Comment l’association accompagne-t-elle les étudiants et les diplômés dans leur parcours ? Quelle incidence de la fusion de Centrale Paris et Supélec ? Quels sont les projets pour demain ? Pascale Delmas, Déléguée Générale de l’association Les Supélec, nous dit tout.

 

Des étudiants de première année aux alumni, l’association des Supélec accompagne les ingénieurs tout au long de leur vie. Rencontres entre diplômés en France comme à l’international, événements thématiques sur le numérique ou l’énergie et anniversaires de promotions… L’association des anciens est un incontournable pour tous les diplômés. Et ce n’est pas tout ! Les alumni accompagnent également les étudiants dès l’école. « Les membres de l’association parrainent les nouvelles promotions. De plus, nous organisons diverses rencontres, comme une journée sportive ou avec Les Formidables. Cet événement permet de présenter des diplômés aux parcours brillants ou atypiques. C’est très enrichissant et inspirant pour les élèves. »

L’association des diplômés : véritable partenaire de l’école…

Avant de devenir Déléguée Générale de l’association des Supélec en juillet 2016, Pascale Delmas a été 6 ans sa trésorière bénévole. Si elle a décidé de s’engager, c’est pour accompagner l’école. « L’association a joué un rôle important dans le rapprochement entre Centrale Paris et Supélec. J’avais envie de m’impliquer et d’accompagner cette fusion en tant qu’alumni. Ce projet m’est apparu très intéressant et pertinent. Grâce à mon engagement dans l’association, j’ai pu rejoindre le conseil d’administration de l’école, ce qui m’a permis de participer pleinement à la création de CentraleSupélec. » Aujourd’hui, pour fournir un meilleur accompagnement aux étudiants et aux diplômés, l’association des Supélec et l’association des Centraliens fusionnent pour fonder CentraleSupélec Alumni, un chantier sur lequel travaille Pascale Delmas. « Cette opération est conséquente puisqu’il s’agit de réunir deux entités qui regrouperont plus de 45 000 alumni répartis dans 80 pays aux 4 coins du Globe. De plus, notre ambition est que la nouvelle association conserve son statut de reconnaissance d’utilité publique. C’est donc un chantier juridique complexe qui nous prendra encore plusieurs mois. »

Quel avenir pour les Supélec et les Centraliens ?

Pour Pascale Delmas, la fusion des deux associations d’anciens offre de nouvelles perspectives. « Aujourd’hui, notre concurrent direct est LinkedIn. Grâce à ce rapprochement de nos deux organisations, nous pourrons élargir et adapter notre offre d’accompagnement de carrière. Ce qui fait notre force, c’est notre expérience, qui apporte un plus pour les étudiants et les jeunes diplômés. Nous pouvons développer cette dimension par des échanges en face à face. Nous entendons également mobiliser notre extraordinaire réseau pour accélérer les carrières et les évolutions de nos alumni. »

Fusion entre Centrale Paris et Supélec, une chance pour les étudiants ?

« Ce rapprochement va permettre à CentraleSupélec de mieux s’imposer à l’international. De plus, les élèves ont accès à une gamme de matières beaucoup plus large et plus complète. La forte complémentarité entre les expertises de Centrale Paris et Supélec permettra aux diplômés d’être des ingénieurs généralistes très appréciés sur le marché du travail. »

Le projet qui vous rend fière ?

« Il y en a deux, le premier est le rapprochement avec l’association des Centraliens, qui représente un travail imposant et essentiel. Nous sommes très fiers de mener ce chantier et sommes impatients de le finaliser. Le second concerne notre relation avec les élèves. Depuis 5 ans, nous avons développé de nombreuses initiatives à destination des étudiants. Ces échanges très riches sont un plus pour eux, comme pour nous. »

Bombardier Transport des opportunités à grande vitesse