Des bancs de la Sorbonne à la tête de Leo Burnett, Hélène Meinerad (Master Géopolitique université Paris-Sorbonne, 99), vice-présidente de Leo Burnett et de Chemistry, n’a eu de cesse d’évoluer au sein du 3e groupe mondial de communication. Sa motivation ? Placer l’humain au cœur des compétences… et des performances !

« Leo Burnett ouvre le champ des possibles à tout talent qui s’y exprime. » Hélène Meinerad

Quelle est la spécificité de Leo Burnett ?

Leo Burnett est l’une des agences les plus primées et les plus créatives au monde. Notre ADN repose sur un pilier central : les gens ! Nous partons toujours de ce qui touche les gens pour les amener à évoluer. Notre devise : What helps humans helps business. La créativité est centrale car elle relie les individus à la marque. Elle est essentielle dans un contexte de digitalisation qui change la façon de penser les campagnes.

Vos challenges en tant que VP de Leo Burnett et de Chemistry ?

Mon 1er challenge est avant tout humain ! Ce qui m’anime : faire grandir les gens et progresser les talents. Ce qui m’intéresse, c’est la personnalité. En tant que vice-présidente, je véhicule les valeurs de solidarité et de liberté propres à Leo Burnett. Mon 2nd challenge : l’excellence ! Voilà pourquoi je suis au contact direct du terrain et de mes équipes.

Ce sont ces valeurs qui vous ont permis d’évoluer ?

J’ai eu la chance d’avoir croisé des gens ouverts d’esprit dès la sortie de l’université. Mon 1er patron m’a permis d’apprendre les ficelles du marketing relationnel sur le terrain. Au sein de Publicis, j’ai retrouvé cette même liberté d’esprit et d’entrepreneuriat. En 15 ans chez Publicis, j’ai touché un peu à tout : pub, data, digital… On m’a toujours permis d’évoluer avec bienveillance et une grande ouverture. J’ai même été augmentée le jour de mon départ en congé maternité !

Entre Hélène Meinerad et Publicis, c’est une histoire d’(al)chimie « Ce qui me rend la plus fière dans ma carrière, c’est la création de l’agence Chemistry au sein de Publicis il y a 7 ans. Nous n’étions que 20 au départ. Aujourd’hui, elle intègre une centaine de collaborateurs. Je me suis totalement épanouie dans ce projet et je suis émue lorsque je vois que les talents que j’avais recrutés en stage sont montés en compétences et sont aujourd’hui chef de groupe ou directeur de clientèle. »

Qui sont les « gens » qui peuvent évoluer au sein de Leo Burnett ?

Nous recherchons de l’envie, de l’énergie, de la diversité à travers les formations, les cultures, les nationalités, les âges, les expériences… et les genres. Publicis a toujours été pionnier en matière de mixité dans les comités exécutifs. Un seul credo : être jeune dans sa tête. Voilà l’esprit Leo Burnett : nous nous nourrissons de tout et surtout de l’humain.

Quelles qualités attendez-vous d’un jeune talent ?

La curiosité et l’agilité restent des indispensables dans ce secteur « bouleversé » par la data et le digital. Il est donc nécessaire de comprendre l’approche liée à ces nouvelles technologies qui impliquent de travailler en équipe. L’intelligence collective est une ressource naturelle inépuisable. C’est pourquoi nous n’hésitons pas à nourrir leur créativité avec des projections de création, des rencontres avec des photographes, des producteurs… Car la créativité, c’est aussi réinventer la technologie.

Le conseil d’Hélène Meinerad « Faites-vous confiance, suivez vos envies et tout sera possible. Mes études à la Sorbonne m’ont donné cette autonomie et cette ouverture d’esprit qui m’ont ensuite permis de toujours faire ce que je voulais. Donc respectez-vous et respectez les autres pour vous épanouir tout au long de votre parcours. En ce sens, le choix de votre manager est clé autant que celui de l’entreprise. » Avis aux managers : ne vous attachez pas trop au diplôme et ouvrez-vous sur l’humain !

 

 

Contact : helene.meinerad@leoburnett.fr

 

 

Web School Factory INSIDE « Nos élèves sont en posture de professionnels en apprentissage »

Anne Lalou directrice de la Web School Factory nous explique comment ses élèves prennent le pouvoir sur leur vie professionnelle

Après Cachan et Troyes, un nouveau campus de l’ESTP Paris s’installe à Dijon dès la rentrée 2019

Dijon Métropole accueillera dès la rentrée 2019 l’École Spéciale des Travaux Publics, du Bâtiment et de l’Industrie (ESTP Paris), grande école d’ingénieurs spécialisée dans la construction durable, l’aménagement urbain et des territoires. L’école proposera à ses 300 étudiants, installés sur un nouveau campus de 10 000 m2 en cours de construction, une formation et un diplôme identiques à ceux délivrés sur ses campus de Cachan et de Troyes.

[Dans mon cours] Appliquer une pédagogie par compétences

Dès 1995, Audencia adoptait une approche compétence innovante. Depuis, son « portfolio compétence » n’a cessé d’évoluer pour s’inscrire au cœur d’une pédagogie spécifique

Efrei Paris se dote d’une Chief Happiness Officer

Elaborer une culture de travail positive, améliorer les relations et créer du lien entre les collaborateurs et les étudiants : telle est la mission d’Anne Chanard, qui vient d’être nommée Chief Happiness Officer par Efrei Paris

Lever de rideau sur ISC Paris

Au Cirque d’Hiver, la troupe d’ISC Paris a annoncé lors du show caritatif d’Human ISC ses nouveaux projets : un nouveau chapiteau à Orléans, plus de jongle avec l’alternance, des acrobaties en philosophie …

L’UNIVERSITÉ PARIS NANTERRE SIGNATAIRE DE DORA, LA DÉCLARATION DE SAN FRANCISCO SUR L’ÉVALUATION DE LA RECHERCHE

Récemment, l’université Paris Nanterre, a rejoint plus de 600 organismes internationaux signataires de la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche i.e DORA, pour San Francisco Declaration on Research Assessment

Le Bellevue décroche la note de 15/20 au guide Gault&Millau Suisse 2019

Le Glion Institut de Hautes Études, prestigieuse école hôtelière basée en Suisse, a inauguré son restaurant gastronomique d’application Le Bellevue en mars 2018. Il décroche, à peine quelques mois plus tard, la note remarquable de 15/20 dans la nouvelle édition du Guide Gault&Millau Suisse.

Insertion professionnelle : les néo-diplômés de la FLSH très prisés en région.

Les chiffres que vient de publier la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH) sont très positifs : 72% de ses diplômés en 2017 sont en poste à peine 6 mois après la fin de leur formation.

Céline Guivarch, directrice de recherche à l’École des Ponts ParisTech, nommée au Haut conseil pour le climat

Ce Haut conseil pour le climat a été installé par le Président de la République, Emmanuel Macron, le 27 novembre. Présidé par la climatologue franco-canadienne Corinne Le Quéré, il est composé de 12 autres scientifiques, économistes, ingénieurs et experts, il est chargé d’apporter un éclairage indépendant sur la politique du Gouvernement en matière de climat. Parmi eux, figure Céline Guivarch, directrice de recherche à l’École des Ponts ParisTech, économiste au CIRED (Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement) et contributrice aux travaux du GIEC.

Ethic first à l’EMD !

A l’EMD on ne plaisante pas avec l’éthique et l’humain. L’école de management de Marseille a été créée par des chefs d’entreprise désireux de former une nouvelle génération de responsables pour faire évoluer le monde des affaires. rencontre avec Xavier Palou son directeur.