Pour fêter ses 3 ans d’existence, l’école hôtelière Ferrières a annoncé le contrat 100 % CDI, garantissant à ses étudiants la signature d’un CDI dans les 2 mois suivant l’obtention du diplôme. Le chef d’établissement et créateur de l’école, Khalil Khater, a également profité de l’occasion pour annoncer des travaux d’agrandissement de l’école.

 

Ferrières devient la première école du supérieur spécialisée dans l’hôtellerie-gastronomie à garantir à ses étudiants un CDI dans les deux mois qui suivent la remise des diplômes. Cette volonté émane de plusieurs constats : « aucune école ne s’engage contractuellement sur l’emploi de ses futurs diplômés. Malgré une promesse d’employabilité de la part des grandes écoles, il est finalement difficile d’obtenir un CDI. Nous voulons créer une dynamique vertueuse et accompagner les diplômés. Les étudiants ne devraient pas avoir à choisir une école sur une promesse », explique Khalil Khater.

Comment ça marche ?

Pour réaliser un tel engagement, Ferrières s’est associé à une agence de placement spécialisée dans l’emploi en hôtellerie-gastronomie et à de nombreux partenaires comme LVMH, Cartier, Molitor, Radisson, Hyatt, le groupe Dassault, Café Royal, le marché international de Rungis ou encore Ladurée.

En début de scolarité, les étudiants signeront un contrat garantissant un CDI à leur sortie de l’école. Ils s’inscriront ensuite au bureau de l’emploi avant le 15 janvier de l’année de leur diplomation. Ils devront fournir CV, lettre de motivation ainsi qu’une lettre précisant leurs souhaits et leurs projets professionnels. À ce dossier seront ajoutées leurs notes et les appréciations des professeurs sur le comportement de l’élève tout au long du cursus. « Nous avons voulu laisser la possibilité aux étudiants de trouver le travail de leur rêve. Ils ne sont pas obligés d’accepter l’offre proposée par une entreprise, mais peuvent choisir parmi plusieurs offres. C’est pourquoi nous avons intégré une clause de droit au refus. Le diplômé peut refuser sa première offre, Ferrières devra alors lui trouver un autre CDI sous 2 mois. »

Ferrières garantit en outre un salaire compris entre 22 800 € par mois brut (pour les diplômés Bac+3) et 33 600€ brut (pour les diplômés Bac+5) en début de carrière. Pour ceux qui ne trouvent pas de travail au bout de 2 mois, l’école s’engage à les indemniser à hauteur de 70€ net par jour, soit 1 150€ net mensuel.

 De nouveaux bâtiments au service de l’excellence

Pour satisfaire son objectif d’excellence, l’école a prévu d’importants travaux afin d’accueillir jusqu’à 1 200 étudiants d’ici 2021. « Nous allons livrer 150 logements étudiants en juin 2018. Au printemps 2018 commencera la construction du potager, du restaurant bio et de l’Orangerie, un auditorium de 500 places. Ensuite, nous allons créer un centre d’innovation nommé Hospitality Valley qui s’étalera sur 10 000m² avec un incubateur, un showroom, des lieux de rencontre avec les professionnels. La livraison de la première tranche se fera en 2020. Enfin, nous comptons développer, un vrai campus de 20 000m² avec des infrastructures sportives et 250 nouveaux logements étudiants. La première portion de ce campus arrivera entre 2021 et 2022. »

 

Plan des travaux © Ferrières

Ces nouveaux équipements s’ajoutent au bel écosystème déjà existant sur l’ancien domaine de la famille Rothschild : une cave à vin de 500m², un vignoble, un espace Congrès de 2 500m², l’hôtel Paxton, deux restaurant : Le Chai et le Baron, le château de Ferrières ainsi qu’un immeuble pédagogique qui héberge notamment les ateliers de cuisine et de pâtisserie.

Portée par son ambition et ses exigences en termes d’employabilité, Ferrières s’impose désormais comme une école hôtelière incontournable.

 

Pour découvrir des opportunités dans les plus grandes entreprises et des témoignages de dirigeants inspirants, c’est par ici :

JPR-CAP : un serial entrepreneur au grand cœur

Libérez votre créativité comme Jean-Paul Rémézy, président fondateur de JPR-CAP, serial entrepreneur au grand cœur

ORPEA déploie son modèle de valeurs dans le monde

ORPEA : leader mondial de prise en charge de la Dépendance avec des établissements de santé dans 16 pays. Yves Le Masne, son DG, a gravi tous les échelons en 26 ans.

CNH Industrial : la fabrique à talents internationaux

Vous rêvez d’une carrière à l’international ? Luc Billiet, General Manager Aftermarket Solutions de CNH Industrial, vous donne ses conseils pour réussir.

Delacre : succombez aux « guilty pleasure »

« Bienvenus dans une entreprise délicieusement régressive » assure Véronique Magro, Head of Controlling et reporting chez Delacre

Innovation et RSE, les arômes d’exception de Nespresso

L’innovation selon Nespresso ? Eclairage en mode robusta par Jean-Michel Cecconi directeur de l’open innovation et Clémence Nutini, responsable RSE chez le pro du café

Horus Pharma : une innovante affaire de famille

L’objectif d’Horus Pharma ? Recourir à la réalité augmentée pour faciliter le quotidien des patients et des médecins. Rencontre avec Claude Claret, DG et fondateur du laboratoire ophtalmologique

Faites le plein d’énergie chez ENGIE !

L’accès à une énergie durable, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, l’utilisation raisonnée des ressources… Voici les grands enjeux d’ENGIE pour devenir le leader mondial de la transition énergétique.

Petit Forestier : pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

Petit Forestier est une entreprise familiale où il est possible de progresser et de réaliser de beaux parcours professionnels estime Fréderic Vannson, son Directeur technique.

La valeur la plus importante pour BPCE ? Ses actifs… humains

Envie d’en savoir plus sur le métier de banquier en 2020 Marc Bonnemains vous présente le groupe BPCE de l’intérieur.

Nexter tire dans le mille

Nexter agit sur tous les fronts ! Innovation, transformation digitale, conquête de nouveaux marchés à l’export… Le point avec Sylvain Rousseau, (Sup’Aéro 93 HEC 2004) COO du leader de la défense terrestre