Alain Dovillaire Directeur de l’ENSAM Cluny

« Notre stratégie consiste à former des ingénieurs généralistes et technologues. », Alain Dovillaire, directeur de l’ENSAM Cluny

L’école d’ouvriers et de contremaîtres implantée dans l’ancienne Abbaye de Cluny est devenue l’école des Arts et Métiers en 1901. Nous dispensons un enseignement très technique qui débouche sur un diplôme d’ingénieur généraliste. Notre centre maîtrise les expertises que sont l’usinage grande vitesse, le bois, la réalité virtuelle et la maquette numérique, cette dernière expertise étant installée dans notre institut de Chalon-sur-Saône à 40 kms de Cluny.

L’évolution de l’école a été progressive avec différentes orientations (formation continue, création du laboratoire LaboMat, internationalisation notamment vers les PECO). Notre établissement a toujours été un ascenseur social, notamment par des recrutements dans les couches modestes de la population. Si à certaines périodes nous avons eu jusqu’à 70 % de fils d’ouvriers de paysans et de petits commerçants, nous comptons aujourd’hui 25 % de boursiers. Nous participons activement aux « Cordées de la réussite. »

L’objectif est d’avoir une assise technologique très forte
Notre recherche s’oriente vers nos trois domaines d’expertise (usinage, bois et la maquette numérique).
De 35% d’enseignants-chercheurs notre objectif est de passer à 70% dans les 10 ans à venir. Nous souhaitons montrer que les nouvelles technologies peuvent s’appliquer dans des domaines aussi divers que les moyens de transport, l’architecture ou l’ergonomie.
En matière de développement, nous signons régulièrement des contrats avec des industriels, qu’il s’agisse de grands groupes comme ALSTOM, AREVA, PSA, SNECMA, etc… ou des PME locales, dans le cadre de la structure de valorisation ARTS qui compte 120 salariés dont une douzaine à Cluny. Nous avons 25 doctorants sur le site.

Les 1100 ans de l’Abbaye de Cluny

A travers le contrat Etat/Région, cet anniversaire nous a permis de mettre en oeuvre un programme de recherche sur l’architecture en réalité virtuelle, avec la mise à la disposition de bornes aux touristes qui peuvent ainsi visualiser l’église telle qu’elle était au XVe siècle, et de réaliser d’un film en 3D sur la grande Eglise de Cluny. Dans le cadre de Cluny 2010 et de ce contrat Etat/Région, l’école, la ville de Cluny, les Haras nationaux et le Centre des Monuments nationaux ont lancé un projet de rénovation architecturale de leurs bâtiments sur quatre ans pour ainsi garantir le très beau patrimoine du site.

 

Patrick Simon