FAVORISANT LES RENCONTRES, LE DIALOGUE ET LES OPPORTUNITÉS, LES ACTEURS INSTITUTIONNELS ET ASSOCIATIFS SONT UN MAILLON ESSENTIEL DE LA CHAINE HANDICAP / EMPLOI. COUP DE PROJECTEUR SUR DES ACTIONS NOVATRICES QUI ENCOURAGENT L’INSERTION ET LE MAINTIEN DANS L’EMPLOI DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP.

 

Susciter la rencontre
Pas d’insertion professionnelle sans connaissance de l’entreprise et des métiers. Partant de ce constat, les associations multiplient les projets pour créer du dialogue entre les recruteurs et les jeunes demandeurs d’emploi en situation de handicap. Et à l’ère du recrutement 2.0, elles font du numérique un partenaire de choix. Ainsi les 14 entreprises du Collectif Handicap & Numérique ont-elles mis en ligne (en partenariat avec CED, l’Agefiph et le Syntec Numérique) Handi-Numérique un site d’information novateur permettant aux candidats en situation de handicap en formation ou en réorientation professionnelle, de découvrir des métiers méconnus ou qu’ils imaginent souvent inaccessibles. Des forums de recrutement dédiés ont également vu le jour. Handi2Day (organisé par Job2Day et handicap.fr) permet ainsi depuis 9 éditions à des jeunes handicapés de s’entretenir par téléphone ou par chat avec 150 entreprises. Encontr@t, lancé en 2014 par la FEDEEH et CED propose également une plateforme de salon virtuel permettant un processus de recrutement simplifié et accessible à tous.

 

Le dire avec humour
Pour favoriser le dialogue sur le handicap dans l’entreprise, de nombreuses organisations font le choix de la vidéo, un outil à la fois ludique et collaboratif. Ainsi le Festival dans la Boite organisé par handicap.fr propose-t-il aux entreprises de réaliser des courts métrages sur ce sujet. Lors de la dernière édition en 2014, les 26 films en compétition ont montré une vraie progression sur le sujet « on parle d’avantage des handicaps invisibles, le stéréotype du fauteuil roulant commence à disparaitre et ce n’est pas trop tôt ! Si le discours évolue et est de plus en plus teinté d’humour, on regrette encore le manque de prise de risques : il faudrait être encore un peu plus provoc ! » insiste Nicolas Bissardon, Directeur des Relations Extérieures de Handicap.fr. L’humour est aussi de mise dans la web série « J’en crois pas mes yeux ». Co-produite depuis 2010 par Jérôme Adam (diplômé de l’ESSEC et de Sciences Po) sur la base de son vécu du handicap, elle est utilisée en entreprise comme outil de formation, de sensibilisation et de recrutement. « Le leitmotiv de ces vidéos déjà vues plus de 2 millions de fois : faites l’humour, pas la guerre. »

 

Favoriser l’insertion et le maintien dans l’emploi
Le numérique est d’ailleurs une question qui intéresse les associations de façon plus globale. L’APF défend par exemple l’accessibilité numérique pour tous. « Nous portons notre engagement contre la fracture numérique au-delà du handicap en posant les questions des difficultés liées à l’utilisation de l’outil informatique, à l’accessibilité des sites et aux prestations liées, à l’équipement et à l’adaptation des interfaces. Notre Centre d’Expertise et des Ressources Nouvelles Technologies va en ce sens » précise Patrice Tripoteau, DG Adjoint de l’APF. L’ADAPT, partenaire du Tour de France du Télétravail 2015 s’engage quant à elle pour ce dispositif qui, « permet aux personnes handicapées rencontrant encore trop de barrières en terme d’accessibilité (des transports, de l’entreprise,…) d’entrer dans une démarche d’insertion professionnelle ou de travailler à temps plein. Mais, insiste Eric Blanchet son Président, ce n’est qu’une solution parmi d’autres qui ne doit pas remplacer mais bien compléter
une activité, au risque sinon d’augmenter l’isolement des travailleurs handicapés. »

 

LE SAVIEZ-VOUS ?
88 % des Français déclarent être à l’aise avec le fait de travailler avec une personne handicapée et 59 % affirment qu’à compétences égales le handicap ne jouerait pas dans leur décision de recruter (Etude CSA1 pour CED 2014).

 

CW.