Derrière le chiffre symbolique, c’est un nouveau cap qui vient d’être franchi, et qui confirme une nette montée en puissance : le 5 septembre 2011, l’Ecole des Mines d’Albi-Carmaux  a célébré le 200eme docteur formé dans ses laboratoires de recherche.

 

Pour celle qui reste la dernière née des écoles des Mines, l’événement témoigne de la place croissante que l’Ecole albigeoise a su prendre dans le domaine de la recherche. « Nous sommes sur une dynamique intéressante, reconnaît le Directeur de la Recherche René David, en notant que la 150ème thèse de doctorat a été soutenue en 2009, il y a tout juste deux ans. Nous formons actuellement 17% des doctorants inscrits dans les écoles doctorales toulousaines auxquelles nous sommes associés, ce qui est significatif de notre implication dans le paysage de la formation de haut niveau et de la recherche ».

Le profil du 200ème docteur, Younes Chhiti, est lui aussi significatif : originaire du Maroc, il a choisi l’Ecole des Mines d’Albi pour parfaire son parcours après deux masters acquis à l’Université d’Aix-Marseille. « Au-delà de l’intérêt du sujet de thèse en lui-même, la qualité des équipements et la notoriété des équipes de recherche sont des facteurs importants qui m’ont amenés à choisir Albi, souligne-t-il. D’autant plus que le campus est très agréable et que les conditions d’étude y sont excellentes ! »

Les travaux de Younes Chhiti, couronnés par ce diplôme délivré par l’Institut National Polytechnique de Toulouse, portent sur les techniques d’utilisation de la biomasse pour la production d’énergie. « C’est un domaine dans lequel l’Ecole des Mines, au travers de son laboratoire de recherche RAPSODEE est particulièrement en pointe, explique Sylvain Salvador, son directeur de thèse. Les travaux de Younes permettent d’apporter des réponses sur la façon dont on peut transformer la biomasse en huile de pyrolyse, pour valoriser des résidus agricoles non alimentaires, et alimenter de grosses unités de gazéification pour produire in fine un carburant liquide, énergie renouvelable et non-polluante ». Un peu hermétiques au regard des profanes, ces pistes de recherche sont suivies de près par des scientifiques du monde entier.  « Nous travaillons en partenariat étroit avec des acteurs de dimension internationale tels que le CEA, le CIRAD, ou encore la fondation TUCK au travers d’un contrat ARMINES, dans le cas de cette thèse. Et les travaux de Younes Chhiti ont déjà fait l’objet de publications scientifiques et de présentations internationales, en Chine et aux USA  notamment. »

Aujourd’hui, l’Ecole des Mines d’Albi-Carmaux accueille 74 doctorants, dont 40% d’étudiants étrangers (Afrique, Amérique du Sud, Asie et Union Européenne) attirés par la qualité du campus et la réputation croissante de l’Ecole dont deux docteurs vont prochainement recevoir le prix de thèse Léopold Escande de l’INPT.

 

Contact presse :

Claire Benigole – Déléguée à la communication – Tél. : 05 63 49 30 95 – courriel : bernigole@mines-albi.fr