Ingénieurs et Scientifiques de France

Ingénieurs et Scientifiques de France

« Existe-t-il un approvisionnement en énergie à faible émission de CO2, réalisable et financièrement viable ? »
Les ingénieurs du monde entier sont invités à en débattre du 5 au 7 septembre 2011 lors de la Conférence Mondiale des Ingénieurs (WEC) à Genève « Ce sont les ingénieurs qui offrent la technologie à la population du monde entier, et nous permettent à tous d’utiliser de manière optimale des ressources qui deviennent de plus en plus rares. Cela signifie également que l’ingénierie ne doit pas avoir lieu uniquement dans le cadre tranquille d’un bureau de planification. Les ingénieurs doivent s’impliquer dans le débat politique » a déclaré la Conseillère Fédérale suisse Doris Leuthard. Cette vision est partagée par les organisateurs du «WEC 2011», qui lancent un débat mondial à travers l’Appel de Genève, pour prendre position sur plusieurs questions brûlantes :

 

Les ingénieurs disposent-t-ils de solutions techniques pour fournir de l’énergie à tous sans accroître le réchauffement mondial ? L’implémentation d’une source d’énergie à faible émission de CO2 est-elle financièrement viable ?
« L’Europe pourrait convertir son approvisionnement énergétique de manière autonome sans désavantage concurrentiel ». C’est l’une des conclusions de l’Appel de Genève que formule Ruedi Noser, Président du WEC 2011 et Membre du Conseil National suisse. La situation énergétique dans d’autres régions comme la Chine et les États-Unis, est également discutée sur le blog du WEC 2011, dont les contributions seront incorporées à la déclaration finale de la conférence. Celle-ci accueillera plus de 2.000 ingénieurs, chercheurs et représentants des secteurs politiques ou institutionnels d’environ 100 pays, qui débattront des solutions pour un avenir énergétique viable. Pour Julien Roitman, Président d’Ingénieurs et Scientifiques de France, « les évènements des dernières semaines nous ont brutalement rappelé la place de l’énergie dans notre civilisation, ainsi que les prodiges de technologie nécessaires pour en assurer la production. Ils nous ont aussi rappelé l’indispensable maîtrise des risques et l’importance de l’impact environnemental, incitant ingénieurs et chercheurs à apporter de nouvelles solutions, tout en gardant présent à l’esprit que la vigilance doit être permanente et l’humilité de mise quand on s’attaque à la domestication des forces naturelles. Nous souhaitons une large représentation de la France dans ces débats à la Conférence Mondiale des Ingénieurs 2011 de Genève ».

 

Renseignements et inscription sur www.wec2011.org