Salon incontournable depuis 3 ans, Viva Technology accueille chaque année, les acteurs incontournables de la Tech. C’est aussi l’occasion pour les entreprises du CAC40 comme Bouygues, L’Oréal ou encore LVMH de présenter leurs dernières innovations. Le fait marquant de cette édition 2019 : la présence, plus importante que jamais, des grandes écoles françaises. Pourquoi s’exposent-elles dans ce salon dédié à la Tech ? Éléments de réponse avec Loïck Roche, DG de Grenoble École de Management (GEM).

 

ESC Pau, Université Paris-Saclay, Polytechnique, NEOMA Business School, Groupe IONIS, IMT France, GEM… Écoles d’ingénieurs, universités et business schools s’étaient donné rendez-vous à VivaTech du 16 au 18 mai 2019.

VivaTech : vitrine du savoir-faire français

Pourquoi autant d’écoles ont-elles choisi d’être présentes cette année ? Avant tout pour démontrer tout leur savoir-faire ! Alors qu’IMT France faisait la part belle à une dizaine de startups sur son stand, NEOMA Business School réalisait quant à elle des démonstrations de ses cours en réalité virtuelle.

Pari réussi chez GEM. Près de 500 étudiants de l’école sont venus sur le stand qui a aussi attiré alumni et entreprises. Cédric O, Secrétaire d’État chargé du Numérique a même rendu visites aux équipes de la business school grenobloise.

L’école de l’innovation

Une école de management dans un salon dédié à la Tech : bizarre ? Rien d’étonnant en réalité quand on connaît l’histoire de GEM. L’établissement a en effet vu le jour dans les années 80 pour répondre au besoin des organisations locales de recruter des managers capables échanger avec les ingénieurs, dans un environnement très dynamique en matière de technologies, afin d’accompagner l’innovation dans les entreprises.

C’est d’ailleurs pour cela que la business school grenobloise a tenu à participer à VivaTech. Ses objectifs ? Exposer ses avancées technologiques, mais aussi ses innovations en matière d’enseignement. « Nous voulons montrer que la compréhension des enseignements passe par l’expérience. Si nos élèves manipulent, alors ils comprennent mieux la théorie. Auparavant, les écoles fournissaient les compétences aux étudiants qui expérimentaient ensuite en entreprise. Désormais, on fait avant d’apprendre. C’est beaucoup plus fort ! C’est pour cela que, dans notre slogan Act Think Impact, nous insistons sur la partie action », explique Loïck Roche.

Imaginer l’école de demain

Le DG de Grenoble École de Management est même allé plus loin à VivaTech en partageant sa vision de la business school du futur. Pour Loïck Roche,  « les valeurs sont importantes, les élèves peuvent acquérir les connaissances depuis n’importe quel ordinateur aujourd’hui ! Il faut former les managers qui auront les bonnes postures pour appliquer leur savoir dans leur métier.  Il est également nécessaire de diplômer des étudiants qui sauront construire le monde de demain, dans un univers totalement inconnu. »

Jeu 21 Days innovation, développé par GEEM

Jeu 21 Days innovation, développé par GEEM

Une pédagogie repensée

Parmi les projets exposés à VivaTech par Grenoble École de Management pour répondre à ces enjeux : les serious games développés en interne. Ces derniers stimulent la créativité des étudiants, comme 21 Days Innovation, un jeu qui donne 21 défis à réaliser chaque jour au bureau, dans les transports ou chez soi pour sensibiliser les élèves et les managers à l’innovation.

Autre innovation made in GEM : le laboratoire d’expérimentation GEMLabs qui abrite, notamment, un shop connecté. Sur le stand de la business school grenobloise à VivaTech, les curieux pouvaient visiter ce magasin équipé de puces NFC, de reconnaissance faciale et de robots, à l’aide d’un casque de réalité virtuelle.

Et pour la rentrée 2019, GEM ouvrira une V2 du GEMLabs… en beaucoup plus grand ! À l’intérieur, on retrouvera le shop, mais aussi un food store connecté, un labo dédié aux serious game et un autre qui permettra aux étudiants de développer une culture du design thinking. Il se murmure même qu’une rue connectée aura sa place dans cet espace très innovant. Le GEMLabs sera équipé des dernières technos de pointe comme le LiFi ou la blockchain, fournies par les startups de l’écosystème grenoblois et le CEA.

#StartupNation

Que ce soit les écoles d’ingénieurs ou les business schools, les grands établissements du Supérieur français ont profité de VivaTech pour présenter les startups qu’elles incubent. Sur le stand d’IMT France, on pouvait notamment retrouver ANOZRWAY, une jeune entreprise qui s’occupent des tentatives de phising envers votre entreprise ou encore Clean Bill, une startup qui propose des solutions innovantes permettant de conserver de façon numérique ses preuves d’achats et ses factures.

À Grenoble École de Management, Neojobs, une startup qui vise à faire des employés d’une entreprise les ambassadeurs des valeurs et de la marque employeur côtoyait Pulse Origin. Cette jeune pousse grenobloise a conçu l’outil idéal pour toutes les réunions. Fini l’adaptateur ! Pulse Origin propose un dispositif qui permet de connecter n’importe quel device à votre grand écran sans fil.

Et si 11 000 startups sont créées chaque heure, cette année, la France a prouvé qu’elle était à la pointe de l’innovation. La concurrence mondiale n’a qu’à bien se tenir !