La masse salariale est le cumul des rémunérations brutes des salariés de l’établissement (hors cotisations patronales) selon la définition de l’INSEE. Cette notion de masse salariale est utilisée dans les statistiques qu’elle produit. La notion de « rémunérations » correspond aux salaires + primes des salariés, versés au cours d’une année d’exercice. Dans ce sens, on peut admettre que le Pilotage de la masse salariale représente bien un enjeu managérial.

 

De façon plus générale, la politique de rémunération doit répondre à plusieurs contraintes auxquelles sont soumises les entreprises

En premier, lieu, il faudra garantir une certaine compétitivité externe en attirant les meilleurs profils et en rendant « captifs » les collaborateurs les plus performants. On de manquera pas alors de considérer de les contraintes du marché de l’emploi : pénurie sur le secteur, concurrents attractifs.
En second lieu, il s’agira de veiller à l’équité interne : en offrant des salaires calculés selon l’expérience et la performance.
En troisième lieu, il est primordial que la masse salariale, qui est très fréquemment le premier poste budgétaire de l’entreprise soit pilotée avec soin afin de veiller à l’équilibre financier : éviter une progression trop rapide de la masse salariale (donner la priorité aux augmentations individuelles plutôt que collectives).

La masse salariale évolue aussi suite aux négociations annuelles avec les représentants du personnel. En effet, chaque année, parmi les négociations obligatoires, une négociation sur la rémunération, et le partage de la valeur ajoutée dans l’entreprise (salaires effectifs, épargne salariale, suivi de la mise en œuvre des mesures visant à supprimer les écarts de rémunération et les différences de déroulement de carrière entre les femmes et les hommes…) est obligatoire (article L. 2242-15 du code du travail).

Les effets sur la masse salariale : une inflation inexorable

La plupart des grandes entreprises ont élaboré des grilles salariales dans un objectif d’équité et de transparence. Elles définissent les règles de rémunération d’un salarié en fonction de son échelon et de son statut, (employé/ouvrier, technicien, agent de maîtrise ou cadre). Les salariés vont donc voir évoluer leur salaire au gré des évolutions de carrière et promotions.

Pour expliquer en partie l’augmentation d’une masse salariale, hors effet d’effectif, on utilise souvent la dénomination GVT (Glissement, vieillesse, technicité). L’effet GVT correspond aux augmentations liées à l’ancienneté et aux changements de qualification. Dans les grandes entreprises, le GVT est calculé et indiqué aux représentants syndicaux avant les négociations. Il s’agit de la part d’accroissement de la masse salariale qui ne dépend pas des mesures salariales globales. Le GVT recouvre en effet l’incidence des promotions et des avancements, les augmentations salariales automatiquement obtenues par l’acquisition d’une qualification nouvelle, et également le vieillissement des effectifs.

L’effet de Noria quant à lui est celui qui, à structure constante, voit des salariés âgés remplacés par des salariés plus jeunes et donc moins payés. L’effet de Noria se traduit par une économie là où GVT se traduit par des dépenses en plus.

En réalité, les salariés âgés ne sont pas toujours remplacés par des personnes de qualification équivalente

Les salariés partant en retraite sont remplacés par des salariés plus diplômés et recrutés à un niveau supérieur mais pas nécessairement mieux payés, au contraire. C’est sur cet effet de Noria que jouent par exemple des entreprises recrutant de jeunes diplômés (moins payés que les personnels expérimentés) en échange de départs de salariés anciens, mieux payés. Il s’agit d’un allégement de la masse salariale à effectif constant qui s’explique par le remplacement d’un collaborateur ancien par un nouveau, dont la rémunération est sensiblement inférieure à celle du premier. C’est l’incidence sur la masse salariale des variations du salaire moyen dues aux mouvements d’entrées-sorties (turnover). (Diard, Baudoin, Berthet, 2017)

Le PDV (Plan de départ volontaire)

Le plan de départ volontaire peut permettre à une entreprise confrontée à des difficultés économique de réduire sa masse salariale sans recourir à une procédure de licenciements économiques.

Le PDV est une alternative aux licenciements collectifs qui peut être bénéfique sur le plan managérial et éviter également le « syndrome du survivant ». En effet, il s’agit d’un dispositif permettant de réguler les effectifs sans recourir aux licenciements.  Il s’agit de rompre les contrats de travail à l’amiable. L’employeur sera tenu au préalable de consulter les représentants du personnel. Le plan de départ volontaire apporte une sécurité juridique à l’employeur car toute contestation ultérieure est impossible. Les salariés volontaires bénéficient d’une indemnité au moins égale à l’indemnité légale ou conventionnelle de licenciement, à l’indemnité compensatrice de congés payés et l’indemnité compensatrice de préavis. Ils bénéficieront de l’allocation chômage. (Diard, Baudoin, Berthet, 2017)

Heureusement, dans un PDV il est interdit de cibler une catégorie de personnel (comme les juniors ou les seniors). Il serait en effet très tentant de faire partir le personnel ayant le plus d’ancienneté (donc payé le plus car ils sont suivis la progression logique des grilles de classification). On pense souvent aux séniors comme une population menacée. La notion de séniorité questionne et soulève le débat.

Qu’est qu’un sénior et pourquoi l’employeur souhaiterait finalement sans séparer ? Les effets de la masse salariale peuvent en partir répondre à cette question. Le code du travail considère que les salariés sont âgés dès l’âge de 45 ans. Il n’est donc pas question de performance ou de productivité lorsqu’on souhaite se séparer d’un collaborateur de plus de 45 ans. Il s’agit juste d’une question de salaire. A 45 ans avec de l’ancienneté, un collaborateur coûte beaucoup plus cher qu’une nouvelle recrue, même plus âgée. L’effet GVT étant défavorable aux plus anciens, le management aura tendance à faire jouer l’effet de Noria pour maintenir une progression acceptable de la masse salariale.

Il serait donc peut-être temps de repenser les politiques de rémunération des entreprises qui finalement pénalisent les salariés anciens, loyaux, formés et motivés.

A propos de l’auteure : Caroline Diard, enseignant-chercheur en management des RH et droit EDC Paris Business School 

Delacre : succombez aux « guilty pleasure »

« Bienvenus dans une entreprise délicieusement régressive » assure Véronique Magro, Head of Controlling et reporting chez Delacre

Innovation et RSE, les arômes d’exception de Nespresso

L’innovation selon Nespresso ? Eclairage en mode robusta par Jean-Michel Cecconi directeur de l’open innovation et Clémence Nutini, responsable RSE chez le pro du café

[TUTO] Écolo même au bureau

. Et si, en plus de votre politique zéro déchet à la maison, vous vous mettiez au vert même au bureau ? Voici cinq gestes simples pour améliorer votre impact écologique au boulot.

Horus Pharma : une innovante affaire de famille

L’objectif d’Horus Pharma ? Recourir à la réalité augmentée pour faciliter le quotidien des patients et des médecins. Rencontre avec Claude Claret, DG et fondateur du laboratoire ophtalmologique

Faites le plein d’énergie chez ENGIE !

L’accès à une énergie durable, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, l’utilisation raisonnée des ressources… Voici les grands enjeux d’ENGIE pour devenir le leader mondial de la transition énergétique.

Petit Forestier : pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

Petit Forestier est une entreprise familiale où il est possible de progresser et de réaliser de beaux parcours professionnels estime Fréderic Vannson, son Directeur technique.

La valeur la plus importante pour BPCE ? Ses actifs… humains

Envie d’en savoir plus sur le métier de banquier en 2020 Marc Bonnemains vous présente le groupe BPCE de l’intérieur.

Nexter tire dans le mille

Nexter agit sur tous les fronts ! Innovation, transformation digitale, conquête de nouveaux marchés à l’export… Le point avec Sylvain Rousseau, (Sup’Aéro 93 HEC 2004) COO du leader de la défense terrestre

Mon métier c’est… RP

Attaché de presse, vous connaissez ? Mais les métiers des relations publiques (RP pour les intimes) ne s’arrêtent pas là. Métiers et qualités insoupçonnées, Stéphane Billiet, président de We agency et administrateur du Syndicat du Conseil en Relations Publiques décortique le mythe.

Airbus : devenez les futurs Pionniers !

« Venez négocier des contrats chez Airbus et vous serez les rois du monde ! » assure Christophe Mourey, Secrétaire Général de la Direction Commerciale chez Airbus