Pour fêter ses 3 ans d’existence, l’école hôtelière Ferrières a annoncé le contrat 100 % CDI, garantissant à ses étudiants la signature d’un CDI dans les 2 mois suivant l’obtention du diplôme. Le chef d’établissement et créateur de l’école, Khalil Khater, a également profité de l’occasion pour annoncer des travaux d’agrandissement de l’école.

 

Ferrières devient la première école du supérieur spécialisée dans l’hôtellerie-gastronomie à garantir à ses étudiants un CDI dans les deux mois qui suivent la remise des diplômes. Cette volonté émane de plusieurs constats : « aucune école ne s’engage contractuellement sur l’emploi de ses futurs diplômés. Malgré une promesse d’employabilité de la part des grandes écoles, il est finalement difficile d’obtenir un CDI. Nous voulons créer une dynamique vertueuse et accompagner les diplômés. Les étudiants ne devraient pas avoir à choisir une école sur une promesse », explique Khalil Khater.

Comment ça marche ?

Pour réaliser un tel engagement, Ferrières s’est associé à une agence de placement spécialisée dans l’emploi en hôtellerie-gastronomie et à de nombreux partenaires comme LVMH, Cartier, Molitor, Radisson, Hyatt, le groupe Dassault, Café Royal, le marché international de Rungis ou encore Ladurée.

En début de scolarité, les étudiants signeront un contrat garantissant un CDI à leur sortie de l’école. Ils s’inscriront ensuite au bureau de l’emploi avant le 15 janvier de l’année de leur diplomation. Ils devront fournir CV, lettre de motivation ainsi qu’une lettre précisant leurs souhaits et leurs projets professionnels. À ce dossier seront ajoutées leurs notes et les appréciations des professeurs sur le comportement de l’élève tout au long du cursus. « Nous avons voulu laisser la possibilité aux étudiants de trouver le travail de leur rêve. Ils ne sont pas obligés d’accepter l’offre proposée par une entreprise, mais peuvent choisir parmi plusieurs offres. C’est pourquoi nous avons intégré une clause de droit au refus. Le diplômé peut refuser sa première offre, Ferrières devra alors lui trouver un autre CDI sous 2 mois. »

Ferrières garantit en outre un salaire compris entre 22 800 € par mois brut (pour les diplômés Bac+3) et 33 600€ brut (pour les diplômés Bac+5) en début de carrière. Pour ceux qui ne trouvent pas de travail au bout de 2 mois, l’école s’engage à les indemniser à hauteur de 70€ net par jour, soit 1 150€ net mensuel.

 De nouveaux bâtiments au service de l’excellence

Pour satisfaire son objectif d’excellence, l’école a prévu d’importants travaux afin d’accueillir jusqu’à 1 200 étudiants d’ici 2021. « Nous allons livrer 150 logements étudiants en juin 2018. Au printemps 2018 commencera la construction du potager, du restaurant bio et de l’Orangerie, un auditorium de 500 places. Ensuite, nous allons créer un centre d’innovation nommé Hospitality Valley qui s’étalera sur 10 000m² avec un incubateur, un showroom, des lieux de rencontre avec les professionnels. La livraison de la première tranche se fera en 2020. Enfin, nous comptons développer, un vrai campus de 20 000m² avec des infrastructures sportives et 250 nouveaux logements étudiants. La première portion de ce campus arrivera entre 2021 et 2022. »

 

Plan des travaux © Ferrières

Ces nouveaux équipements s’ajoutent au bel écosystème déjà existant sur l’ancien domaine de la famille Rothschild : une cave à vin de 500m², un vignoble, un espace Congrès de 2 500m², l’hôtel Paxton, deux restaurant : Le Chai et le Baron, le château de Ferrières ainsi qu’un immeuble pédagogique qui héberge notamment les ateliers de cuisine et de pâtisserie.

Portée par son ambition et ses exigences en termes d’employabilité, Ferrières s’impose désormais comme une école hôtelière incontournable.

 

Pour découvrir des opportunités dans les plus grandes entreprises et des témoignages de dirigeants inspirants, c’est par ici :

L’engagement et l’accompagnement sur les rails de TER Grand Est

Retrouvez l’interview de Stéphanie Dommange, directrice régionale de Ter Grand Est. Animée par des valeurs telles que l’engagement et le partage, elle invite les jeunes diplômés à prendre le train du succès dans une entreprise qui saura les faire grandir.

In OENEO veritas

Très engagé pour l’égalité femmes-hommes, OENEO est un acteur international de la filière viticole pour qui les femmes sont un grand cru !

L’ingénieur.e Setec, bâtisseur de liens humains

Setec constitue un terrain de jeu idéal pour un.e jeune ingénieur.e., comme l’explique Anne-Marie Choho, directrice dénérale et Executive Vice-President.

Engagez-vous pour la diversité avec Sodexo !

Sodexo, leader mondial des services de qualité de vie, favorise une culture ouverte et inclusive où chacun peut s’épanouir. Témoignage d’Isabelle Aprile, Directrice de l’Innovation sociétale et des Nouveaux modèles économiques.

Mission évolution réussie pour Neopost

L’acteur high tech international change de nom. Une nouvelle marque et une culture d’entreprise toujours plus inclusive.

Avec ResMed, réveillez le talent qui sommeille en vous

Envie de changer les choses et de donner du sens à votre travail ? Découvrez comment ResMed entend changer la vie de 250 millions de patients.

Nespresso France : la parité sans filtre

Le spécialiste du café en dosette sait aussi doser la parité avec 60 % de femmes dans ses équipes !

Baxter au service de la vie

Depuis 85 ans, Baxter conçoit des solutions de soins innovantes au service des patients explique Marie-Claire Taine, Présidente de Baxter France et Vice-Présidente Renal Care Europe de l’Ouest.

Une ancienne ministre à la présidence de la Fondation Orange

Retrouvez l’interview de Christine Albanel, Présidente Déléguée de la Fondation Orange et figure marquante de la sphère politique. Guidée par les valeurs telles que la solidarité et l’égalité femmes-hommes, l’ex ministre de la culture et plume de Jacques Chirac, place le numérique au service de l’information et de la communication.

Philip Morris France : rejoignez l’aventure de la transformation

Leader de son secteur, Philip Morris a pris le parti de s’auto-disrupter pour aller vers un monde sans fumée.