Faites de votre équipe de rêve une réalité ! Vous êtes un jeune manager et vous voyez en la singularité de chacun de vos collaborateurs un ingrédient majeur de la réussite collective ? Suivez les conseils de Monique Pierson*, spécialiste en management, pour booster votre dream team !

 

#1 Savoir POUR QUOI vous faites les choses

Quelle que soit l’action que vous entreprenez, répondez d’abord à la question « à quoi ça sert ? » Si vous ne savez pas pour quoi vous faites les choses c’est l’usine à gaz assurée !

#2 Ne pas tricher

Face à vos équipes, soyez toujours vous-même. Votre langage corporel dit la vérité et compte beaucoup plus que votre langage verbal : en allant contre votre nature, vous ne trompez que vous et pire, vous générez de la défiance chez vos collaborateurs.

#3 Trouver votre talent

Impossible de développer une dream team si vous n’êtes pas certain d’avoir l’envie et le talent du management. Comment savoir si vous êtes prêt ? Posez-vous les trois questions suivantes : dans ce domaine, est-ce que j’apprends plus vite que les autres ? Est-ce que je réussis mieux que les autres ? Est-ce que je pourrais exercer cette fonction très longtemps sans jamais me lasser. Si vous répondez trois fois oui, c’est gagné !

#4 Donner l’exemple

Pour que votre équipe se mue en dream team, répondez à ses attentes. Faites que votre vision et l’action globale qui en découle aient du sens pour tous et que chacun participe à cette dynamique collective. Ensuite, apprenez à révéler leur potentiel : identifiez les talents de chacun et mettez en place les conditions pour qu’il ou elle puisse l’exercer au maximum. Enfin, aidez vos collaborateurs à développer leurs compétences et… acceptez que certains ne le souhaitent pas. Dernière règle d’or du manager d’une dream team : travaillez dans une ambiance agréable et bienveillante. Sans jugement, considérez que chacun fait du mieux qu’il peut avec ce qu’il a.

#5 Ne pas croire aux recettes miracles du management

Chaque situation et chaque équipe est unique. Parce qu’un manager est toujours sur le fil du rasoir, ses meilleures armes sont la confiance et la maîtrise de soi. Un de vos collaborateurs a fait une boulette ? Lui tomber dessus dans la minute n’aura qu’un effet : le mettre sur la défensive. Mais alors comment faire pour que cela ne se reproduise pas ? Laissez retomber la situation quelques minutes, expliquez lui ensuite les conséquences négatives qu’ont pu ou pourraient avoir ses actions et demandez-lui ce qu’il en pense. La dream team est l’équipe qui sait apprendre de ses erreurs.

#6 Eviter les erreurs de recrutement

La clé de la réussite d’une dream team, c’est la cohérence. La moindre erreur de recrutement est donc préjudiciable pour l’équipe bien sûr, mais aussi pour le candidat et pour vous, le manager. Pour ne pas vous tromper lors de cette étape décisive, jouez cartes sur table ! Lors de l’entretien, mettez le candidat en confiance en exposant clairement les atouts et les marges de progression de votre entreprise. Ainsi placé sur le registre de l’authenticité, il se sentira automatiquement plus libre d’exprimer ses attentes. Assurez-vous ensuite que ses valeurs matchent avec celles de votre entreprise et que votre futur collaborateur est bien doté des soft skills qui lui permettront de s’adapter et d’évoluer au sein de votre dream team. Les compétences métiers n’entrent en jeu qu’après cette analyse.

#7 La formation n’est pas une réponse à tous

Un membre de votre équipe rencontre une difficulté dans l’exercice de ses missions ? Pas de problème, il suffit de l’envoyer en formation vous dites-vous ? Si la formation peut effectivement s’avérer particulièrement vertueuse, elle n’est pas pour autant la solution miracle. Une formation n’aura aucun effet si les racines de ces difficultés ne sont pas analysées en amont. Elle ne changera rien si les process restent inadaptés ou les moyens insuffisants. Si vous êtes certain que la formation répond bien au problème posé, assurez-vous que votre collaborateur a bien envie de changer, s’il est outillé des bonnes soft skills pour assimiler ce qu’on va lui apprendre et s’il pourra le mettre en application par la suite. Last but not least : à son retour de formation, laissez-lui le temps de transformer ses récents acquis en réflexes. La formation ce n’est pas un déclic magique !

#8 Prendre le temps d’écouter

L’écoute est la première des reconnaissances. Témoin d’un management bienveillant, elle alimente la dynamique collective dont votre dream team a besoin et doit donc se transformer en action. Vous ne souhaitez pas donner suite à une idée formulée par un collaborateur ? Là encore, ne négligez pas le passage à l’action : considérez-le et expliquez-lui pourquoi.

Soignez la dynamique du collectif : éradiquez les réunions inutiles !

Pas de dream meeting sans préparation et mise en perspective de la vision de l’entreprise. Non à la réunionïte et oui aux points réguliers et hyper préparés pour checker, ensemble, ce qui vous rapproche ou vous éloigne de votre objectif. Rien de mieux pour mettre en commun et démultiplier vos énergies !