« Nous allons nous appuyer sur les développements stratégiques mis en œuvre depuis cinq ans pour favoriser l’employabilité de nos jeunes, c’est notre objectif principal. »
Florence Darmon, Directeur général de l’ESTP Paris

 

Florence Darmon,  Directeur général de l’ESTP Paris © Tournage ETP

Florence Darmon, Directeur général de l’ESTP Paris © Tournage ETP

 

De quelle manière l’ESTP Paris demeure-t-elle toujours « l’école des grands projets » et de l’ouverture à la gent féminine ?
Nous demeurons toujours l’école des grands projets, cette terminologie relevant d’une dimension technique dans le cadre des grands ouvrages que bâtiront les diplômés de l’ESTP, mais également d’une dimension humaine et sociale, puisqu’elle inclut le projet personnel porté par chacun de nos étudiants. Sur un métier qui, à priori, ne paraît pas très féminin, nous progressons régulièrement de 1 à 2 % par an, notre école comptant 30 % de jeunes filles. Si dans certains cursus comme le bâtiment, le taux atteint 36 %, dans la filière architecte/ingénieur, il s’élève à 75 % !

 

Comment l’internationalisation de vos formations influe-t-elle sur l’employabilité de vos diplômés ?
L’employabilité de nos diplômés repose sur plusieurs facteurs tels que l’internationalisation, la qualité des enseignements ou les doubles-diplômes dont il est très difficile mesurer les impacts respectifs. De fait, nous dispensons une formation complète qui touche à toutes ces dimensions. L’internationalisation à laquelle nous formons nos étudiants constitue une de nos priorités. Elle demande une ouverture culturelle indispensable aux entreprises franco-françaises qui travaillent avec des fournisseurs étrangers et aux grands groupes qui se diversifient à l’international. Près de 11 % de nos diplômés débutent leur
carrière à l’étranger.

 

La mise en œuvre de doubles diplômes constitue un atout important à saisir pour vos futurs diplômés. Dans quelle mesure, les poussez-vous à s’engager dans ce type d’études ?
Nous n’éprouvons pas le besoin de les pousser dans ce sens car notre diplôme étant très reconnu, ils n’ont aucun problème à trouver un emploi. En effet, nos partenaires entreprises considèrent que le seul diplôme de l’ESTP suffit largement à assurer leur insertion professionnelle. Toutefois, il faut tenir compte des caractères différents des étudiants dont certains se sentent confortés à obtenir un double diplôme en management. Pour répondre à cette opportunité, nous avons développé un certain nombre de partenariats avec des écoles comme l’EDHEC Business School, l’ESSEC, HEC Paris ou Sciences Po en France ainsi qu’avec des universités prestigieuses comme le MIT à Boston. Nous y envoyons les meilleurs élèves de l’ESTP car ils constituent notre carte de visite.

 

De quelle manière la BIM* ainsi que l’évolution des technologies informatiques modifient-elles en profondeur vos enseignements ?
La construction utilise l’informatique depuis 30 ans ! Après être passé de la conception assistée par ordinateur (CAO) au dessin assisté par ordinateur (DAO) en trois dimensions, nous rajoutons aujourd’hui une dimension collaborative que représente la maquette numérique. Le BIM constituant une méthode et un langage communs, nous sommes en train de nous équiper d’une salle collaborative qui pourra accueillir 80 étudiants. Dans un deuxième temps, nous allons mettre en place une plate-forme collaborative ouverte à nos partenaires entreprises pour qu’ils puissent apprendre à travailler ensemble dans notre école en terrain neutre.

 

Quelles sont vos ambitions pour l’ESTP ?
Nous devons former des cadres et des ingénieurs capables d’assurer la compétitivité des entreprises françaises à l’international. Pour y parvenir, nous allons faire fructifier les 77 partenariats établis avec les meilleures universités du monde entier en termes de recherche et d’innovation qui constituent le fer de lance de la compétitivité des entreprises. Si nous continuons à moderniser les équipements et les laboratoires situés sur notre campus, dans les deux ans qui viennent, nous allons ouvrir un nouveau bâtiment afin de développer d’autres filières de formation (MBA, apprentissage…). Nous travaillons également sur la diversité des talents (boursiers, handicapés, élèves titulaires de DUT ou de BTS), qui fera la richesse des entreprises, source de compétitivité.

* Building Information Modeling (maquette numérique)


Patrick Simon