Maxime Saada, Directeur général adjoint du Groupe CANAL+ en charge de la distribution et de CanalSat

«Avec un bouquet de 300 chaînes, CanalSat représente aujourd’hui la première offre de télévision payante multichaîne. Mon travail consiste à sélectionner les chaînes afin d’offrir un bouquet équilibré.» Maxime Saada, Directeur général adjoint du Groupe CANAL+ en charge de la distribution et de CanalSat.

 

« La pédagogie de Sciences Po comprend deux axes : l’ouverture et la structuration »
Sciences Po m’a appris à être curieux, à m’interroger sur des questions qui dépassaient un sujet afin de comprendre la multitude des aspects qui peuvent entourer une décision politique, économique ou sociétale. Cette grande école m’a également formé à structurer ma pensée. Sous un autre angle, le MBA HEC, que j’ai effectué à Columbia, dans une section anglophone mélangeant une vingtaine de nationalités, représente l’ouverture par excellence. HEC constitue pour moi l’école de la persévérance car les étudiants se fixent des objectifs qu’ils doivent atteindre coûte que coûte.

« Ma fonction consiste à manager environ un millier de personnes »
Elles se répartissent en plusieurs équipes dont les fonctions vont du marketing au commercial en passant par le service client sans oublier des aspects juridiques, financiers et les relations humaines. Je m’attache à constituer des groupes d’excellence, à leur fixer des objectifs clairs et à leur procurer les moyens de les atteindre grâce à des ressources et à des investissements, tant humains que financiers.

« Je m’adapte spécifiquement à chaque métier »
Par exemple, concernant le marketing, ma réflexion porte sur l’offre, l’évolution des produits, l’intégration des nouvelles technologies et les partenariats commerciaux (Microsoft, Orange, Darty, Carrefour, etc.…). De plus, la relation avec la clientèle est primordiale dans la mesure où CANAL + compte sept millions d’abonnés qui doivent être considérés comme un actif essentiel. En matière de décision stratégique, je suis entouré d’une dizaine de personnes. Si je prends les décisions définitives, je participe parfois à la construction de ces décisions.

Au quotidien !
Avec un bouquet de 300 chaînes, CanalSat représente aujourd’hui la première offre de télévision payante multichaîne. Mon travail consiste à sélectionner les chaînes afin d’offrir un bouquet
équilibré. Avec le lancement de nouveaux décodeurs et la présence de CanalSat sur le web qui comprend plus de 90 chaînes, la composante technologique devient très importante. Il s’agit d’un travail quotidien qui consiste à faire évoluer constamment cette offre afin de l’adapter aux besoins et aux attentes du marché.

Pour attirer de nouveaux abonnés…
… le bouche à oreille constitue le premier moteur, nos abonnés étant nos premiers ambassadeurs. Ensuite, notre communication passe par l’image car nous devons démontrer la supériorité et la valeur de nos produits. Dans cette optique, les programmes en clair de CANAL + contribuent énormément à l’image positive de la chaîne.

Les + du développement de CANAL
C’est le principal groupe audiovisuel français avec des activités à l’international qui représentent un quart de notre chiffre d’affaireSi Studio Canal constitue un des principaux studios européens, mes activités se concentrent sur la télévision payante en France. L’enjeu global consiste à faire progresser sa pénétration, sachant qu’aujourd’hui 30 % des foyers français sont abonnés. A Canal, nous sommes convaincus que nous pouvons attirer beaucoup d’autres clients. Pour atteindre nos objectifs, nous devons expliquer en quoi nos offres, comparées à celles des télévisions gratuites, apportent une valeur ajoutée. CanalSat n’a pas la volonté de rassembler l’audience la plus large possible de la même façon que l’envisage les chaînes hertziennes, car nous sommes dans une logique de chaîne experte, couvrant l’ensemble des thématiques (cinéma, sport, jeunesse, musique, information, documentaire, art de vivre, etc.…).

  

Patrick Simon