Hervé Laborne, Directeur d’ESME Sudria

Hervé Laborne, Directeur d’ESME Sudria

« L’ingénieur ESME Sudria est un cadre de haut niveau qui maîtrise quatre domaines de compétence. C’est un communicant, un citoyen du monde, un expert dans son domaine de compétnecs, et enfin un ingénieur à formation pluridisciplinaire du fait de la complexité des projets auxquels il sera confronté. » Hervé Laborne, Directeur d’ESME Sudria.

 

Les axes de compétence

Comme communicant, l’ingénieur ESME Sudria doit posséder des capacités d’écoute, de prise de parole et surtout de management. Dans sa carrière, il se verra confronté à d’autres modes de pensée. Par conséquent, il doit devenir un citoyen du monde sachant aussi que les carrières les plus brillantes se déroulent à l’international. Bien que l’ESME Sudria soit une école généraliste, les étudiants effectuent des choix au milieu de la quatrième année dans un domaine d’expertise qu’ils vont développer. Enfin, la transversalité de la formation leur apprend à travailler sur des systèmes complexes. Par exemple, la maîtrise de l’énergie se révèle impossible sans des approches complémentaires en mécanique, en informatique, en électronique et en télécommunication. De fait, l’aspect pluridisciplinaire de la formation devient fondamental dans la mesure où durant sa carrière un ingénieur sera amené à changer de poste et parfois de domaine d’activité.

« L’énergie, domaine pluridisciplinaire, constitué de systèmes complexes nécessitant de l’informatique et de l’électronique, constitue la force de ESME Sudria depuis 1905. »

ESME Sudria prépare à tous les métiers en relation avec l’électricité, nos grands axes étant l’Energie, les Télécommunications et l’Informatique. Depuis le Grenelle n°1 de l’environnement, le secteur de l’énergie est devenu très porteur. L’énergie électrique est fabriquée à partir d’une énergie d’une autre nature, qu’elle soit hydraulique, calorique ou même gravitationnelle. Il existe des énergies traditionnelles et des énergies renouvelables, voire des énergies classiques nouvelles dans leur manière d’être abordées. Par exemple, nous travaillons sur l’énergie hydrolienne obtenue par la différence de température entre le fond et le niveau de la mer. Dans ce domaine, les réalisations sont encore peu nombreuses en regard de ce qui se fait pour l’énergie solaire et éolienne. D’une manière générale, il existe en permanence des améliorations à apporter. Par exemple, si l’électronique basée sur le silicium semblait stagner, l’utilisation du carbure de silicium a relancé l’innovation.

Les autres domaines

Dans le domaine Production/ Transport/Distribution, les diplômés intègrent tout naturellement des entreprises comme EDF ou AREVA. La création d’infrastructures offre des opportunités ; par exemple, si la construction d’une tour à la Défense demande de l’innovation en matière énergétique, elle exige des corps de métier pour installer les réseaux de télécommunications, les infrastructures d’énergie commandant les ascenseurs, l’éclairage, les contrôles d’accès, etc. Si la transformation de l’énergie s’applique à tous les modes de transports (automobile, ferroviaire, aéronautique et maritime), de nouveaux concepts apparaissent comme les micros centrales nucléaires qui produisent de quelques dizaines à quelques centaines de mégawatts afin de rapprocher l’énergie de nos besoins. Nous formons également des ingénieurs pour les réseaux Télécom, pour la banque via l’informatique, pour l’animation et les effets spéciaux (réalité virtuelle) sans oublier le domaine du Traitement numérique du signal.

Le premier job !
Sur les cinq dernières années, 92 % des élèves ont trouvé un emploi au plus tard dans le mois suivant l’obtention du diplôme avec un salaire moyen de 37 300 euros brut annuel.
L’international
A partir de 2011, le deuxième semestre de la 3e année se déroule à l’international pour tous les étudiants. En outre, la dernière année peut s’effectuer en totalité à l’étranger dans une université partenaire.
Personnalisation des parcours
Au-delà des multiples choix optionnels que nous proposons, toute formation devant prendre en compte la personnalité de chacun, nous avons mis en place en 3e année des séminaires d’ouverture dans différents domaines : nouvelles technologies, business et communication, géopolitique.

 

Patrick Simon