Né en 2004, l’Institut des Hautes Études du Goût, de la Gastronomie et des Arts de la Table (HEG) fête en 2012 sa 8e édition. Durant les 7 premières années, « nous avons déjà reçu 120 étudiants de plusieurs pays », se félicite Edwige Sibille, directrice de projet. 32 nationalités ont ainsi été représentées au fil des promotions, avec une moyenne de 75 % d’étudiants étrangers dans chaque classe.

 

En cours

En cours

Où, quand, comment ?
Lieu & Durée
La formation se déroule tous les ans au mois d’octobre, pendant deux semaines : la première à Paris à l’école du Cordon Bleu, la deuxième à Reims dans l’Université de Reims Champagne- Ardenne.
Tarif
Les frais de scolarité s’élèvent à 5 500€. Ils comprennent les frais d’inscription, l’hébergement, les repas et le transport local.
Conditions d’inscription
La sélection des candidats s’effectue sur un dossier de candidature incluant C.V détaillé et lettre de motivation.
Profils recherchés
L’école n’accepte que des candidats qui possèdent une expérience professionnelle en lien avec le secteur de la gastronomie ou des métiers de bouche ou qui disposent d’un diplôme universitaire. « En majorité, nous nous adressons à des personnes qui travaillent déjà dans la restauration », explique Edwige Sibille, notamment les chefs, qui, souvent formés sur le tas, n’ont pas eu le temps d’explorer le goût autrement que par la dimension culinaire. Mais ce ne sont pas les seules cibles. L’HEG est également ouverte « à des personnes qui sont tout simplement passionnées de gastronomie et qui se disent que c’est peut-être le moment de se réorienter. » Leur point commun à toutes ? « Elles sont réunies par une seule et même passion : le goût et la gastronomie ». Ainsi l’école a déjà vu passer des journalistes culinaires, un œnologue et propriétaire d’un domaine viticole, un formateur en arts culinaires, un directeur de société de marketing agroalimentaire, etc. « L’un des gros points forts de ce programme, c’est ce brassage à la fois des cultures et des profils professionnels » conclut la directrice de projet.
Effectifs
25 par classe au maximum, pour favoriser « l’interactivité et l’esprit de groupe ».
Diplôme
De niveau Bac+3, il est sanctionné par un QCM d’une centaine de questions et la rédaction d’un mémoire dans un délai de 7 mois après la fin des cours.

 

Une formation intense et pluridisciplinaire
Le but de l’institut n’est pas de délivrer une formation professionnalisante, mais davantage d’apporter une «touche culturelle », en offrant des cours dans tout ce qui touche au goût « de manière pluridisciplinaire », afin de « bousculer l’idée que l’on s’en fait. ». A raison de 70 heures de cours au total, traduits simultanément en anglais, les étudiants en sauront désormais davantage sur l’économie de la consommation alimentaire, la neurobiologie sensorielle ou encore la gastronomie moléculaire, mais également sur le droit de l’alimentation et la psychologie du goût chez les enfants. L’enseignement, délivré par des professeurs universitaires, des chercheurs et des experts, s’accompagne d’ateliers, de dîners pédagogiques et d’une visite nocturne du marché de Rungis. Au total, avec des journées de 7-8h au minimum, pour Edwige Sibille, il s’agit vraiment d’une «programmation intense »…

 

AGENDA : Exposition sur le design culinaire à La Maison de la Vache qui rit
Depuis le 31 mars et jusqu’au 24 juin 2012, la Maison de la vache qui rit, à Lons-le-Saunier, dans le Jura, présente l’exposition « Food design : aventures sensibles ». Mêlant tour à tour recherche, poésie, industrie et expérimentations, ce rendez-vous culturel représente une occasion rare de saisir les principaux enjeux du design culinaire tant du côté des designers que des industriels et des gourmets/ gourmands.

 

Claire Bouleau
Twitter @ClaireBouleau

 

Plus d’informations sur :
www.heg-gastronomie.com