Face à la somme de devoirs à faire qui s’accumule chaque jour, le travail en groupe peut être salutaire. A condition de savoir s’organiser convenablement…

 

Se répartir le travail pour mieux se compléter
Le premier avantage du travail en équipe est sans aucun doute de pouvoir se diviser le travail. Si vous vous répartissez bien les tâches, chacun d’entre vous aura moins de choses à traiter, mais, à vous tous réunis, vous aurez abordé tous les thèmes imposés. En histoire, si vous devez connaître parfaitement tous les aspects de la seconde guerre mondiale, l’un se penchera sur la dimension économique, l’autre sur la stratégie militaire, un autre sur les aspects sociaux de cette guerre (…) et chacun pourra, une fois bien renseigné sur le sujet, faire un exposé rapide d’une heure ou deux à ses camarades. En somme, vous vous spécialiserez pour mieux vous compléter. « Seul, vous n’y arriverez pas. Vous devez travailler avec les autres. Vous préparez un concours, mais ensemble. » Thibaut de Saint Pol, dans son livre autobiographique sur ses années de prépa N’oubliez pas de vivre.

 

De la coopération à la compétition
Travailler en équipe est également le meilleur moyen d’éviter la compétition qui peut survenir rapidement dans un contexte où le stress est omniprésent et où les places sont limitées. Au contraire, les réunions de travail représentent le moment idéal pour parler aux autres, leur confier doutes et angoisses et ensemble, se serrer les coudes. Pour ceux qui ont des difficultés dans une matière, les rencontres organisées entre camarades de classe seront également l’occasion de poser des questions restées sans réponse à la fin du cours. Un moyen de rendre le système plus équitable. « Apprendre à travailler ensemble permet de multiplier les résultats des efforts des uns et des autres. » déclare Mme Monnet, professeur d’histoire au lycée Thiers, à Marseille.

 

Joindre l’utile à l’agréable
Enfin, avec des loisirs souvent rares et un emploi du temps très chargé, se retrouver à plusieurs rend le travail plus facile, transforme les moments difficiles en agréables échanges. C’est l’occasion de rendre l’entraînement plus ludique. Vous pouvez ainsi organiser des jeux de rôle, où chacun votre tour, vous prenez le rôle du professeur face à l’assemblée d’élèves que constitue votre groupe d’amis. Vérifier qu’on est parfaitement capable d’expliquer une notion est en effet un bon moyen de savoir si on l’a intégrée. Ces moments de rencontre où le temps passe plus vite vous permettront aussi, au fil du temps, de tisser de véritables liens avec vos collègues préparationnaires. Ils donneront naissance à de belles et durables amitiés.

 

Mais… pas toujours facile de s’organiser
Mais justement, il faut faire attention à ce que le plaisir ne prenne pas trop le pas sur les obligations. Comme le dit Narjès, élève en B/L au lycée Thiers à Marseille « Quelques fois ça peut être bien mais parfois on rigole trop du coup c’est pas très efficace. » Thomas, ancien élève du lycée Fénelon, à Paris, déclare quant à lui : « Le travail en équipe, je suis pour, quand il est bien organisé, mais j’ai jamais vu de travail de groupe bien organisé. » Chacun peut donc privilégier le travail en solitaire ou en groupe, selon ses attentes et sa personnalité. Cependant, quelle que soit la méthode choisie, sachez qu’une fois en école, et ce peu importe la filière, les travaux de groupe constitueront une part importante (voire la quasi totalité) du travail à faire en dehors des cours.
Autant s’y habituer dès à présent !

 

Claire Bouleau