Mars 2018. Cedrick Overzee, Marina Abdou et Laurent Saada, trois élèves ingénieurs en data, partent à la découverte de 89C3, le nouvel écosystème digital du Groupe BPCE. Leur nom ? Les Éclaireurs. Leur mission ? Poser LEURS questions à celles et ceux qui font vivre la data au sein du 2nd groupe bancaire français. Attention, immersion…

 

Pour la data, y a pas que les GAFA ! Expérience utilisateur, open innovation, transformation digitale, startups, fintech… tous ces sujets sont au cœur de l’activité de 89C3, l’organisation dédiée à la mise en œuvre du plan digital du groupe. Ils sont aussi au cœur des préoccupations de nos trois Éclaireurs à quelques mois de leur entrée dans le monde du travail. Quel est mon avenir dans la data ? Quelles sont les compétences les plus appréciées chez un jeune ingé ? La banque, pourquoi pas moi ? Autant de questions qu’ils ont posées avec franchise et liberté aux équipes de 89C3.

Place aux geekettes !

Honneur aux dames, ils ont d’abord rencontré Manon Laroche (ENSAI, 2010) . Entrée dans le Groupe BPCE il y a 8 ans dans le marketing quantitatif, cette jeune manager est aujourd’hui data scientist au sein des équipes de 89C3. Une expérience qui lui permet d’allier compétences techniques et relationnel. « Si au tout début de l’aventure, j’étais pas mal les mains dans le cambouis à faire de la programmation, j’ai été et suis toujours en contact régulier avec l’extérieur. La data nécessite de travailler en mode projet et donc d’échanger avec tous les métiers du groupe. Que ce soit avec l’équipe, ma hiérarchie ou l’extérieur, la communication est essentielle et toujours très fluide. » Une fluidité que nos Éclaireurs ont pu tester et approuver. Attrait pour la data science, intégration, parité… tous les sujets ont été abordés !

 

 

#DataAddict

Ils sont ensuite partis à la rencontre de Ronan Gautier (Rennes 2, 2016). Après avoir débuté en stage sous la houlette de Manon Laroche, il évolue depuis un an au sein du pôle big data. Un poste qui nécessite bien sûr de « maîtriser les langages de programmation, prouver ses compétences en matière de modélisation et de machine learning, mais aussi de ne pas avoir peur du travail, d’être efficace… et sympa pour être raccord avec la super ambiance qui règne dans l’équipe ! » Une bonne ambiance qui n’empêche pas de traiter de sujets sérieux comme la fraude aux moyens de paiement ou la lutte contre le financement du terrorisme.

 

L’occasion aussi pour nos Éclaireurs d’aborder sans tabou la question de l’avenir. « J’ai rejoint mon équipe au tout début de l’aventure. Depuis, elle n’a de cesse de grandir et je me vois encore grandir un bout de temps avec elle. D’autant que nous travaillons sur des sujets porteurs et très enthousiasmants. Cette année, nous avons par exemple créé un package open source récemment intégré à une bibliothèque Python. »

Et dans 10 ans, on sera où ?

L’avenir, nos Eclaireurs ont aussi pu l’aborder avec Vincent Schricke (ENSA 96),Chief data management officer. A la question de savoir à quelle sauce l’intelligence artificielle allait manger les spécialistes de la data, le top manager a répondu sans détours. « Données liées à notre activité bancaire cœur et données non structurées venant de canaux toujours plus nombreux : nous allons charrier de plus en plus de data. En parallèle, les outils vont se perfectionner très vite et certains, comme l’intelligence artificielle, vont même exploser. Pour s’adapter, les spécialistes de la data vont devoir développer des compétences hybrides mêlant informatique, analyse de données et compétences du métier cœur de l’entreprise. Demain, personne ne pourra être exclusivement banquier ou data analyst. » Oui mais alors, pourquoi rejoindre le monde de la banque, un secteur à la sexytude toute relative selon nos Éclaireurs. Là encore, Vincent Schricke a répondu sans langue de bois.

 

 

Alors convaincus ? Le debrief des Éclaireurs

« J’ai réalisé que la transversalité était quelque chose d’important dans la banque. Si les entreprises attendent de nous des compétences techniques, je me rends compte qu’elles recherchent aussi des personnalités, des jeunes qui savent faire des choix et mélanger des compétences. J’ai choisi d’allier finance et big data et je vois que c’est une bonne option. Je ne regrette vraiment pas l’expérience ! » – Marina Abdou en 4e année àl’ESILV

« Je suis impressionné par la diversité des métiers qui existe autour de la data science dans le secteur bancaire. Lutte contre le terrorisme, prédiction de la fraude par les données… je suis heureux de voir que la data ne sert pas qu’à faire de l’argent. Elle peut aussi servir à améliorer le système. » – Laurent Saada, en 5e année à l’ESILV

« L’ouverture et la facilité des échanges avec nos interlocuteurs m’ont sautées aux yeux. Pour moi, la banque, c’était le terrain de jeu du « trader requin » et aujourd’hui j’ai découvert des enjeux dont je n’avais pas conscience. J’ai l’impression que dans une grande entité comme celle-ci, on peut être acteur de grands changements. » – Cedrick Overzee, en 5e année à EFREI Paris

 Comme le Groupe BPCE vous voulez accueillir des Éclaireurs au sein de votre entreprise ?

Contactez Morgan : m.morgan@edicas.fr