Bernard Garrette, nouveau directeur délégué

«La percée du MBA d’HEC Paris dans les rankings mondiaux confère à ce programme d’ardentes obligations » , déclare Bernard Garrette, nouveau directeur délégué. Pour répondre aux attentes des étudiants qui viennent du monde entier et satisfaire aux exigences des entreprises, le programme classé parmi les tout premiers en Europe, se dote de nouvelles orientations.

Pour faire partie des leaders mondiaux, il faut être parmi les tout premiers sur l’une des trois zones, Europe, Etats-Unis et Asie. Objectif atteint pour le MBA d’HEC Paris qui a rejoint le groupe européen de référence aux côtés de la London Business School, de l’Insead et de l’IESE. Avec ses étudiants qui viennent du monde entier, dont seulement 15 % de français, il se classe 9e mondial dans le ranking de The Economist et constitue un microcosme représentatif du monde entier. « Figurer parmi les tout premiers européens crée des obligations, nous devons répondre aux attentes très élevées des candidats. Mon objectif est de renforcer la partie académique, de rendre le programme encore plus ″intellectually challenging″, en exposant les participants à d’excellents professeurs qui soient aussi bons pédagogues que chercheurs ». Autre objectif de ce programme qui peut se faire en 16 mois (formule full-time) ou deux ans (formule part-time) : accompagner les participants dans leur choix de carrière dès le début du cursus, avec du coaching. « Le projet professionnel constitue un des critères de recrutement et nous amenons les étudiants à réfléchir sur eux-mêmes, à s’orienter d’une manière à la fois ambitieuse et réaliste par rapport à leur profil. C’est cet aspect que je souhaite renforcer et intégrer au maximum avec le contenu académique ».

 

Renforcer les synergies et les complémentarités avec les autres programmes

Amener les étudiants à réfléchir sur eux-mêmes, à s’orienter d’une manière à la fois ambitieuse et réaliste par rapport à leur profil.

Bernard Garrette souhaite également ouvrir aux étudiants du MBA l’accès aux certificats créés dans le cadre du programme Grande Ecole. Ces certificats permettent de se spécialiser dans des secteurs particuliers comme l’immobilier, l’économie numérique, le développement durable. Le mélange d’étudiants des deux programmes dans la même salle de classe permettra de donner une ouverture intéressante au MBA, dont la vocation est généraliste, et d’internationaliser, de moderniser et d’enrichir le réseau des anciens.

 

A.M.