Nous pouvons, aujourd’hui, distinguer plusieurs facteurs qui influent sur les tendances de l’écosystème entrepreneurial français. Parmi ceux-ci, peuvent être cités les financeurs (venture capitalists et aides publiques), les incubateurs, l’apparition des grands groupes, les modes et bien entendu les avancées technologiques. Mais qu’est-ce qui explique alors concrètement cette ébullition de l’écosystème entrepreneurial ? L’auteur est Julien Morel, directeur d’ESSEC Ventures

 

Nous assistons actuellement en France à une véritable « clusterisation des projets » autour de secteurs ou de thématiques. Ces dernières années sont nés des buzz words comme l’Edtech, la Foodtech, la Consultech, ou encore l’Industrie 4.0 et ainsi de suite dans quasiment tous les secteurs de l’économie. Les projets lancés ont soit l’ambition de concurrencer les acteurs traditionnels, soit offrent des solutions innovantes à ces mêmes acteurs. Cette tendance est facilitée par l’apparition d’incubateurs sectoriels, de fonds de plus en plus spécialisés mais aussi de grands corporate dont l’intérêt pour les startups ne se situe plus simplement dans la veille mais dans les partenariats ou l’acquisition.

Un développement des projets B2B

Une deuxième tendance dans le développement de l’entreprenariat en France est l’accroissement des projets B2B vs les projets B2C. Si cela est un corolaire de la clusterisation décrite ci-dessus, c’est aussi  le résultat de la difficulté à créer des business de volume pour une startup. De plus en plus d’investisseurs se méfient du B2C qui demande des  fonds conséquents pour atteindre le seuil de rentabilité nécessaires à la pérennité. Ils auront tendance à investir de manière plus importante dans une société dont le panier moyen par client se chiffre en dizaines de milliers d’euros que dans une société dont la marge par vente est de quelques euros. Il faut cependant noter qu’un modèle B2C qui aura prouvé la pertinence de son modèle économique, avec la résolution de l’équation « coût d’acquisition inférieure à la « lifetime value », gardera toutes ses chances dans l’écosystème français.

Des secteurs innovants qui ont le vent en poupe

Certains secteurs ont le vent en poupe : l’intelligence artificielle (IA), les modèles en SAAS (Software As A Service), l’E-sport, la voiture autonome, les robots physiques ou conversationnels, la cybersécurité, la dématérialisation de l’emploi ou encore les cryptomonnaies. D’autres secteurs laissent quant à eux des perspectives positives comme l’industrie 4.0, la RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), la réalité augmentée, la traduction, l’e-learning ou comme les outils de digitalisation des industries de service.

Si la digitalisation de l’économie reste un facteur d’innovation premier, nous assistons également – et c’est une bonne nouvelle, à l’émergence de nombreuses startups non technologiques. Ainsi  de nouveaux produits voient le jour dans l’univers de la grande consommation, de la mode et du luxe, dans la logistique, l’hôtellerie-restauration, les medias ou dans le conseil, pour n’en citer que quelques-uns.

Tous ces facteurs laissent donc penser que l’écosystème entrepreneurial français est en pleine ébullition. Un aperçu terrain du côté de l’ESSEC confirme par ailleurs cette tendance générale. S’il y avait 10 startups dans son incubateur ESSEC Ventures en 2005, elles sont plus de 60 aujourd’hui. Beaucoup d’indicateurs sont au vert du côté du soutien financier également  avec l’implication des corporates, le soutien public de la BPI (Banque Publique d’Investissement), la floraison des incubateurs et un goût pour l’innovation côté consommateurs. Entreprendre est devenu une option comme une autre pour les étudiants et des cursus sont présents dans la plupart des Grandes Ecoles, dont à l’ESSEC. Seule ombres au tableau,  le faible nombre de femmes entrepreneurs dans les équipes de fondateurs et une internationalisation qui reste trop rare. Mais restons confiants quant à ces perspectives ; des initiatives à l’ESSEC comme Entreprendre au Féminin ou la récente accréditation French Tech Visa des incubateurs nous permettent d’envisager des perspectives de croissance pour les années à venir !

 

Volkswagen Financial Services : la « captive » qui délivre !

L’entité financière du groupe automobile numéro 1 mondial invite les jeunes diplômés à prendre le virage et tracer les nouvelles routes de la mobilité connectée. Au volant de cette visite privée, Thierry Verbist (INSEAD 2011), Directeur Général...

DPDgroup vous livre ses secrets pour un leadership bienveillant

Olivier Truong ( INSEAD 2013), Directeur Culture et Bienveillance, pilote la transformation managériale chez DPDgroup. Au 1er plan : la bienveillance.

Toshiba : carte mère de la transfo digitale

De l’avenir des ordinateurs aux qualités qu’il recherche chez un jeune diplômé, William Biotteau, Country Manager, nous dit tout.

UNEAL : la coopérative qui fait germer les talents

Innovation, agriculture de demain, ses succès, ses projets… Françoise-Emmanuelle Boussinesq (EDHEC Business School 86, INSEAD 04), Directrice Opérationnelle d’UNEAL nous dit tout !   [Le business] À quoi ressemblera l’agriculture demain ? Elle...

Chez Sanofi, l’aspiration avant l’ambition

Pour Sven Sommerlatte, VP et DRH de la Global CHC BU de Sanofi, exit le parcours linéaire et bonjour la carrière sur-mesure chez le géant pharmaceutique du CAC 40 !

ORPEA-CLINEA « Vivre sa vocation éloigne les regrets »

Emmanuel Masson nous présente CLINEA, filiale d’ORPEA, sous le prisme de sa réussite en tant que directeur général de cette entreprise fleurissante.

Eovi Mcd Mutuelle, une entreprise en bonne santé

Eovi Mcd Mutuelle assure sur tous les plans. Comme son DG Eric Gex-Collet, qui partage les secrets de sa réussite et ses conseils de dirigeant à succès.

Signez votre carrière à la pointe de l’épée avec Agromousquetaires

Agromousquetaires s’empare des sujets de société pour devenir l’un des grands de l’industrie agroalimentaire. Zoom avec Christophe Bonno, son DG

Sauvez la planète avec Économie d’Énergie SAS

En 2011, Myriam Maestroni crée sa startup, Économie d’Énergie SAS. Elle se confie sur les enjeux qu’affronte le monde de la transition énergétique.

Bureau Veritas : la confiance fait la différence

« Aider nos clients à gérer leurs enjeux de qualité, santé et sécurité, telle est la finalité de notre métier » Jacques Pommeraud, EVP France, Afrique & GSIT* Bureau Veritas.