« Notre alliance globale avec Oxford Brookes University Business School est un modèle innovant et inédit en Europe », Stéphan Bourcieu, directeur général de l’ESC Dijon-Bourgogne.

Nous avons créé une mineure de 4 modules qui s’articulent autour de la microfinance, ce qui est assez rare dans le monde des écoles de management. Dans ce cadre, une chaire d’enseignement-recherche financée par des banques permet le transfert de ces recherches en modules d’enseignement.

La création d’une chaire en gouvernance d’entreprise soutenue également par une banque constitue notre 2e innovation pédagogique. Cela se traduit par des modules qui s’articulent autour de la gouvernance. La crise que nous venons de vivre ayant rappelé l’importance de la gouvernance d’entreprise, nous devons faire prendre conscience à nos élèves, par un module obligatoire, ce que représente cette gouvernance d’entreprise et ses implications. Nous les responsabilisons pour en faire des managers capables d’éviter les dérives qu’on a pu voir lors de la crise de 2008.

Nous développons des actions pédagogiques sur l’économie alternative.

Le management des compétences (Building up Skills for Business) représente notre 3e innovation. A partir d’un référentiel de compétences, cette démarche vise à accompagner les élèves afin de les amener à travailler sur eux-mêmes pour mesurer s’ils détiennent les compétences attendues par les entreprises. Cela dépasse le cadre du management car nous entrons dans le domaine du relationnel au sens large qui relève de l’attitude et des savoir-être.

Nous menons ce travail depuis 2 ans avec une trentaine d’entreprises. Les DRH nous ont expliqué ce qu’ils attendaient de nos diplômés au-delà des connaissances classiques. Cela relève des capacités de leadership, d’analyse et de prise de recul sur soi- même. Cet ensemble de données est géré par un outil informatique qui permet à l’élève de suivre ses acquis de manière régulière.

Patrick Simon