L’hygiène de vie
Tout d’abord, il est absolument essentiel de dormir. Julien Lalande professeur de chimie au lycée Henri IV, à Paris, insiste sur le fait d’« avoir un temps de sommeil et une qualité de sommeil minimaux. Il ne faut absolument pas sacrifier les nuits. » Vous aurez beau connaître vos cours par coeur et savoir refaire parfaitement tous les exercices, si le jour de l’examen vous avez des malaises, vous serez incapables de faire l’épreuve. Ensuite, il faut bien évidemment manger sainement et surtout suffisamment pour avoir des forces et être capable d’affronter la somme de travail à faire. Enfin, avoir une bonne hygiène de vie suppose de savoir s’arrêter de travailler quand c’est nécessaire. « Il faut qu’il y ait un moment dans la semaine où l’étudiant puisse évacuer les tensions négatives. » explique Julien Lalande. 24h avant le concours, il est ainsi conseillé de mettre un terme aux révisions et de prendre un jour de détente pour aborder le début des épreuves avec plus de sérénité. De même, pendant la période des concours, ne travaillez pas trop après les épreuves. Le concours est un exercice d’endurance qui suppose d’être capable de tenir jusqu’au bout ! « Une fois qu’une épreuve est passée, on oublie et on passe à la suivante. Ce qui est fait, est fait. » déclare Sylvie Monnet, ancienne professeur d’histoire au lycée Thiers, à Marseille.

 

Le mental
Pour éviter de stresser, il faut également apprendre à relativiser, et à intégrer le fait qu’on n’est jamais prêt pour un concours. Il s’agit donc de garder en tête des objectifs faisables, clairs et précis. « Il faut se faire davantage confiance. Les élèves doutent tout le temps d’eux. » déplore Marie-Ange Julia, professeur de latin à Henri IV. Et si le stress est là, comment faire ? Exercer un contrôle sur son corps d’une part, par l’intermédiaire de techniques comme le yoga, et le dire, d’autre part. Julien Lalande insiste sur le fait d’ « en parler », de « ne pas le garder pour soi. » Avec qui ? Avec les professeurs, et avec les camarades de classe. « Les élèves se parlent entre eux et voient qu’ils sont tous pareils » ajoute Julien.

 

L’organisation
« Il faut se contraindre à faire chaque travail demandé, le plus à l’avance possible, quitte à en rendre une version que l’on estime imparfaite, afin de ne pas se laisser déborder. » déclare Marie Fontana Viala, professeur de Culture Générale au lycée Carnot. Et en effet, le stress naît souvent d’une mauvaise organisation, qui amène les étudiants à privilégier le court terme au long terme, et à être en conséquence sans cesse pris par le temps. Pour vous aider à éviter cela, voici quelques conseils donnés par des élèves et professeurs pour ne pas se laisser déborder…

 

Petites astuces pour organiser son travail
« Comprendre que dans une épreuve il y a deuxtrois passages obligés et les maîtriser. Par exemple en histoire, il y a 30 dates clés à connaître absolument. »
Thomas
« Bien écouter les corrections des profs, bien relire vos anciens travaux, et réfléchir aux raisons de vos mauvaises notes, pour faire en sorte de progresser… »
Claire
« Il faut apprendre à sélectionner et surtout à synthétiser. Les cours nous donnent une masse considérable d’information qu’il faut savoir trier, pour ne retenir que le plus important et ce que l’on est capable de retenir. »
Jasmine
« Pour les concours, il vaut mieux avoir tout vu mais mal plutôt que l’inverse. Cela permet de se dire qu’on arrivera toujours à mettre quelque chose dans sa copie mais qu’on n’aura pas le stress de la feuille blanche. » « On ne fait pas ses fiches au moment des révisions. Les fiches s’accumulent pendant les deux années de révision. On révise des choses qu’on a déjà apprises. Et pour ce qu’on n’a pas eu le temps de traiter, mieux vaut se reporter à un manuel très simple. »
Sylvie Monnet, ancienne professeur d’histoire au lycée Thiers, à Marseille
« Faire les fiches en 1ère année : c’est très important ! Et ne pas croire que le travail fait chez soi équivaut au travail fait en classe. On apprend toujours mieux en suivant les cours qu’en travaillant seul chez soi. »
Adeline
« Travailler par étape et pas au lance-pierre ou par train entier de chapitres. »
François
« Ne pas vouloir trop en faire. Etre perfectionniste, c’est quasiment un défaut »
Jean

 

Claire Bouleau