Elisabeth Amato ne fait rien comme les autres. Rare femme à œuvrer dans le milieu très masculin de la Magie, elle a su rendre à cette discipline (et c’en est une, ô combien !) toutes ses lettres de noblesse. Eprouvant manifestement un immense respect pour le Merveilleux qui imprègne naturellementnotre univers, Elisabeth Amato n’est pas ces prestidigitateurs qui reproduisent de vulgaires tours de passe-passe inventés par d’autres et dans lesquels des boites truquées font croire aux benêts qu’on découpe à la scie quelque pom-pom girl éthérée… Chez Elisabeth Amato, on est très loin de cet univers-là.

Dans des spectacles qui sont aussi des histoires et où elle prend tous les risques – jusqu’à se tromper, parfois – c’est le spectateur lui-même qui trouve les cartes, lit dans la boule de cristal et donne les bonnes réponses aux questions posées par un autre spectateur. Dirigeant ainsi de main de maîtresse un spectacle dans le spectacle, elle nous offre, en sus des prouesses techniques étonnantes liées à chacun de ses tours, une galerie de visages d’autant plus interloqués que ces spectateurs qu’elle a appelés sur scène ne peuvent en aucun cas s’écrier : « Y’a un truc ! !», pour la simple raison que le tour, c’est euxqui l’ont réalisé !!

Proposant à ses hôtes de l’accompagner dans l’enquête qu’elle mène pour découvrir ce qu’est vraimentla magie, elle nous conduit, tour après détours (par la physique quantique notamment, d’où le titre du spectacle, mon cher Schrödinger) jusqu’à cet autre côté du miroir où l’on finit par se demander si, comme elle l’assure, la magie n’existe pas POUR DE VRAI ! Parce que quand elle jette un avion en papier dans le public et demande à la personne désignée de lire un mot au hasard dans le dictionnaire et que celui-ci est bien le même que celui cacheté par un autre spectateur dans une enveloppe, il y a un truc, on le sait. Mais comment fait la Dame sur scène pour deviner au passage – étonnant bonus ! –  le prénom de votre conjoint et votre signe astrologique ?… Il faudra qu’on m’explique.

Où bien que j’y retourne, encore et encore. En attendant, après les rappels, lorsque la lumière se rallume, le buzz, lui, s’est déjà mis en route : ça murmure, ça s’étonne, ça suppute à qui mieux-mieux… En un mot : les gens sont bluffés ! Parce que c’est excellent, tout simplement.

Un de ces bons moments qui en appellent tant d’autres derrière, autour d’une table de café ou au restaurant…

Au Petit Montparnasse, le samedi à 16h30. Le dimanche à 19h et le lundi à 20h30. Offre découverte à – 50% jusqu’au 18 mars. www.theatremontparnasse.com et 01 43 22 77 74