Véritable tremplin vers l’avenir et booster de début de carrière, le premier stage est une étape cruciale qu’il ne faut pas sous-estimer. Dans le cas de l’Isep, l’école met un point d’honneur à associer les entreprises dans la constitution de ses programmes et de sa pédagogie, à la préparation du projet professionnel de ses élèves, jusqu’à leurs stages et premiers emplois.

© Fotolia

© Fotolia

A l’Isep, les entreprises contribuent à la formation afin d’assurer une totale concordance entre les programmes enseignés et les besoins concrets du monde professionnel, actuels et futurs. Par un échange permanent avec le monde professionnel, l’école assure aux élèves un très haut niveau de compétences reconnues et appréciées des recruteurs. L’implication des entreprises dans l’enseignement de l’Isep et la pédagogie moderne et professionnalisante convergent vers un seul et même objectif : l’employabilité des ingénieurs Isep !
Mais la proximité entre les élèves ingénieurs et les entreprises ne commence pas avec les stages mais dès leurs premiers pas à l’Isep. En effet, l’école organise pour les élèves de première année du cycle ingénieur, en septembre, un mois de « coupure pédagogique » pour faire découvrir aux futurs ingénieurs la diversité des secteurs d’activités, des entreprises et des métiers qui leur sont ouverts après l’obtention de leur diplôme d’ingénieur. Près de 150 entreprises vont ainsi se présenter par l’intermédiaire de visites d’entreprises, conférences métiers et témoignages d’anciens élèves. Ce premier aperçu du monde du travail est renforcé par des simulations d’entretiens, forums « stages et emplois », des soutenances de projet professionnel, du coaching, du tutorat, etc. De plus, l’Apprentissage Par Projet (APP) et l’Approche Par Compétences (APC) mis en place dès la 1ère année du cycle ingénieur permettent aux élèves d’apprendre à travailler en mode projet, comme en entreprise, en petits groupes et de mettre à profit leurs multiples compétences pour mener à bien un projet. Ainsi, quand ils entrent en 2e année, les Isepiens sont prêts à intégrer le monde de l’entreprise en stage.
En effet, le stage est obligatoire dès la 2e année du cycle ingénieur, soit juste après que l’élève a choisi son parcours de spécialisation et a donc commencé à penser son projet professionnel futur. D’une durée de 4 mois, il constitue la première expérience en entreprise de longue durée de l’élève ingénieur. Il est suivi par un stage de fin d’études de 5 mois qui renforce cette expérience.
Les Isepiens disposent d’une d’aide à la recherche de stages et d’emplois en ligne, mise à jour quotidiennement par les nombreuses entreprises partenaires de l’école. Ainsi chaque année, les élèves ont accès à plus de 6 000 offres de stages, 4 500 offres d’emplois, sans oublier les 1 000 offres d’alternance pour nos apprentis. Soit une moyenne de 28 offres de stage par élève ! Cette stratégie mise en place par l’école pour ses diplômés « paie », puisque le salaire d’embauche moyen (brut annuel) de la promotion 2014 de l’Isep est de 42 250 € tous pays confondus), ce qui est très satisfaisant dans une économie toujours en crise. 100 % des diplômés Isep ont trouvé un emploi après l’obtention du diplôme Isep. Un choix judicieux de son premier stage, puis du second, aidera forcément à accélérer le processus et à débuter sa carrière dans le secteur et au poste souhaité.
Selon l’enquête insertion auprès de notre promotion 2014, la majorité des Isepiens diplômés l’année dernière travaillent dans les technologies de l’information, dans les institutions financières, le conseil et l’industrie automobile, aéronautique, navale et ferroviaire.
« L’isep accorde une grande importance à la construction du projet professionnel de ses jeunes diplômés. C’est pourquoi dès le début de leur formation, ils y sont sensibilisés grâce à un enseignement axé sur une approche par compétences et un apprentissage par projet, très valorisés par le monde professionnel. A cela s’ajoutent les expériences en entreprise comme les stages qui font de nos jeunes diplômés des ingénieurs prêts à affronter avec confiance et sérénité le départ de leurs carrières professionnelles. »

 

Par Agnès Flouquet-Vilboux,
responsable des Relations Extérieures à l’ISEP