« Les grands métiers de l’ENSTA ParisTech sont les héritiers de la plus ancienne des écoles d’ingénieurs « Ingénieurs Constructeurs de Vaisseaux », puis des écoles qui ont présidé à sa transformation en 1970. Ils sont ensuite le résultat des multiples partenariats tissés avec les grandes écoles et universités étrangères. »
Thierry Jaby , Secrétaire général d’ENSTA Paristech Alumni, Responsable emplois & carrières 2012 à ENSTA ParisTech Alumni

Les systèmes de transport maritime
Un certain nombre de diplômés choisissent cette filière, car la mer est plus que jamais un enjeu d’avenir. Avec ses sous-systèmes et ses interfaces, course, sous-marin ou encore drones, est l’exemple par excellence de systèmes pour lesquels l’ENSTA ParisTech forme des ingénieurs depuis plus de deux siècles et demi. Cette filière forme des ingénieurs aptes à concevoir l’architecture de systèmes navals avec une véritable vision d’ensemblier. Cette filière nécessite des compétences techniques diverses. L’accent est particulièrement mis sur une mise en perspective dans le cadre des grandes évolutions futures telles que l’éco-conception ou encore l’intégration de systèmes intelligents. Cette formation, reconnue par la prestigieuse Royal Institution of Naval Architects, est conçue en étroite relation avec les professionnels du secteur maritime. DCNS , Thalès, Safran, Altran ou les chantiers navals sont employeurs de cette filière.

 

Transports, automobile et ferroviaire
Aujourd’hui, le transport doit évoluer vers une « mobilité durable » qui nécessite des ingénieurs capables de suivre les avancées technologiques de plus en plus rapides et de se plier aux exigences de la concurrence. La filière « transport automobile et ferroviaire » fait appel à plusieurs outils et domaines d’étude (mécanique, mathématique et informatique). Deux types d’enseignements sont dispensés : des cours scientifiques qui couvrent tous les aspects nécessaires à la réalisation et à la maîtrise de projets complexes ; des cours pratiques qui permettent d’initier les élèves aux techniques automobiles, aux moteurs, au transport ferroviaire et à la mécanique du pneu. Les ingénieurs ENSTA ParisTech issus de cette filière occupent des places de choix dans des grandes entreprises nationales telles que la SNCF , Alstom, PSA , Renault, Michelin, Airbus, EADS , et même internationales, par exemple Volvo.

 

Les métiers de l’énergie
Les diplômés occupent par exemple des postes en recherche et optimisation à d’ingénieurs d’affaires (exemple : négoce des quotas de CO2 « droit à polluer »). Améliorer la chaîne nucléaire, les réacteurs, nos jeunes diplômés travaillent en Recherche et Développement. Ils participent très vite à la construction des centrales ou à leur maintenance (AREVA. EDF, RTE, GDF SUEZ). R&D ou opérationnels, ils accèdent ensuite à des postes de responsables de secteur. Les formations approfondies d’ENSTA ParisTech, conduisent nos diplômés vers les énergies nouvelles, renouvelables ; ils sont au fait des dernières technologies, qu’il s’agisse du photovoltaïque, d’éoliennes offshores ou des nouvelles hydroliennes. Chez Total, Alsthom, Shell ou BP , nos ingénieurs travaillent également sur la construction et le fonctionnement en exploitation de plateformes pétrolières, ou bien ils en assurent la maintenance au sein d’entreprises prestataires de service.

 

Les métiers de la finance ou des technologies de l’information
Les jeunes diplômés de l’ENSTA ParisTech sont 10 % environ à intégrer le secteur de la banque / finance / assurance. Ils sont amenés par exemple à concevoir et utiliser des outils informatiques très sophistiqués destinés à fournir des calculs de risques et soutenir les décisions importantes d’une direction générale. Un nombre important (20 %) de nos diplômés deviennent directementingénieurs consultants dans de grandes sociétés de conseil et ingénierie industrielle ou informatique comme Accenture, KPMG, BearingPoint et bien d’autres.

 

L’international pour horizon
Avec l’évolution des métiers, la complexification des projets et la densification des relations internationales, l’école s’est elle-même « internationalisée » : année de césure, ou projets hors de France, les jeunes diplômés peuvent facilement commencer à travailler à l’étranger dès leur premier emploi. Aux partenariats établis par l’école dans le cadre de réseaux animés par ParisTech (12 écoles) : Chine, Brésil, Russie, IDEA League en Europe, T.I.M.E) correspondent des liens entre anciens élèves (les ParisTech Alumni) qui leur permettent de recueillir de précieux conseils pour la suite de leur trajectoire professionnelle.

 

Patrick simon