© fotolia

© fotolia

CPI (conception d’un produit innovant) est un programme au sein du cycle master du programme grande école de l’ESSEC. Il se déroule sur six mois chaque année de octobre à fin mars, et fait travailler des équipes pluridisciplinaires d’étudiants (ESSEC, strate design et École centrale) autour de projets réels d’innovation confiés par des entreprises. L’ensemble des projets est base sur une méthodologie de type design thinking. Celle-ci met en avant notamment l’importance de l’observation des usages, du prototypage le plus tôt possible, et d’une approche itérative. Chaque projet se conclut par la présentation publique des projets, associant un concept de produit ou service, un ou des scénarios d’usage, un prototype, mais également un modèle économique, et des recommandations pour développer le projet. Les compétences des trois populations d’étudiants sont très complémentaires, pour faire aboutir un tel projet. Ainsi les étudiants de l’ESSEC ont-ils une vision de la stratégie de l’entreprise, de la marque, de la concurrence, des sources de valeur économique. Les ingénieurs ont une connaissance des technologies existantes, des technologies émergentes, et de la façon de les combiner pour parvenir à une solution nouvelle. Et les designers savent observer les usages, comprendre les tendances, ont une vision globale d’un processus de conception, et savent dessiner un projet de produit ou service. Cependant, le principe pédagogique du programme CPI n’est pas que chaque étudiant joue uniquement son rôle au sein de chaque groupe, mais que chacun puisse apprendre des autres : on voit ainsi à la fin d’un projet les ESSEC dessiner, les centraliens imaginer des usages et, et les élèves de Strate défendre un modèle économique ! c’est là le signe d’un projet réussi, en tous cas d’un point de vue pédagogique.

 

Le design comme mode d’approche global des problèmes
Au-delà du programme CPI, et dans une approche pédagogique plus long terme que les projets eux-mêmes, un partenariat avec une école de design apparaît particulièrement intéressant pour la formation des étudiants.
En effet, le design m’est apparu au fil des déjà 10 années du programme CPI, à la fois comme une compétence technique mais également comme une vision différente et complémentaire du monde, et un mode global d’approche des problèmes, qui peut s’appliquer à bien d’autres situations d’entreprise ou d’organisation que des projets d’innovation. Ainsi, etpour schématiser à l’extrême, les designers vont avoir une approche globale, une vison centrée utilisateurs, et une façon graphique de communiquer leurs idées. Les étudiants “managers” vont eux avoir une approche analytique, une vision clients, et communiquer plus aisément à l’oral et à l’écrit. En outre, le design thinking, qui est une méthodologie de conception, préconise une approche itérative, qui est à l’origine de plusieurs concepts révolutionnaires en management, comme le lean management par exemple. Il est donc particulièrement intéressant d’exposer les étudiants “managers” aux étudiants “designers”, et la façon la plus efficace et pertinente de le faire passer par le travail en commun sur des projets d’entreprise concrets. Le travail conjoint des équipes pédagogiques pour mettre au point le programme, concevoir des livrables et des critères d’évaluation de ceux-ci est également une source d‘enrichissement très importante. Ceci nécessite une alliance, pour la partie design, avec une école comme strate design, qui a de plus l’avantage, de par son histoire, d’être fortement orientée sur le monde de l’entreprise, comme Centrale Paris et l’ESSEC.

 

Par Emmanuelle Le Nagard, Professeur de Marketing à l’ESSEC, Doyenne Associée à la Pédagogie,
Responsable Pédagogique du Programme CPI pour l’ESSEC