Christophe Delenta (Université Paris-Descartes, Pharm D, 95), PDG de Sandoz, met ses 20 années d’expérience, en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud et en France, au service du secteur de la santé. Avec une priorité : développer ses collaborateurs.

 

©SébastienBorda

Quelle est votre ambition pour Sandoz ?

Être leader des médicaments biosimilaires et des médicaments génériques d’ici 5 ans en France. Être leader ne signifie pas nécessairement être n°1, être leader, c’est prendre des décisions qui vont donner de nouvelles orientations à un marché, de façon à permettre son développement.

Comment motivez-vous vos équipes pour atteindre ce leadership ?

Travailler chez Sandoz, c’est se réaliser individuellement tout en allant collectivement de l’avant et dans la même direction. Nous avons une culture ouverte sur l’innovation et la prise d’initiative dans un environnement dynamique et stimulant. Nos collaborateurs ont besoin d’engagement, d’autonomie et de collaboration. C’est pourquoi il est primordial de donner un sens à ce qu’ils font, de les faire participer à notre vision et de leur faire prendre conscience de l’importance de leur contribution pour les patients. Des engagements qui font notre force puisque dans notre dernière enquête de climat social, le taux d’engagement des collaborateurs s’élève à 78 % et nous avons le label Top Employer pour la 2ème année consécutive.

Vos attentes vis-à-vis d’un jeune talent ?

Lorsque j’étais aux États-Unis, on me posait systématiquement une question sur mes échecs précédents et finalement sur ce que cela m’avait appris! Il y avait presque un devoir d’échec qui n’existe pas en France. Chez Sandoz, nous essayons de changer le regard que nous avons en France sur l’échec. Vous avez ce droit d’oser et de prendre des risques mesurés, quitte à vous tromper. Le cadre doit néanmoins être clairement défini par le respect de notre réglementation externe et interne et un niveau élevé d’intégrité de chacun. Le véritable échec est de ne pas apprendre de ses erreurs. Voilà ce que je recherche aussi chez un collaborateur : Au-delà des compétences, c’est une attitude, une curiosité, et cette prise de risques et ce droit à l’échec. Sandoz vous donnera alors les clés pour continuer à apprendre tout au long de votre carrière, en interne mais aussi au sein du groupe Novartis.

Innover pour se différencier et se développer Intégrer Sandoz, c’est rejoindre un groupe aux valeurs fortes où l’innovation occupe une place essentielle dans la création de nouvelles solutions de santé, notamment dans le digital. Mais il s’agit de le faire avec responsabilité et en ce sens nous développons une culture du feedback à double sens (Manager-collaborateurs et Collaborateurs-Manager). Cette relation de confiance qui doit s’établir est aussi basée sur une transparence quant aux possibilités d’évolution des collaborateurs. Cette visibilité permet de définir un chemin de carrière et d’intégrer le feedback comme vecteur d’évolution constant. Cela crée ainsi un lien de confiance, moteur de leur développement et du nôtre !

Vous cherchez des profils spécifiques ?

Non, car notre palette de métiers est extrêmement large et ouvre des possibilités au plus grand nombre, pharmaciens ou non. Nous ne réduisons pas les opportunités au diplôme. Nous cherchons avant tout des leaders, c’est-à-dire des talents à même d’influencer notre environnement, nos clients, leurs collègues, le tout au service de la stratégie de l’entreprise. On peut être leader sans être forcément manager. Soyez curieux, sortez de votre cadre, rencontrez les autres métiers de l’entreprise et tout est possible, même à l’international ! C’est cette curiosité qui vous permettra de comprendre votre environnement et de prendre les bonnes décisions.

C’est comme cela que vous avez construit votre carrière ?

A la sortie de l’université, je n’avais pas de plan de carrière en tête. Mon leitmotiv : continuer à apprendre et transmettre mon expérience et les connaissances acquises. Ensuite, les opportunités arrivent, à vous d’oser et de les saisir. Donc ouvrez votre esprit à d’autres cultures, la mobilité sera une des clés de votre parcours. En ce sens, mon diplôme m’a donné des bases généralistes extrêmement solides et m’a toujours aidé à appréhender rapidement les changements, à accepter les challenges sans crainte et à comprendre l’environnement complexe du secteur pharmaceutique.

Le conseil de Christophe Delenta Choisissez votre entreprise pour une carrière et non pour un poste. En revanche, visez toujours le poste suivant et vos opportunités d’évolution mais surtout ne confondez pas pouvoir et responsabilités. Plus vous évoluerez, plus vous aurez de responsabilités en termes de développement de vos collaborateurs et de l’entreprise. Cela en tête, vous garderez le sens des réalités.

 « Chez Sandoz, les seules limites sont celles que vous vous fixez vous-même. »

 

Contact : christophe.delenta@sandoz.com

« La non-sélection à l’entrée de nos formations fabrique de la sélection sociale »