et culturelle.

 

Par Sébastien Dereeper
Professeur des Universités
Université Lille 2 /Skema BS