L’Apec observe qu’un cercle vertueux est à l’oeuvre sur le marché de l’emploi cadre en 2011. Il devrait se traduire par une année de hausse sensible des recrutements de cadres qui oscillerait entre + 3 et + 10 %, la fourchette haute étant la plus probable, et ce dans tous les secteurs. Au total, 169 000 à 181 000 cadres pourraient être recrutés en 2011.

Une hausse généralisée des intentions d’embauche en 2011 dans les grands secteurs économiques

Audit et conseil, stabilité des recrutements en 2011
Les domaines du conseil, de l’expertise et de l’audit sont traditionnellement friands de jeunes diplômés de grandes écoles, et le restent. Car comme l’explique Jean- Paul Vermès, « leur business model induit un renouvellement des compétences à mesure que les débutants évoluent. En outre, le conseil s’est avéré un outil de réponse à la crise pour les entreprises qui l’ont considéré comme un levier de leur capacité à innover, se renouveler, se restructurer pour faire face à la crise. » Alors qu’au cours de la crise démarrée en 2001, les entreprises avaient réduit leurs investissements, elles ont à l’inverse misé sur l’adaptation de leurs méthodes de travail et l’innovation pour surmonter celle de 2008.Cette année, selon l’Apec, le secteur du conseil en stratégie, organisation et RH offrira de belles opportunités aux jeunes. « Le conseil repart en 2011, confirme Pierre Lamblin, Directeur du département études et recherche. Selon notre dernière enquête, après 10 000 recrutements en 2010, 2011 devrait être porteur de 10 800 opportunités. » La crise financière a également incité les entreprises à plus de transparence et une attention renouvelée à la gestion de leurs risques. Elles renforcent donc leurs équipes d’auditeurs et d’expertscomptables pour une meilleure visibilité dans leur activité. L’Apec estime pour 2011 à 33 000 les recrutements dans le secteur des activités juridiques et comptables, qui englobent l’audit.

30 000 recrutements dans la R&D
Ce maintien de l’investissement a également un impact positif sur l’emploi dans la R&D. Dans ses dernières études, l’Apec note que « les entreprises font un effort soutenu pour se maintenir au plus haut niveau et recrutent dans cette fonction traditionnellement ouverte aux jeunes. Dans l’industrie, c’est d’ailleurs la fonction qui tire les recrutements, au détriment de la fonction de production. S’appuyant sur une stratégie volontariste d’un grand nombre d’entreprises en matière d’innovation, la fonction Études, Recherche & Développement dépasserait les 30 000 recrutements, soit une progression pouvant aller jusqu’à + 11 %. »

Bonnes nouvelles dans l’industrie
En avril 2011, l’Apec a publié son étude sur l’évolution et la tendance de l’emploi cadre dans l’industrie.
Et les nouvelles sont plutôt bonnes comme le souligne P. Lamblin : « les prévisions des entreprises de
l’industrie pour 2011 confirment le redressement des embauches amorcé en 2010. Après s’être accrues de 14 % en 2010, elles pourraient encore progresser en 2011 jusqu’à 10 % dans le meilleur des cas. De même, d’après le baromètre trimestriel de recrutement de cadres, 57 % des entreprises de l’industrie envisagent de recruter au moins un cadre au deuxième trimestre 2011, soit 24 points de plus qu’il y a un an à la même période. En outre, 59 % des entreprises de l’industrie interrogées ont recruté au moins un cadre au cours du 1er trimestre 2011, contre 47 % un an auparavant. La progression est assez spectaculaire puisque les entreprises ont retrouvé les niveaux enregistrés avant la crise. Plus précisément, 1 300 offres ont été émises au premier trimestre 2011 par les entreprises de l’agro-alimentaire, 1 700 dans la chimie caoutchouc- plastiques et près de 1 100 dans l’automobile. Enfin, plus de 400 offres cadres ont concerné l’aéronautique, plus de 150 la construction navale et près d’une centaine le ferroviaire. La part des offres cadres de l’industrie ouvertes aux débutants de moins d’un an d’expérience est en nette progression et à un niveau rarement mesuré dans le secteur. »

L’énergie toujours au plus haut
Le grand débat du XXIe siècle tourne autour des problématiques énergétiques et climatiques. « Nous avons la chance que d’avoir des entreprises françaises parmi les leaders mondiaux de l’eau, rappelle J-P. Vermès. Ce qui est également vrai dans le domaine de l’énergie. A eux seuls ces géants en développement recrutent par centaines les jeunes ingénieurs. » Dans l’exploration production de gaz et pétrole, les grands acteurs sont toujours à la recherche de profils d’experts. Alors que les conséquences de la catastrophe de Fukushima ne sont pas encore mesurées, le renouveau nucléaire mondial amorcé ces dernières années pourrait en pâtir. « Cela dit, nuance J-P. Vermès, après un coup d’arrêt, à défaut d’une énergie de substitution, les rénovations et constructions de systèmes plus performants et sécurisés pourraient in fine bénéficier à certains grands acteurs. »

9 000 recrutements de jeunes diplômés en 2011 dans l’informatique
L’Apec s’est associée depuis deux ans au Syntec pour son étude sur l’emploi dans l’informatique. « La dernière étude est encourageante, indique P. Lamblin. Elle pointe la bonne santé du secteur. Les projections établies avec le Syntec pour 2011 prévoient plus de 35 000 recrutements cadres. La tendance est également la hausse de 10 points concernant les intentions de recruter des jeunes diplômés et devrait concerner 9 000 postes. C’est plus qu’en 2010, on peut donc dire que le secteur se tourne vers les jeunes. » La fonction Informatique qui représente à elle seule près de 17 % des recrutements totaux, pourrait enregistrer une progression comprise entre + 9 % et + 21 %. P. Lamblin note également une tension sur certains profils, « double compétences technico-commerciaux, chefs de projets expérimentés, architectes mais aussi développeurs réseaux et spécialistes des PME. »

11 000 emplois dans la bancassurance
Le secteur bancassurance peine toujours à recruter les rares actuaires formés chaque année en France. Spécialiste des métiers de la finance, le cabinet Robert Walters observe une prime aux expertises. « Les recruteurs font face à de réelles difficultés pour recruter des spécialistes de la consolidation, des rémunérations (compensation & benefits) mais aussi des actuaires, précise Antoine Morgaut, Directeur Europe et Amérique du Sud. La prime va actuellement à des métiers techniques et spécialisés qui pourtant attirent peu les jeunes. Il faut donc bien se renseigner sur les opportunités réelles du marché. » Les estimations des recrutements pour 2011 de l’Apec se situent à 7 000 dans la banque et 4 000 dans l’assurance, soit une hausse par rapport à 2010. P. Lamblin souligne d’ailleurs que « la fonction finance a globalement peu baissé. Ces intentions de recrutements témoignent de la poursuite de la hausse du taux d’encadrement, notamment dans la banque de détails qui recherche surtout des commerciaux, mais aussi dans la banque d’investissement qui s’étoffe dans la fonction de contrôle. »

 

A. D-F