Les ressources humaines seraient le parent pauvre des écoles de commerce. Dans certaines écoles, il est possible de sortir diplômé sans jamais avoir reçu de cours de ressources humaines qui restent optionnels. Cela est sans doute dû aux spécificités de la fonction Ressources Humaines. Cette fonction relativement récente est sujette à caution. Elle est coûteuse et chronophage. Le facteur humain coûte très cher et demande beaucoup de temps et d’énergie pour s’en occuper. En retour, il est difficile d’estimer ce que les investissements dans la fonction ressources humaines rapportent. Pourtant, les récentes tragédies qui ont frappé des grands groupes français nous rappellent l’importance de la gestion du facteur humain. Il est de notre devoir de former les futurs dirigeants à la gestion des ressources humaines dans nos écoles de commerce. A BEM, l’accent est mis sur deux dimensions : le rôle stratégique des Ressources Humaines et l’aspect humain.
Par Marc Ohana et Zahir Yanat, Professeurs à BEM

 

Marc Ohana - Zahir Yanat

Marc Ohana - Zahir Yanat

Enseigner une vision stratégique de moyen et long terme
L’enseignement des Ressources Humaines a suivi l’évolution du métier des DRH. L’accent n’est plus mis sur les tâches administratives opérationnelles mais sur la vision stratégique de moyen et long termes. Pour cela, en plus des cours classiques qui donnent une solide assise technique, les étudiants bénéficient de nombreux témoignages d’acteurs de la fonction Ressources Humaines. Cela leur permet d’avoir une vraie culture et un vrai état d’esprit Ressources Humaines. Cela est indispensable pour les étudiants quelque soit l’orientation souhaitée pour leur carrière. Contrairement aux idées reçues, l’insertion professionnelle et les salaires des jeunes diplômés dans le domaine des ressources humaines est très satisfaisante. L’accent est donc mis sur la progression de carrière pour arriver rapidement à des postes à haute responsabilité. Pour les autres étudiants qui s’orientent par exemple vers le marketing ou la finance, l’enseignement reçu dans la gestion des ressources humaines leur permet d’avoir une vision globale des enjeux de l’entreprise afin d’éviter les dérapages humains connus par toujours trop d’entreprises.

 

Privilégier l’aspect humain
A ce sujet, venons-en aux aspects managériaux. A BEM, dont l’objectif est de former des managers responsables, l’Humain est une préoccupation de tous les instants. Plutôt qu’un saupoudrage avec un cours d’éthique des ressources humaines, le choix est d’intégrer transversalement une vision humaniste du management dans tous les cours. Il n’existe malheureusement pas de recette miracle pour manager correctement ses employés. Celle-ci ferait fortune. Mais en termes d’humain, la systématisation tue. Un cours de ressources humaines doit proposer des grilles d’analyse qui serviront de repères pour répondre aux différentes situations rencontrées… sachant qu’il n’existe pas de réponse idéale.

 

Apprendre à l’étudiant à se questionner pour forger son propre style
L’idée est donc d’insister pour chaque thème Ressources Humaines sur les conséquences sur l’humain. Faire un recrutement efficace en minimisant les risques ? Bien sûr. Mais quelles vont être les conséquences sur l’intégration et l’engagement du candidat ? Sanctionner juridiquement un employé qui est sorti du droit chemin  ? C’est le rôle de la DRH. Mais comment lui annoncer ? Dans quelle mesure faut-il le laisser se défendre ? Comment gérer les retombées sur le reste de l’équipe ? En plus des cours, les étudiants doivent se forger leur propre expérience par d’autres activités. A BEM, la multitude d’associations (qui sont de véritables organisations !) dans lesquelles il est possible de s’investir, les rencontres avec les étudiants internationaux, les séjours à l’étranger, les stages sont autant d’occasion d’apprendre et d’expérimenter ce qu’est un management des ressources humaines responsable. Aussi, chaque année se réunissent à BEM chercheurs, DRH, syndicalistes et étudiants pour les journées humanismes et gestion où sont échangées des réflexions sur ce management humain. Une fois de plus, l’étudiant prend conscience de l’importance du management des ressources humaines et se forge son propre style. Enfin, pour ceux qui ne sont toujours pas convaincus, les cours sont là pour rappeler qu’investir dans l’humain et traiter de manière satisfaisante son personnel n’est pas qu’une question de responsabilité. C’est aussi un gain en productivité et en rentabilité. Beaucoup trop d’entreprises l’ont aussi oublié… Au total, à BEM, nous expérimentons et intégrons chaque année, dans l’ensemble des programmes, grande école ou programmes spécialisés, deux conceptions complémentaires de l’enseignement d’une GRH partagée :
– « Une GRH par extension » : transmettre un enseignement répondant à des objectifs de fonctionnalité et à des contenus opérationnels toujours mis à jour.
– « Une GRH par compréhension » : puiser dans les grandes traditions de l’humanisme des objectifs de sens et étudier le comportement des personnes et des organisations dans leur complexité et leur intégralité.