Insa formation d’excellence

 

Chaque année, les INSA forment plus de 15% des ingénieurs français. Réparties sur tout le territoire, ces écoles post-bac dispensent des formations spécifiques aussi pratiques que théoriques qui permettent aux jeunes diplômés de trouver un emploi en moins de six mois. Tour d’horizon.

 

 

« Le campus de l’INSA Lyon »

« Le campus de l’INSA Lyon »

Le groupe INSA se compose de 5 Instituts Nationaux des Sciences Appliquées (Lyon, Strasbourg, Toulouse, Rouen et Rennes) et de 2 écoles partenaires : ENSI Bourges et ENSCI Limoges. Ces écoles, post-bac, forment des ingénieurs en 5 ans. Outre les matières scientifiques, 20 % de leur enseignement sont consacrés aux disciplines humanitaires: langues, communication, culture, vie de l’entreprise et management. Des filières spécifiques et des doubles diplômes sont également proposés en international, management et culture (danse, sport, musique, arts plastiques) afin de former des ingénieurs ouverts aux profils pas uniquement « matheux.

 

INSA Lyon, la doyenne
Cette école est la première créée, en 1957. Elle accueille environ 4400 élèves ingénieurs, compte an, dans 12 spécialités notamment la biochimie et biotechnologie, la bio informatique et modélisation, le génie mécanique et le génie énergétique. Cette rentrée 2011/2012, son master spécialisé en management de l’environnement et de la sécurité industrielle s’enrichit d’un enseignement axé sur l’énergétique, sous l’intitulé Master en management de l‘Environnement et de l’écoefficacité énergétique », programme conçu pour répondre aux nouveaux besoins observés dans les françaises d’ingénieurs qui propose une section sportive de haut niveau. Aujourd’hui, elle met davantage l’accent sur l’international, avec un cursus de double diplôme, celui d’ingénieur INSA doublé d’un diplôme délivré par les écoles étrangères partenaires situées un peu partout dans le monde. A l’instar des autres INSA, la recherche tient une grande place à Lyon avec 10 masters Recherche, 8 masters spécialisés et 8 écoles doctorantes. « Notre école continue d’attirer les jeunes et leur formation est parfaitement reconnue par les entreprises comme le enquête d’insertion », déclare la direction de l’école. De fait, 95 % des jeunes diplômés INSA Lyon trouvent un emploi rapidement, 82 % sont pris en CDI, 13 % décrochent des postes à l’étranger. leur salaire moyen en début de carrière atteint 36.000 euros hors primes, « en progression », d’après l’école. Ces dernières années, les jeunes diplômés de Lyon ont essentiellement trouvé des emplois dans les secteurs de l’énergie et des technologies de l’information (STI). « Le campus de l’INSA Lyon »

 

INSA Strasbourg, ingénieurs et architectes
Cet Institut alsacien est né en 2003, succédant ainsi à l’ENSAIS (Ecole nationale des arts et industries de Strasbourg). Sur son superbe campus, 1500 élèves suivent une formation dont 200 environ en architecture. Chaque année, sortent 270 ingénieurs diplômés et une cinquantaine d’architectes. Plus de 7500 anciens sont en activité. L’école propose 7 spécialités en ingénierie : génie civil, topographie, génie mécanique, génie électrique, plasturgie, mécatronique ainsi que les cursus novateurs en génie climatique et énergétique. La spécialité architecture quant à elle porte sur quatre années très denses (après un concours d’entrée à Bac+1) au terme desquelles l’étudiant est évalué sur ses capacités techniques mais aussi artistiques. D’après la direction de l’école, l’insertion dans la vie professionnelle est en forte progression avec des durées moyennes de recherche d’emploi n’excédant pas 1,5 mois. En début de carrière, un diplômé INSA Strasbourg touche 30-35.000 euros et la majorité trouve un poste dans les secteurs du BTP, de la construction, dans les bureaux d’études d’architectes ou encore dans l’audit et le conseil.

 

INSA Rouen, la chimie en action
Au sein de son grand campus verdoyant, les de l’école puisque historiquement, c’était un institut de chimie. Génie de procédés chimiques, chimie fine, matériaux de recherche dédiée et 7 masters de recherche. C’est actuellement la plus grande école d’ingénieurs de Normandie avec près de 1546 élèves, 270 étant sortant diplômés chaque année. « Nos étudiants trouvent de nombreux débouchés dans la chimie industrielle et la recherche », indique l’école, ainsi que dans les domaines cosmétiques et pharmaceutiques, avec des salaires à l’embauche similaires à ceux des autres INSA soit 32-37.000 euros hors primes. « Je n’ai vraiment pas eu de problème pour décrocher des stages ni mon premier poste, confirme Pierre, aujourd’hui en poste dans un grand centre de recherche spécialisé dans les matériaux polymères. « A l’INSA, on suit des programmes costauds aussi bien théoriques que pratiques et nous avons d’excellents outils de travail et un corps enseignant de premier ordre. Cela se sait de plus en plus dans les entreprises », conclut le jeune ingénieur chimiste.

 

INSA Rennes, quand le BTP va…
Fort de 1700 élèves ingénieurs et doctorants (et +7000 anciens en activité), l’école bretonne diplôme chaque année près de 280 ingénieurs dans 6 spécialités notamment en génie civil et urbain, ainsi qu’en Electronique et informatique industrielle (EII). Sa carte maîtresse, se sont les STIC (les sciences et technologies de l’information et de la communication) et la spécialisation en matériaux et structures. Elle figure également parmi les 10 meilleures écoles d’ingénieurs post-bac de France et est une des plus dynamiques dans le domaine de la recherche et de l’innovation. Autre cursus très porteur de l’INSA bretonne : les doubles diplôme

 

INSA Toulouse, ingénieurs-managers
La plus méridionale des INSA accueille plus de 2000 élèves-ingénieurs et en diplôme près de 500 chaque année dans 8 spécialités parmi lesquelles l’informatique, les nanotechnologies, le génie civil ou encore l’environnement. Comme d’autres INSA, l’institut toulousain veut former des scientifiques ouverts et cultivés, pour cela, elle met l’accent sur les filières culturelles, proposant d’intenses programmes de Danse études et de Musique-études. En 2010, l’école a créé en partenariat avec l’ESC Toulouse un Master spécialisé « Ingénierie et Modèles de la finance » pour former des ingénieurs-financiers. un programme parfaitement adapté aux besoins des banques et des sociétés financières qui s’arrachent ces doubles-diplômés, rompus aux arcanes des mathématiques de la finance, à l’économétrie et à l’informatique financière. Parmi ses 12.000 anciens en activité, nombreux sont ceux qui exercent dans la recherche, les industries aéronautiques. Chez les nouveaux promus, l’audit et le conseil rencontrent un vif succès.

 

Chiffres clés des INSA
Les cinq écoles dispensent à elles toutes près de 40 spécialités. Elles accueillent ensemble quelque 10 200 élèves chaque année, en diplôment près de 2200/an, comptent 1 100 doctorants et plus de 6 5000 anciens.

 

S.G