Candidatures quanti ou quali ? CV classique ou original ? Costume cravate ou friday wear ? Vous cherchez votre premier stage ou votre premier job et vous êtes dans le doute ? Christel de Foucault*, présidente de Conseil en Recherche d’Emploi, liste les erreurs à éviter et dévoile les clés pour ne pas se planter.

 

#1 Vous positionner comme un élève 

La recherche d’un job, c’est avant tout du mental. Le premier piège à éviter c’est de se positionner en inférieur vis-à-vis des recruteurs. Vous n’êtes pas leur élève, ils ne sont pas vos professeurs. Gardez à l’esprit qu’un process de recrutement n’est pas un examen d’entrée ou de sortie dans une école, mais bien le début de votre aventure professionnelle.

#2 Avoir honte de son manque d’expérience

Vous êtes jeune, vous n’avez pas d’expérience professionnelle : ne portez pas cette situation ultra classique comme un fardeau. Au contraire, misez sur ce qui fait qui vous êtes : ce qui compte, ce n’est pas ce que vous avez fait mais ce que vous serez capable de faire. Jouez la carte des soft skills et mettez en avant toutes vos expériences « non-professionnelles ». Une passion pour le rugby, un voyage humanitaire au Cambodge, un engagement dans une association culturelle étudiante : chacune de vos expériences peut se transformer en offre de service pour un recruteur.

#3 Ne pas avoir de profil les réseaux sociaux pro

Se mettre sur LinkedIn une fois diplômé c’est indispensable… mais sans doute déjà un peu tard. Enrichir son réseau est un travail de longue haleine, alors mieux vaut s’y prendre dès le début de vos études. Cela vous permettra en effet de prendre du temps pour repérer des personnes qui valent la peine d’être suivis, de faire de la veille sur des métiers, des pratiques de recrutement, étudier le marché… LinkedIn est votre première vitrine professionnelle alors rendez-la la plus belle possible. Postez des articles, contactez des personnes influentes, multipliez vos abonnés, réalisez des vidéos… bref, montrez l’humain professionnel que vous êtes.

#4 Miser sur un CV généralisé

Jouer sur l’effet de masse en balançant le même CV à tout le monde vous fait gagner du temps à court terme mais niveau ROI, c’est le 0 pointé assuré. Le mécanisme du recrutement fait appel aux mêmes mécanismes que ceux de vente et d’achat : si le recruteur reçoit un CV qui ne le concerne pas, il le mettra à la poubelle. En revanche, si le CV reprend l’intitulé de poste qu’il cherche, il sera plus enclin à le parcourir. Pour le personnaliser, reprenez l’annonce point par point. L’anglais est un critère important pour le poste ? Insistez sur votre score au Toefl. On cherche un candidat sachant faire preuve d’initiatives ? Mettez en avant votre dernier voyage humanitaire. Et si l’annonce précise que les locaux sont en open space alors que vous êtes un accro du home office, faites attention à adapter votre CV en conséquence.

Fast & CV

Un recruteur met en moyenne 6 secondes pour lire un CV : pour le convaincre que le vôtre est le bon, misez sur la personnalisation et la concision. Inutile de raconter toute votre vie, insistez sur les atouts qu’il cherche chez son futur collaborateur.

#5 Donner trop d’infos personnelles

Vous pensez rassurer votre recruteur en précisant votre âge ou votre situation de famille ? Laissez tomber. A l’heure des CV anonymes et de la lutte contre les discriminations, on n’entre plus dans la vie active en donnant trop de détails sur sa vie personnelle.

#6 Envoyer une lettre de motivation

Vous mettez consciencieusement votre lettre de motivation en PJ de votre candidature ? Vous avez toutes les chances qu’elle ne soit jamais ouverte. Adoptez les codes du net et privilégiez un mail de motivation. Plus informel, il vous permettra d’éviter les formules de politesse alambiquées et d’écrire dans le même esprit que l’annonce. Vous postulez pour une startup : pourquoi ne pas utiliser l’humour ?

#7 Parler de soi… et rien que de soi

La recherche d’un job, ça fonctionne comme un rendez-vous amoureux : si vous ne parlez que de vous lors du premier date il n’y en aura pas de second. Commencez toujours par parler de l’entreprise, sans bullshit ni argument bateau. Métier, secteur, projets, formulation de l’annonce, présence sur les réseaux sociaux : dites pourquoi elle vous interpelle. Les recruteurs ne veulent pas forcément des candidats originaux mais des candidats qui correspondent à leurs besoins.

#8 Partir à l’entretien les mains dans les poches

Chaque entretien est potentiellement l’entretien de votre vie, alors entraînez-vous à mort et mentalisez-vous pour le réussir ! Pour peaufiner votre pitch, apprenez à connaître votre interlocuteur. Faites une recherche Google et notez tous les détails (école, passions, parcours…) que vous avez en commun, révisez l’annonce et connaissez le marché, les produits et les réseaux de l’entreprise sur le bout des doigts.

Le bon mood en entretien

Adaptez-vous au contexte. Costume-cravate de rigueur dans une banque et casual pour une enseigne d’équipements sportifs. Si vous n’avez pas d’info, restez le plus neutre possible : classique mais pas trop, peu de bijoux et une chemise neutre. Votre recruteur aura ainsi moins de points d’accroche visuels et sera plus concentré sur vos propos. Et surtout n’oubliez pas de sourire !

#9 Rater son pitch

Ne dites pas trop de choses pour masquer votre manque d’expérience. Evitez de dérouler votre parcours de façon chronologique : débutez plutôt votre pitch par votre dernière expérience pro ou perso au plus proche du poste. Et n’oubliez pas d’insister sur vos soft skills.

#10 Ne pas prendre de notes

Si vous ne prenez pas de notes, le recruteur peut penser que vous n’êtes pas intéressé ou motivé. Autres avantages au combo carnet / stylo : il vous donnera de la contenance si vous manquez un peu de confiance en vous. Vos notes vous permettront aussi de revenir sur certains points précis lorsqu’on vous posera le fatidique « avez-vous des questions ? » à la fin de votre échange.

#11 Louper sa sortie

Car même si vous avez envie que l’épreuve de l’entretien s’achève au plus vite, vous devez impérativement poser au moins une question à l’issue de l’entretien. Une question préparée à l’avance, une question qui rebondit sur vos notes ou la question back up « Quelle est la suite du process ? », qui marche à tous les coups. Vous pouvez également rebondir sur des points qui vous ont interpellé lors de votre discussion. Dans tous les cas, ne répondez jamais « Non pas de question, c’est bon ».

#12 Oublier le mail de remerciement

C’est LE détail qui fait toute la différence. Arrivé chez vous, envoyez tout de suite un mail pour remercier votre recruteur de son accueil et du temps qu’il vous a consacré, faire un point sur la mission et renouveler votre motivation. Si on vous a fait une remarque sur votre CV lors de l’entretien, montrez que vous l’avez prise en compte. Un « Merci pour vos conseils, je me permets de vous envoyer la nouvelle mouture de mon CV » fera mouche à coup sûr !

 

* Christel de Foucault est co-auteur avec Benoit Pouydesseau de l’ouvrage « 50 erreurs à éviter pour trouver un job » (Editions Eyrolles). Suivez ses conseils sur sa chaine Youtube et sa dernière conférence TEDx.