Cet article a 6 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.

Depuis le 3 octobre dernier et jusqu’à ce dimanche 16, la mairie de Puteaux accueille le SAGE, Salon des Arts des Grandes Écoles, dans ses sublimes salons d’honneur.
Rencontre avec Jean Martin, le commissaire, Alain Paquette, président de l’association des anciens de Supélec d’Ile de France et des artistes exposant sur place…

 

Rassembler les écoles…

Le salon le jour du vernissage

Le salon le jour du vernissage

Comme l’explique Jean Martin, commissaire du salon « Le salon regroupe les Arts et Métiers, Centrale, Polytechnique et Supélec ». Plus exactement, parmi les 120 exposants, on rencontre à la fois des anciens de ces grandes écoles mais également leurs « invités » : époux, épouses, enfants, … L’entourage des anciens élèves joue en effet un rôle primordial puisqu’il constitue la moitié des artistes exposants.

L’exposition est co-organisée par les associations d’anciens élèves de ces écoles qui, après avoir mis en place pendant de nombreuses années des salons séparés, ont finalement décidé de s’associer pour créer un événement commun. La première édition du SAGE, installé alors à Saint Cloud, remonte à 2006, à une époque où seules Centrale et Polytechnique étaient alors représentées. L’intérêt de travailler ensemble ? Avoir accès à davantage de moyens, et offrir une exposition d’une richesse et d’une diversité étonnante. Comme l’explique Jean Martin « Historiquement on faisait des biennales chacun de notre côté. Il y a cinq ans on a commencé le salon des Grandes Ecoles. On a pu prétendre à une salle à laquelle aucun d’entre nous n’aurait pu prétendre séparément. » L’organisation aussi s’en trouve simplifiée. « On fait de la publicité chacun dans nos groupes d’anciens respectifs. » décrit le commissaire, avant d’ajouter  « Dans chaque association il y a un président et des gens qui sont motivés pour faire l’exposition. »

Alain Paquette, président de l’association des anciens de Supélec, en est le parfait exemple : très impliqué dans l’organisation du salon, il a réussi avec brio cette année encore à susciter l’intérêt au sein de son ancienne école, et également de son entourage. Pendant des années, son épouse a ainsi exposé dans les salons des anciens élèves de Supélec et présente désormais ses œuvres lors du SAGE.

 

… pour garantir un salon de qualité

Le salon, d’une réelle richesse, permet de contempler deux catégories d’œuvres d’art : celles qui s’accrochent (photographies ou peintures) et celles qui se déposent sur un socle (sculptures généralement).

Claudine Muller, sculpteuse

Claudine Muller, sculpteuse

Claude Paquette, à côté de ses gravures

Claude Paquette, à côté de ses gravures

Claudine Muller, sculpteuse, épouse d’un centralien, explique avec humilité que « c’est par hasard » qu’elle est là. Elle a un peu hésité à exposer, puis a fini par se lancer. Claude Paquette, quant à elle, expose ses gravures depuis plus de 20 ans, au départ dans les salons organisés par l’association des anciens de Supélec.

De part et d’autre d’un long tapis bleu, inondées de lumière grâce aux larges vitres et au plafond haut, les œuvres se suivent mais ne se ressemblent pas. Peintures classiques, ou plus modernes, sculptures de femmes nues ou de symboles, grandes toiles ou petits portraits, il y en a pour tous les goûts et chaque œuvre a son originalité. Au fond à gauche, les invités d’honneur, artistes professionnels, bénéficient d’un espace réservé. L’événement, convivial et hétérogène, allie en effet, le temps de l’exposition, amateurs du dimanche et professionnels. « On est arrivés à un niveau de qualité qui me fait dire que cet événement mérite le nom de salon » déclare d’ailleurs Jean Martin.

 

Le vernissage du lundi 3 octobre a été un réel succès, avec plus de 650 personnes présentes.
Pour les absents cependant, il n’est pas trop tard : la mairie de Puteaux accueille le salon jusqu’au dimanche 16 octobre.

A bon entendeur…

 

Claire Bouleau

 

Contact :
Jean Martin
, commissaire du salon, jean.martin23@orange.fr

 

 

 

 

 

 

Cet article a 6 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.