C’est en février 2007 que débute la crise des subprimes. Cette crise s’avérera être l’une des plus importantes depuis le krach boursier de 1929. On cherche à pointer du doigt les dérives et désigner des coupables. Il est pourtant des professionnels qui continuent de bénéficier d’une image très positive : les actuaires. Qui sont ces professionnels sipeu connus ? Quels sont leurs liens avec la crise ?

Qu’est ce qu’un actuaire ?
L’actuaire est un cadre hautement qualifié dont le rôle principal est d’identifier et modéliser les risques financiers pris par son employeur (banque, compagnie d’assurances, ministère,…) afin de fixer quantitativement les engagements de l’employeur et ses fonds propres. Les mathématiques, probabilités et statistiques notamment, ainsi qu’un savoir en économie sont indispensables à l’actuaire.

 

Le rôle des actuaires est de prévenir les risques. Le fait qu’une crise économique soit survenue suggère-t-il qu’ils aient failli à leur tâche ?
Non, les actuaires n’ont pas un pouvoir de décision. Ils peuvent informer sur les risques potentiels, les quantifier et s’exprimer sur la limite des risques raisonnables, mais ne peuvent pas empêcher les autres professionnels de prendre des décisions dangereuses. Les actuaires, majoritairement présents dans le domaine de l’assurance ont ainsi largement contribué à la bonne santé économique de ce secteur. On ne peut pas en dire autant du monde de la finance de marché, ou des spécialistes ont pris des risques excessifs, notamment par le biais de l’endettement…

 

Les actuaires ne portent-ils pas tout de même une part de responsabilité ?
Force est de reconnaître que les actuaires doivent travailler avec une marge d’erreur. Le métier d’actuaire est ainsi très difficile car les sujets traités ne sont jamais figés. La quasitotalité des paramètres est en constante évolution. Les actuaires doivent constamment revoir leurs modèles, notamment les hypothèses de base. Et c’est probablement là qu’ils pèchent. En effet leurs hypothèses sont souvent basées sur les évènements passés cependant les évènements futurs ne correspondent pas exactement. Ils doivent donc également modéliser l’évolution des évènements passés pour refléter les évènements futurs. Ils doivent aussi veiller à ne pas uniquement se baser sur les évènements passés mais aussi prendre en compte le principe (pas toujours respecté dans la réalité) de maximisation de l’utilité économique. Les actuaires se doivent donc d’apporter une réflexion et une amélioration constante à leurs hypothèses même si la prise de risque ainsi que la marge d’erreur existera toujours.

 

Quelles sont les conséquences de la crise sur le corps de métiers des actuaires ?
Le passage de ce genre de crise financière rappel l’importance qu’il y a dans la gestion des risques. L’actuaire doit aider à remettre les choses dans l’ordre en prenant en compte les données du nouveau paysage financier. Il développe de plus en plus de « stress test », scénario extrême pour simuler les pertes probables en temps de crise ou situation extrême. Avec la crise, les organismes financiers cherchent à limiter au maximum les risques et soigner leur santé économique. Les actuaires sont alors très demandés et sont de plus en plus présents dans de nouveaux secteurs comme la gestion d’actifs ou le conseil en investissement.

 

Vous trouverez un article plus complet avec une interview sur
http://assos.centralemarseille.fr/clubfinance

 

David Movahhedi, Yohan Marfoq, Gabrielle Hugo