La révolution du numérique gagne irrévocablement tous les secteurs de l’économie moderne : informatique, défense, aéronautique, automobile, santé et bien être, éducation… même le gouvernement doit l’adopter pour s’adapter. En effet, les technologies du numérique constituent un levier de transformation majeure au sein de notre société et plus particulièrement au sein des entreprises. Cette révolution transforme les usages, les comportements, le mode d’organisation des entreprises et donc les métiers. Il est un secteur qui a pris le pas du numérique relativement tôt : la finance. Avec les usages du digital en constante évolution, la finance d’aujourd’hui n’est plus ce qu’elle était, et a besoin de suivre la vague du digital pour fonctionner.

© Fotolia

© Fotolia

A l’Isep, la prise en compte du caractère impactant des technologies du numérique, dans le domaine des métiers de la finance, a donné naissance à un partenariat avec la société de conseil CapGemini ; ce qui a enrichi l’offre pédagogique d’un nouveau parcours : « Ingénieur Système d’Information et Finance ». L’objectif poursuivi par ce partenariat est de familiariser les ingénieurs du numérique aux métiers de la finance dans le domaine des banques et assurances, afin que leur rôle dans les actions et transformations opérées s’inscrive efficacement dans la logique même de ces métiers.
Dans un autre domaine, celui des marchés financiers, l’impact du numérique se révèle aussi considérable. Big Data, développement de logiciels de pointe traduisant des modèles mathématiques complexes liés aux produits financiers, Cloud Computing, Sécurité informatique et gestion du risque, autant de techniques clés chères aux acteurs de la finance qui comptent sur les ingénieurs du numérique pour moderniser toujours, développer et sécuriser un secteur à risque par construction.
A l’ISEP, l’ensemble de ces compétences, est développé dans des contextes liés à d’autres parcours ce qui permet à certains diplômés de se retrouver dans des salles de marché ou à des postes d’analyse et de conception de produits financiers. Ils mettent ainsi en oeuvre des techniques dont le caractère général leur confère une transférabilité aisée dans le domaine de la finance.Preuve du rôle des ingénieurs dans ce secteur clé de l’économie, l’enquête menée auprès de la promotion 2014 de l’Isep montre que la finance est le 2e secteur qui recrute le plus les Isepiens.
En guise de conclusion, on peut dire que le monde scientifique et celui de la finance se sont côtoyés depuis longtemps. Si Platon déclarait avec force que les nombres qu’il manipulait sont foncièrement différents de ceux utilisés par les commerçants de la cité, certains physiciens théoriciens de la mécanique quantique des années 1950 et 1960, rompus au calcul probabiliste, n’avaient pas de mal à transposer leur modèles stochastiques du monde des quanta au monde de la bourse. L’avènement de la révolution informatique puis numérique n’a fait que renforcer cette tendance et accroître ses potentialités. Cela interpelle les concepteurs de programmes dans les écoles d’ingénieurs et de management et pose la question des frontières de l’ingénierie.

 

Par Dieudonné Aboud,
directeur de l’enseignement de l’ISEP